Crédit immobilier : 3 conseils pour réussir à emprunter en 2022

Les consignes du HCSF en vigueur depuis le 1er janvier durcissent l’accès au crédit immobilier. Les conseils de Frédéric Possel, Directeur du développement chez Privilège Courtage décrocher un financement pour votre projet immobilier.

Credit immobilier

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

Avoir de l’apport

Depuis le 1er janvier, les conditions d’accès au crédit dictées par le Haut Conseil de stabilité financière sont contraignantes juridiquement. L’endettement est plafonné à 35% des revenus et la durée du prêt est limitée à 25 ans. Les banques sont donc désormais tenues de respecter strictement ces règles. Des conditions plus strictes desquelles les particuliers peuvent s’émanciper dans certains cas…

« Les banques peuvent accepter jusqu’à 20% de dossiers qui ne respectent pas ces conditions. Dans ce cas, les banques doivent privilégier des profils bien précis : 80% des prêts accordés doivent concerner un achat de résidence principale et, parmi eux, un tiers doit concerner des primo accédants», souligne Frédéric Possel, Directeur du développement chez Privilège Courtage. Un nivellement s’opère d’ores et déjà : « Naturellement, les banques se dirigent vers les dossiers qui présentent les apports les plus avantageux », analyse-t-il.

Renégocier l’assurance emprunteur

Le marché des prêts immobiliers a connu une croissance de 4,6% en 2021, aidé par des taux d’intérêts historiquement bas. Chez Privilège Courtage, l’année 2021 a, elle aussi, établi un nouveau record. 630 millions d’euros ont été accordés en crédits immobiliers en augmentation de 60% par rapport à 2020.

Selon le dernier Observatoire Crédit Logement/CSA, un prêt sur 20 ans se négociait en moyenne avec un taux à 1%. Une tendance qui s’inverse au tout début 2022 : « On constate une légère hausse des taux d’intérêts sur ce début d’année. Un réflexe logique au regard de l’inflation du dernier trimestre 2021 et la hausse des taux directeurs au 1er février », analyse Frédéric Possel.

Une hausse des taux qui restera limitée toutefois : « Les banques continueront de faire jouer la concurrence sur les taux qui est la variable la plus sensible auprès des particuliers. Et si le taux est encore trop haut, la renégociation de l’assurance emprunteur permettra de neutraliser la hausse », conclut Frédéric Possel.

Présenter un dossier convaincant aux banques 

Les nouvelles règles devraient fermer la porte à certains primo-accédants. L’enjeu est donc de rendre son dossier le plus convaincant aux yeux des banques. 

« On a longtemps considéré le courtier comme un levier pour aller chercher le meilleur taux d’emprunt. Comme si le taux le plus bas était un acquis d’office. C’est oublier le vrai travail de fond et de conseils. Au sein du groupe Pluralle et Privilège Courtage plus particulièrement, nous avons plusieurs expertises qui permettent de préparer bien en amont l’apport nécessaire pour valider un crédit immobilier. C’est l’atout majeur aujourd’hui. Le conseil en épargne ou même sur le regroupement de crédits permet de rendre un dossier plus attrayant pour les banques. Là réside la vraie plus-value du courtier », conclut Frédéric Possel.

Au sein du groupe Pluralle et Privilège Courtage plus particulièrement, nous avons plusieurs expertises qui permettent de préparer bien en amont l'apport nécessaire pour valider un crédit immobilier. C'est l'atout majeur aujourd'hui. Le conseil en épargne ou même sur le regroupement de crédits permet de rendre un dossier plus attrayant pour les banques. Là réside la vraie plus-value du courtier.