Investissement locatif : Comment sortir son bien d’une résidence de tourisme ?

Que faire face à des pertes de loyers en résidence de tourisme ? Lokizi vous explique comment sortir du bail commercial et retrouver de la rentabilité.

Résidence de tourisme

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

La semaine dernière, une décision de justice a donné raison à des propriétaires d’appartements dans une résidence de Pierre et Vacances, à Mulhouse. Ils se battaient pour que le groupe leur rembourse les loyers de 2020 et 2021. Ceci est loin d’être un cas isolé et d’autres décisions similaires sont à prévoir dans le futur. Lokizi vous explique comment sortir votre bien d’une résidence de tourisme ?

Les promesses non tenues de l’investissement en résidence-services (tourisme, affaires..) 

Être propriétaire d’un bien immobilier dans une résidence de tourisme ou résidence affaires, est, sur le papier, un « bon plan » d’investissement locatif, avec 9 ans minimum de loyers assurés et des avantages fiscaux alléchants (réduction d’impôt, récupération de TVA et faible imposition des revenus locatifs). Sans oublier que le propriétaire est déchargé de toutes les tâches de gestion du bailleur classique car déléguées en toute confiance à un exploitant de renom. Mais dans la pratique, on est malheureusement souvent loin de la tranquillité et de la rentabilité espérées !

Certes la crise sanitaire a causé la fermeture administrative de nombreuses résidences-services en 2020 et 2021, mais depuis 10 ans (donc avant la crise sanitaire), les « accidents d’exploitation » se multiplient avec Pierre & Vacances, Belambra, Odalys, Réside Etudes, et ont privé des milliers de propriétaires de leurs revenus promis (de 1 000 à 15 000€). D’autres exemples avec d’exorbitants frais de travaux ont aussi pu rogner la sérénité attendue des investisseurs.

1ère étape : sortir du bail commercial de résidence-services

Pour éviter de longues et coûteuses négociations sur de nouvelles modalités du bail assorties bien souvent d’un abandon de loyers, Lokizi, expert en immobilier locatif depuis 20 ans, accompagne les propriétaires vers une sortie sur-mesure du bail commercial les liant à l’exploitant.

Dans le cas de la résidence Odalys à Messanges, Lokizi a pu conseiller une vingtaine de copropriétaires sur la meilleure option à suivre, en respect des démarches administratives et juridiques légales, tout en préservant les meilleures dispositions fiscales individuelles.

2ème étape : louer en meublé longue durée et retrouver la rentabilité de son investissement locatif

Une fois sorti de l’exploitation par bail commercial, un bien loué en résidence de tourisme est déjà meublé et peut assez rapidement être proposé en location meublée annuelle, sous réserve du potentiel locatif local.

Dans l’exemple de la résidence de tourisme à Messanges, Lokizi a accompagné les propriétaires dans la conversion de leur bien, et assuré un renouvellement partiel du mobilier pour que l’hébergement ponctuel touristique devienne un logement confortable « prêt-à-vivre ». Côté formalités administratives, le bien est dorénavant géré par mandat annuel de gestion locative et les propriétaires perçoivent un loyer régulier tous les mois.

Lokizi se charge de la recherche de locataires, de la mise en location, de la gestion locative complète, ainsi que de l’accompagnement fiscal pour bénéficier du statut LMNP (Loueur en meublé Non Professionnel). Voici ici un exemple de location meublée après sortie de bail commercial Odalys.

Autre option : revendre son bien immobilier de résidence de tourisme

La sortie du bail commercial peut par ailleurs être un préambule pour revendre et retrouver ses liquidités.

Il existe un réel marché pour la revente de bien LMNP ou ex Censi-Bouvard où la demande peut être forte en zones touristiques. L’option de revente peut d’autant plus être envisagée si le propriétaire est parvenu au terme des réductions d’impôt Censi Bouvard ou si une nouvelle situation familiale s’impose (divorce, décès).