Immobilier logistique : Des chiffres records au pour le 1er trimestre et cela pourrait durer…

JLL, leader du conseil en immobilier d’entreprise, dévoile la tendance du marché immobilier logistique au 1er trimestre 2022.

Logistique

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

1er trimestre record grâce à une forte activité sur le segment des entrepôts XXL

Au 1er trimestre 2022, le marché français de l’immobilier logistique a vu sa demande placée s’approcher du seuil des 800 000 m2, avec 799 800 m2 commercialisés sur les entrepôts de plus de 10 000 m2. Ce niveau est en forte hausse (+29 %) par rapport au volume du 1er trimestre 2021 (620 400 m2) et supérieur de 25 % à la moyenne décennale (640 500 m2).

L’excellente forme du marché locatif français transparaît également dans le nombre de signatures avec plus de 31 transactions actées au cours des 3 derniers mois, un chiffre supérieur de 14 % à celui du 1er trimestre 2021 et de 22 % à la moyenne décennale.

Le segment des entrepôts XXL (plates-formes supérieures à 40 000 m2) continue de performer avec 7 réalisations, un nombre jamais atteint, hormis au 1er trimestre 2017 (8 transactions). Au total, ce segment représente plus de la moitié (51%) du volume placé depuis le début de l’année. Les transactions pour des entrepôts de taille moyenne (10 000 m2 – 20 000 m2) connaissent également un certain dynamisme, puisqu’elles concentrent 1/3 du volume placé et 64 % des signatures enregistrées en ce début d’année (21 transactions). En revanche, le créneau des 20 000 m2 – 40 000 m2 est plus en retrait, puisqu’il enregistre seulement 4 transactions.

« Les excellents niveaux d’activité enregistrés ce trimestre démontrent le caractère résilient du marché français de l’immobilier logistique. Au regard de ces premiers indicateurs, la dynamique de la demande placée dans les principaux marchés français devrait se poursuivre cette année. Les acteurs du e-commerce et les géants de la grande distribution continuent de participer activement et de manière croissante au niveau très élevé des commercialisations d’entrepôts en France. Même si de nombreuses incertitudes, engendrées à la fois par les derniers soubresauts du variant Omicron, par la guerre en Ukraine et par l’inflation, demeurent aujourd’hui. Sur 12 mois glissants, c’est-à-dire du 2ème trimestre 2021 au 1er trimestre 2022, la demande placée atteint un record en s’approchant du seuil des 4 millions de m² placés, avec 3 925 100 m² commercialisés », commente Olivier Durif Directeur France, Transaction SCLS.

Une demande en hausse de 42%

Ce trimestre, dans les 4 principaux marchés français (Lille-Paris-Lyon-Marseille), la demande placée globale a atteint 294 300 m2, soit une hausse significative de l’ordre de 42 %, par rapport au 1er trimestre 2021. Ils représentent 37 % de la demande placée nationale et 39 % des signatures. On notera, également, un volume de demande placée significatif, qui atteint 251 300 m2, dans les 6 départements situés le long des grands axes autoroutiers stratégiques (Saône-et-Loire, Vaucluse, Drôme, Côte d’Or, Somme et Vaucluse), soit 31 % du volume total.

Fait marquant, la région Auvergne-Rhône-Alpes s’installe comme le 1er marché de France, en totalisant 263 400 m2, soit 1/3 du volume total. Cette performance singulière a été permise par la commercialisation de 8 entrepôts dont 3 supérieurs à 50 000 m2 (deux dans la Loire et un dans la Drôme). En 2nde position, l’on retrouve le marché parisien, avec 26 % de la demande placée nationale et 15 % des signatures.

Les chargeurs ont été les plus actifs, concentrant plus de 55 % des signatures et 66 % des surfaces commercialisées.

Ces chiffres proviennent des données fournies par JLL, un des leaders du conseil en immobilier d’entreprise.

Ces données ci-dessus émanent du conseil en immobilier d’entreprise JLL.
Les excellents niveaux d’activité enregistrés ce trimestre démontrent le caractère résilient du marché français de l’immobilier logistique. Au regard de ces premiers indicateurs, la dynamique de la demande placée dans les principaux marchés français devrait se poursuivre cette année. Les acteurs du e-commerce et les géants de la grande distribution continuent de participer activement et de manière croissante au niveau très élevé des commercialisations d’entrepôts en France. Même si de nombreuses incertitudes, engendrées à la fois par les derniers soubresauts du variant Omicron, par la guerre en Ukraine et par l’inflation, demeurent aujourd’hui. Sur 12 mois glissants, c’est-à-dire du 2ème trimestre 2021 au 1er trimestre 2022, la demande placée atteint un record en s’approchant du seuil des 4 millions de m2 placés, avec 3 925 100 m2 commercialisés
Olivier Durif Directeur France, Transaction SCLS.