Argent : Les Français ne relâchent par leur effort d’épargne sur le livret A

Livret A
© adobestock

Les Français continuent d’alimenter leur Livret A. Cela s’explique notamment par le doublement du taux du livret passé de 0,5% à 1% au 1er février dernier.

Le Livret A a engrangé 3 milliards d’euros nets en mars

La collecte nette du Livret A s’est stabilisée en mars, avec environ 3 milliards d’euros, selon les chiffres dévoilés par la Caisse des dépôts et consignations. C’est peu ou prou le résultat de février dernier (2,94 milliards) ou de mars 2021 (2,8 milliards).

Le Livret de développement durable et solidaire a pour sa part engrangé 650 millions d’euros nets, soit un peu plus que les 540 millions de février, mais moins que les 870 millions de mars 2021.

Au total, le surplus de dépôts du Livret A et du LDDS a totalisé 3,67 milliards d’euros sur le mois, exactement comme en mars 2021, soit un encours total sur les deux produits de 483,6 milliards d’euros à fin mars.

Sur le trimestre, les deux livrets ont engrangé près de 14 milliards d’euros nets, contre 14,6 milliards à la même période l’année dernière et un peu moins de 10 milliards les années précédentes, signe que les Français n’ont pas relâché leurs efforts d’épargne.

Depuis le 1er février, le Livret A rapporte 1%… ce qui est moins que l’inflation

L’une des explications de la persistance de l’attrait du Livret A pourrait être le doublement du taux d’intérêt, passé de 0,5% à 1% au 1er février. Cette hausse, la première en plus de dix ans, a également concerné le LDDS.

Mais du fait de l’inflation, le rendement réel est négatif de plus de 3 points, un niveau plus vu depuis les années 1980, a souligné dans une note Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne.

Habituellement, le taux du Livret A est calculé deux fois par an, pour le 1er février et pour le 1er août, mais les textes offrent la possibilité d’une dérogation au 1er mai et au 1er novembre « si la Banque de France estime que la variation de l’inflation ou des marchés monétaires est très importante« . Vendredi dernier, la fédération CGT Banques et Assurances a appelé la banque centrale à se saisir de cette possibilité.

Le Livret A a également pu bénéficier « du caractère anxiogène de la situation internationale avec le déclenchement de la guerre en Ukraine« , avance Philippe Crevel, rappelant que ce produit d’épargne est souvent perçu comme une valeur refuge.

Géré conjointement par la Caisse des dépôts et les réseaux bancaires, le Livret A sert essentiellement à financer le logement social, tandis que le LDDS est dédié à l’économie sociale et solidaire ainsi qu’aux économies d’énergie dans les logements.

Ils sont souvent considérés comme des placements refuge. L’année dernière, les Français ont déposé 15,17 milliards d’euros de plus qu’ils n’en ont retiré sur leurs Livrets A, et 3,94 milliards d’euros sur leurs LDDS.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo