Consommation d’énergie : 5 conseils pour faire baisser sa facture et augmenter la valeur de son bien

facture
© adobestock

Dans un contexte d’inflation et de hausse des prix de l’énergie, Brickmeup – spécialiste de l’investissement locatif – vous donne 5 conseils pour améliorer la performance énergétique d’un bien.

Pour illustrer de manière concrète le sujet, Brickmeup, société d’investissement immobilier, prend l’exemple d’un logement de 80 m² situé en Île-de-France disposant de 4 chambres, d’une salle d’eau et d’un double séjour/cuisine. Plus que de simples éco-gestes, la start-up fondée en 2018 par Mathieu Darras donne des pistes pour optimiser sa consommation d’énergie à long terme.

Le chauffage est individuel et électrique et le bien dispose d’équipements peu performants : radiateurs électriques anciens, chauffe-eau standard, des murs peu ou pas isolés, simple vitrage, ventilation mécanique. Pour faire des économies à long terme, le propriétaire décide de réaliser des travaux sur trois postes spécifiques : le chauffage, l’isolation et la ventilation. 

Installer des radiateurs basse consommation

Représentant en moyenne 60% du budget énergie d’un ménage, le chauffage pèse lourd sur les finances des Français. Dans un appartement chauffé à l’électricité qui dispose de radiateurs anciens, chacun d’eux consomme en moyenne 4 660 kWh et coûte 880 € par an. Dans un bien qui en comporte six, la facture grimpe donc jusqu’à 5 280 € chaque année. Un radiateur basse consommation, qui se régule de manière intelligente et ne chauffe pas en permanence, revient quant à lui à 215 € par an pour une consommation de 1 130 kWh. Avec six de ces équipements, la facture de chauffage s’élève alors à seulement 1 290 €.

Economie réalisée : Un achat de six radiateurs basse consommation pour un total de 1 800 € (hors pose) permet d’économiser 3 990 € chaque année sur sa facture d’électricité. Il est amorti en moins de trois mois.  

Investir dans un chauffe eau thermodynamique

Pour aller plus loin, il est possible d’installer pour un montant de 2 000 € en moyenne un chauffe-eau thermodynamique qui utilise, à l’instar d’une pompe à chaleur, les calories naturellement présentes dans l’air pour chauffer l’eau. Sa mise en place ne nécessite pas la présence d’une centrale extérieure et son coût est de 120 € par an contre en moyenne 400 € pour un chauffe-eau standard. Il a ainsi pour avantage de faire baisser la facture d’environ 70% tout en étant éligible au crédit d’impôt transition énergétique en cas de rénovation du bien

Economie réalisée : L’investissement dans le chauffe-eau thermodynamique permet d’économiser 280 € par an sur sa facture d’électricité. Sept ans sont nécessaires pour rentabiliser son investissement. 

Isoler les cloisons intérieures

Selon l’Ademe, les logements les moins bien isolés perdent entre 20 et 25% de leur énergie par le toit et les murs. Il est possible d’isoler son bien à l’aide de cloisons intérieures en laine de coton éco-responsable par exemple. Cette installation est plus coûteuse : 80€/m², contre 45€/m² pour des matériaux classiques, mais a l’avantage d’assurer une isolation thermique et phonique complète et d’utiliser des matières recyclées. En prenant pour base la facture initiale d’un montant de 5 280 € pour le chauffage, faire le choix d’une isolation des cloisons intérieures fait descendre la facture à 3 960 €.

Economie réalisée : Réaliser une isolation des cloisons intérieures coûte en moyenne 4 500 € – pour un logement avec deux murs extérieurs –  et permet d’économiser 1 320 € par an sur sa facture d’électricité. L’investissement est rentabilisé en 3 ans et demi.

Équiper ses fenêtres de double vitrage

10 à 15 % de la déperdition d’énergie passe par les fenêtres, lorsque celles-ci sont mal isolées. Le double vitrage réduit ce gaspillage d’énergie tout en garantissant une température plus constante dans le logement. Il permet de réduire sa facture d’électricité à 4 488 €.

Economie réalisée : Pour un montant de 4 800 €, l’installation de six fenêtres double vitrage engendre une économie annuelle de 792 €.  Il faut alors 6 ans pour amortir son investissement ;

Opter pour une ventilation efficace

La ventilation est primordiale dans un logement puisqu’elle permet d’une part de combattre l’humidité et d’autre part d’assurer une bonne qualité de l’air et de prévenir l’apparition de moisissure. Le logement est par ailleurs plus difficile à chauffer. Brickmeup estime qu’une VMC hygroréglable – qui adapte le flux d’air en fonction du taux d’humidité de l’appartement – permet d’économiser en moyenne 20% sur sa facture de chauffage. Le montant à débourser est alors de 4 224 € contre 5 280 € initialement.

Economie réalisée : L’installation d’une VMC simple flux coûte 1 500 € et permet d’économiser environ 1 056 € par an sur sa facture de chauffage. L’amortissement est réalisé en un an et demi.

Le petit +

Pour limiter sa consommation d’énergie, quitte à payer plus cher à l’achat,  il est conseillé d’utiliser de l’électroménager classe A (moins énergivore), des ampoules LEDs, des capteurs de présence pour la lumière, et des mousseurs d’eau (50% d’économie).  

Et si faire baisser sa facture augmentait la valeur de son bien ?

Ces investissements qui peuvent, de prime abord, paraître coûteux permettent en réalité de faire des économies sur sa facture d’énergie. Mais ils constituent aussi une prise de valeur importante pour un bien. À Massy, un appartement de 80 m2 avec un DPE D se vend en moyenne 305 607 €. Un logement similaire, avec un DPE A, se négocie quant à lui 6% (source) plus cher, environ 323 943 €. Le propriétaire grâce à ses travaux peut espérer une plus-value de 18 336 €, et ce sans tenir compte du potentiel de prise de valeur du secteur. F

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo