Logement étudiant : 5 astuces pour une recherche sereine et efficace 

logement étudiant
© adobestock

Afin d’aiguiller les étudiants dans leur quête de logement, le Groupe KLEY dévoile 5 bonnes pratiques pour une recherche efficace sur un marché prisé.

1) S’y prendre à l’avance

Si le prix et la localisation sont bien souvent deux critères clés dans la quête d’un logement étudiant, adopter le bon timing et commencer les recherches au plus tôt restent incontournables pour bénéficier des meilleures opportunités du marché.

Selon KLEY, la date pour commencer ses recherches dépend de la localisation du futur logement étudiant :

  • Pour un appartement à Angers, Saclay et Champs-sur Marne : s’y prendre dès avril 
  • Pour Brest, Caen, Cergy, Marseille, Montpellier, Toulouse et Rennes : commencer en mai 
  • Pour un bien à Bagneux, Bagnolet, Gennevilliers et Gentilly : regarder en juin 

2) Choisir le bon emplacement pour son futur chez soi

Pour s’épanouir pleinement dans son logement, le choix du quartier est essentiel. Il convient de prendre en compte la proximité avec son école ou université, avec les transports, les commerces et services de proximité.

Les résidences étudiantes sont souvent un bon compromis pour trouver un appartement alliant localisation idoine et qualité de vie, sans pour autant grever son budgetImplantées dans les campus ou en centre-ville, les résidences du groupe KLEY permettent aux étudiants d’accéder rapidement aux facilités tout en leur offrant un cadre de vie propice à leur réussite universitaire.

3) Avoir un dossier complet

Élément indispensable pour gagner du temps et permettre au propriétaire ou au gestionnaire de faire son choix, le dossier doit être composé des pièces suivantes :

  • Copie de la pièce d’identité avec photo du locataire (carte d’identité, passeport, titre de séjour en cours de validité…)
  • Copie de sa carte d’étudiant (ou celle de l’année précédente)
  • Justificatif de domicile pour le locataire ou son garant (facture EDF, facture de gaz…)
  • Copie de la pièce d’identité de son garant
  • Justificatif de revenu du locataire ou de son garant (bulletins de salaire…)
  • Avis d’imposition du locataire ou de son garant
  • Taxe foncière ou des impôts locaux si le garant est propriétaire
  • Attestation des aides APL/AL si l’étudiant en est bénéficiaire

4) Penser au budget dans son intégralité

Si l’État et les collectivités territoriales accordent, à travers leurs dispositifs d’aides de nombreux coups de pouce aux étudiants, le budget global d’un étudiant peut vite s’envoler.

Au loyer (600€ en moyenne, avec une forte disparité entre la province et les zones tendues comme Paris), s’ajoutent les charges dont l’accumulation peut rapidement monter jusqu’à 250€ : forfait internet, laverie, activités sportives et culturelles, les loisirs en tout genre…

Certaines structures, à l’instar des résidences étudiantes, intègrent ces services à leur offre et permettent in fine aux étudiants de faire des économies.

5) Opter pour un bien meublé

Pour les étudiants qui optent pour un bail meublé plus flexible, KLEY conseille d’être vigilant à plusieurs points : dans certaines villes, le montant des loyers est encadré, il convient donc de vérifier auprès de la mairie de la ville cible, si celle-ci est concernée.

D’autre part, l’augmentation des loyers est réglementée au niveau national avec l’indice de référence des loyers (IRL). Celui-ci fixe les plafonds d’augmentation annuelle des loyers. Les frais de dossier, quant à eux, doivent être compris entre 11 et 15 euros du m2 en fonction de la zone du logement, et le dépôt de garantie compris entre 1 et 2 mois de loyer maximum.

Enfin, dernière étape, il faut savoir qu’un contrat de location pour un logement meublé est résiliable à tout moment, avec un mois de préavis.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo