Immobilier en périphérie de Metz : « Des maisons cossues à Peltre, des prix doux à Woippy », Michel Genevaux

Michel Genevaux- Futura immobilier-MySweetimmo

© adobestock. Le marché immobilier en périphérie de Metz vu par Michel Genevaux de l'agence Futura Immobilier.

Des communes en première couronne de Metz permettent de vivre la ville à la campagne. Revue de détail avec Michel Genevaux de l’agence Futura Immobilier.

Forte de ses 230.000 habitants, l’Eurométropole de Metz fait preuve d’un certain dynamisme. Fin août 2021, Amazon le géant américain de la distribution a ouvert à Augny, un entrepôt de 185.000 mètres carrés, le plus grand de France sur l’ancienne base militaire aérienne 128 de Frescaty. Avec à la clé, la création de 1.000 emplois sur trois ans.

Les communes résidentielles de la 1ère couronne de Metz : Marly, St- Julien- les- Metz et Peltre

Si l’on veut résider en dehors de Metz intra-muros, les acquéreurs à fort pouvoir d’achat immobilier privilégient des maisons situées dans les communes résidentielles de la première couronne. En particulier Marly, St- Julien- les- Metz et Peltre. Une mention spéciale pour cette commune de moins de 2.000 habitants, considérée comme la plus agréable à vivre sur le plan national d’après le classement de l’association Villes et Villages. « A seulement sept kilomètres de Metz et proche de la forêt, Peltre bénéficie des services d’une grande métropole : les transports, des commerces, des restaurants, une offre numérique, une animation culturelle et la proximité de l’hôpital », explique Michel Genevaux, à la tête de Futura immobilier, à Metz.
A Peltre, une maison ancienne de 95 mètres carrés, sur un terrain de 480 mètres carrés s’est signée 250.000 euros. Elle nécessite des travaux de l’ordre de 100.000 euros. Deux ans auparavant, ce type de bien serait partir autour de 190.000 euros. Reste que les acquéreurs ont tendance à privilégier les pavillons modernes datant des années 2000, souvent mieux distribués et moins consommateurs d’énergie.
Dans la commune chic de Marly, pour s’offrir une maison de 200 mètres carrés des années 1960 sur un terrain de 600 mètres carrés, il faut débourser entre 500.000 et 600.000 euros. Dans ce type de biens, l’accès à la terrasse et/ou jardin se fait au même niveau que le living. Une différence de taille par rapport à une maison de village.

Woippy, la commune la moins chère de l’agglomération

A Montigny-les-Metz, une maison de 150 mètres carrés sur un terrain de 700 mètres carrés, mitoyenne d’un côté et en bon état, est partie à 367.000 euros. Toujours dans cette commune, un immeuble de 5 appartements de 68 mètres carrés et dégageant un rendement brut de 6%, s’est vendu 570.000 euros.
Au nord-ouest de Metz, des communes comme Plappeville ou Longeville-les-Metz restent prisées avec des prix pour des appartements dans l’ancien entre 2.500 et 2.800 euros du mètre carré. En l’absence de travaux à effectuer, la cote monte. A Longeville-les-Metz, un rez-de-chaussée de 73 mètres carrés, avec un garage a trouvé preneur pour 230.000 euros.
«Suite au réveil des prix immobiliers en première périphérie enregistré depuis le début de la pandémie, les acquéreurs s’éloignent de Metz intra-muros pour s’installer notamment à Lorry-les-Metz ou Châtel-Saint-Germain ou encore Rozereulles où les valeurs dans l’ancien en zone pavillonnaire tournent autour de 2.500 euros du mètre carré », analyse Michel Genevaux.
Situé au nord de Metz et en direction du grand-duché du Luxembourg, la commune de Woippy reste la commune la moins chère de l’agglomération : les prix dans l’ancien variant entre 1.000 et 500 euros du mètre carré ! Il est vrai qu’elle compte de nombreux logements sociaux.
Dans les années 60, Metz Habitat Territoire a construit le quartier Saint-Eloy. Après avoir donné en location 172 pavillons, ce bailleur social les a vendues en 1997. Dans ce quartier « prioritaire », leurs propriétaires, ont droit au soutien financier de l’Agence nationale de rénovation urbaine ( Anru ) pour effectuer des travaux d’amélioration énergétique de leur bien.

Afin de favoriser le parcours résidentiel et l’accession sociale à la propriété, l’Eurométropole vient d’instaurer Primo Logement. S’adressant aux primo-accédants les plus modestes, ce dispositif financier procure une aide de 2.000 à 4.000 euros, selon la composition du ménage achetant un logement neuf à un prix plafond fixé à 2.850 euros/Ht/m2 ou un bien ancien.

En périphérie de Metz, les agents immobiliers constatent que le marché ralentit depuis le début de l’année. La hausse des taux d’intérêt conjugué aux inquiétudes géopolitiques liées à la guerre en Ukraine aggrave la tendance. Résultat : les transactions enregistrent un recul de l’ordre de 25% par rapport au premier semestre 2021. Après la surchauffe du marché immobilier post-Covid, ce coup de mou, qui allonge les délais de vente, devrait d’ici la fin de cette année, faire revenir les prix à un niveau plus raisonnable. MD

Merci Michel Genevaux, directeur de l’agence immobilière Futura Immobilier d’avoir répondu aux questions de MySweetimmo.  Vous voulez partager votre vision de la conjoncture immobilière dans votre secteur ? Ecrivez-vous : hello@mysweetimmo.com
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo