Metz, Maisons-Alfort et Vannes : Le Top 3 des villes moyennes où les prix ont le plus grimpé en 1 an

Metz
© adobestock

SeLoger dresse le Top 10 des villes où les prix ont le plus grimpé en 1 an. Et sans surprise, les villes moyennes y figurent en bonne place …

Alors que les métropoles leur ont longtemps été préférées, force est de constater que les villes moyennes sont largement représentées dans le classement des villes où le prix de l’immobilier a le plus augmenté depuis 1 an.

Rien d’étonnant lorsque l’on sait que les villes moyennes constituent désormais un véritable eldorado pour les Français. « L’Observatoire du Moral Immobilier SeLoger démontre, en effet, que la crise a suscité des envies de changements de cadre de vie pour près d’un Français sur 3. C’est dans la plupart des cas des envies de vert puisque 20% aspirent à une ville plus petite et éloignée du centre urbain », explique Séverine Amate, Porte-parole du Groupe SeLoger.

Près de 19 % de hausse sur 1 an à Metz !

Selon les chiffres du Baromètre LPI-SeLoger, c’est à Metz que la plus forte hausse annuelle du prix de l’immobilier a été enregistrée. Jugez plutôt, dans celle que l’on surnomme parfois la capitale de la Mirabelle, devenir propriétaire d’un appartement coûte 2 648 € du mètre carré, soit 18,9 % plus cher qu’il y a un an. S’appuyant sur un bassin d’emploi dynamique, sur sa proximité avec Paris (1h23 en TGV pour rallier la capitale) et un cadre de vie agréable, la préfecture du département de la Moselle tire son épingle du jeu et rafle la pole position du classement des villes où les prix des logements ont explosé depuis l’année dernière.

Plus de 17 % de hausse à Maisons-Alfort, Vannes et Évreux

C’est peu dire que la crise sanitaire, les confinements qui l’ont accompagnée et la banalisation du télétravail auront (durablement ?) redessiné les contours du marché de l’immobilier hexagonal. En effet, il ressort de l’analyse des données exploitées par le Baromètre LPI-SeLoger qu’aux deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième places du palmarès des plus fortes hausses des prix des logements, figurent des villes moyennes, à savoir et par ordre décroissant d’augmentation :

  • Maisons-Alfort : + 17,4 % / 6 026 €/m².
  • Vannes : + 17,3 % / 3 584 €/m²
  • Évreux : + 17,1 % / 1 848 €/m².
  • Clamart : + 17 % / 6 449 €/m².
  • Laval : + 16,9 % / 2 509 €/m².
  • Tourcoing : + 16,7 % / 2 943 €/m².

Ces hausses fulgurantes peuvent s’expliquer par le regain d’attractivité dont bénéficient incontestablement les villes moyennes sus-citées depuis plusieurs mois maintenant. Et pour cause, si l’intention ne vaut pas l’action, beaucoup de Français rêvent de quitter les métropoles et de mettre le cap sur une ville moyenne (idéalement située à moins d’une heure en transport) pour améliorer leur qualité de vie, profiter de prix moins élevés, voire s’offrir un espace extérieur (jardin, terrasse, balcon).

16 % de hausse sur les prix poitevins

Accusent également de fortes hausses et viennent ainsi compléter notre palmarès des villes dont les prix immobiliers se sont envolés cette année Angers, Poitiers et Aubervilliers. Dans la préfecture du Maine-et-Loire, les prix des logements (3 192 € du m²) enregistrent 16,2 % d’augmentation sur 1 an. Quant au prix du mètre carré à Poitiers, il augmente de 16 % pour atteindre 2 428 €. Enfin, le prix au m² à Aubervilliers pointe à 4 163 € au terme de 15,4 % de hausse sur 1 an.

« On constate maintenant des augmentations d’au moins 15 % à Angers, Aubervilliers, Clamart, Maisons-Alfort, Metz, Tourcoing et Vannes, mais aussi dans des villes où les prix sont modérés (entre 2 000 et 2 500 €/m²) : Évreux, Laval et Poitiers », explique Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !