Crédit immobilier : Les courtiers aussi sont victimes de la remontée des taux

Les emprunteurs ne sont pas les seuls à souffrir de la remontée des taux de crédit immobilier. Les courtiers en font aussi les frais.

Courtier en crédit

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

Les banques rejettent 21% de demandes de prêts

Dans le monde de la banque, la période de remontée des taux « est tendue pour tout le monde : pour les emprunteurs, les banquiers, les courtiers« , et ces derniers en font particulièrement les frais.

Les banques traditionnelles rejettent actuellement 21% des demandes de prêts apportées par les courtiers, soit quatre fois plus qu’en fin d’année dernière, indique le directeur général de l’Association française des intermédiaires en bancassurance (AFIB) Géraud Cambournac. « Nous arrivons à une situation de blocage qui devient insupportable« , s’alarme-t-il, « avec des banques qui refusent purement et simplement (tous) les dossiers, comme le groupe Société Générale ».

Sans intermédiaire, plus de commission à régler par la banque ni à intégrer dans le calcul du taux effectif global du prêt (TAEG), plafonné par la loi.

La banque au logo rouge et noir « a décidé d’arrêter temporairement le recours aux prescripteurs (courtiers, agences immobilières locales, etc.) » mais souligne qu’elle continue à en accorder directement à ses clients. Ce type de refus de dossier « est dommage, mais l’offre (de crédit) bancaire est encore suffisamment importante« , tempère Cécile Roquelaure, du réseau de courtage Empruntis.

La hausse des taux ravive les tensions entre banques et courtiers

Les relations entre banquiers et leurs apporteurs d’affaires ont toujours été émaillées de tensions, mais c’est la remontée rapide des taux d’intérêt qui a rallumé l’étincelle. Ces derniers sont passés d’une moyenne de 1,12% en décembre à une fourchette de 1,25% à 1,30% en avril, selon la Banque de France.

À ce taux nominal s’ajoute l’ensemble des frais liés à l’obtention d’un crédit, dont la commission demandée par les courtiers et le coût de l’assurance emprunteur.

Le total ne doit pas dépasser le taux d’usure, destiné à protéger les particuliers de conditions d’emprunt abusives et qui est fixé chaque trimestre par la Banque de France.

À titre d’exemple, le taux d’usure est actuellement de 2,40% pour un emprunt sur 20 ans, un niveau jugé désormais trop bas par de nombreux acteurs du marché, qui ne trouvent plus suffisamment d’air pour leurs marges.

D’autres contraintes entrent aussi en jeu, comme le plafonnement des traites mensuelles en fonction des revenus et la limitation de la durée d’endettement dans certains cas.

Il est « actuellement plus difficile d’obtenir un prêt« , résume une note du comparateur Assurland.com, même si pour le moment les volumes ne baissent pas.

La Banque de France ne constate en effet pas de ralentissement de l’octroi de nouveaux crédits à l’habitat : l’encours était même en hausse de 6,3% sur un an en avril.

Les courtiers comptent sur une remontée des taux d’usure

Kissy Peron, courtière et animatrice d’une communauté autour de la vulgarisation du crédit sur les réseaux sociaux, ne voit pour l’instant pas le flux de clients se tarir.

Les gens « continueront à acheter » des biens immobiliers, explique-t-elle, et les courtiers « savent se diversifier vers des produits qui sont au moins aussi rémunérateurs : regroupement de crédits, crédit à la consommation, voire des formations sur l’investissement immobilier« .

Eu égard à sa méthode de calcul, il faudra attendre le 1er octobre pour que le taux d’usure remonte de façon significative, sauf décision politique d’ici là. « Certains pourront passer l’orage, pour d’autres ce sera plus difficile« , s’inquiète M. Cambournac.

À plus long terme, le président du réseau de courtage CAFPI, Olivier Lendrevie écarte la menace durable d’une remontée des taux pour sa profession. Ce nouvel environnement de marché « rendra les emprunteurs plus sensibles à l’importance de faire le tour du marché, de comparer les taux des différentes banques », estime-t-il.

Ces dernières resteront néanmoins en position de force : la fin des taux bas signifie pour elles plus de marge, tandis que la rémunération des courtiers, en honoraires auprès du client et de la banque, dépend du volume de crédits.