Immobilier Ajaccio (Corse): Même les villas les pieds dans l’eau ne s’arrachent plus à la première visite

La tendance immobilière de l’été à Ajaccio et dans les environs ? Une pause des transactions et sans doute des prix. Etat des lieux avec Yves Menassé de Max Immobilier.

Vue de la baie d'Ajaccio en Corse

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

Au sud de la corse, à Ajaccio, la cité de naissance de Napoléon, le marché du neuf est animé par des accédants à la propriété et des investisseurs en Pinel, prêts à débourser au moins 3.500 euros par mètre carré. Au bout de neuf ans, ces derniers peuvent continuer à donner leur bien en location ou à en faire leur résidence secondaire.

Forte demande sur le triangle d’or

« Installés sur le continent, les membres de la diaspora corse recherchent des biens dans le neuf ou dans l’ancien, pour y passer aujourd’hui leurs vacances et demain leur retraite. Généralement ils privilégient des villas dans les quartiers résidentiels de la route des îles Sanguinaires ou du Salario ou encore des appartements situés dans le « Triangle d’or » d’Ajaccio », explique Yves Menassé, directeur fondateur de Max Immobilier, lauréat du Palmares de l’immobilier.

Le« Triangle d’or » d’Ajaccio englobe la place Foch, le cours Grandval – artère élégante bordée de maisons de villégiature du XIXe siècle- , la grotte Napoléon, le boulevard Madame Mère et le bord de mer. Dans ce secteur très commerçant et desservi par les transports en commun, les prix de l’immobilier varient entre 4.000 et 8.000 euros le mètre carré. Bien sûr, le haut de la fourchette concerne les appartements avec un extérieur situés en première ligne mer dans les quartiers Diamant, Lantivy et Trottel. Quant aux acquéreurs du continent, ils apprécient la sécurité régnant sur le  l’île et en particulier sur le golfe d’Ajaccio.

A proximité du cours Napoléon, rue de Trois Marie, un appartement de près de 56 mètres carrés est parti à 225.000 euros. Route des Cèdres, un appartement de 100 mètres carrés et de près de 47 mètres carrés de terrasse s’est signé 665.000 euros.

Les villas prisées dans l’arrière-pays d’Ajaccio

Si l’on est prêt à s’installer dans l’arrière pays et à débourser au moins 600.000 euros, les villas sur de beaux terrains se sont valorisées. « En un peu plus de trois ans, leurs prix ont gagné entre 20 et 30%, selon l’emplacement et l’état » poursuit Yves Menassé . Au lieudit San Biaggo à Ajaccio, un acquéreur a déboursé 1.090.000 euros pour une villa contemporaine de 150 mètres carrés sur un terrain d’un bon millier de mètres carrés.

A Afa, au Nord Est de la cité impériale, une villa de 212 mètres carrés sur un terrain d’un peu plus de 2.000 mètres carrés s’est signée 840.000 euros. Pour s’offrir une villa de 214 mètres carrés sur un terrain de seulement 500 mètres carrés, encore un peu plus loin, à Appietto, un acquéreur a consacré 15.000 euros de plus, soit 855.000 euros.

Si l’an dernier Max Immobilier a vendu dans le golfe d’Ajaccio quelques villas entre 1,6 et 2 millions d’euros, les transactions sur des beaux biens ralentissent. Même les villas, les pieds dans l’eau ne s’arrachent plus aux premières visites. Sur le créneau d’entrée de gamme, les acheteurs risquent d’être pénalisés par la hausse des taux. Bref, la tendance est à la pause des transactions et des prix d’ici la fin de cette année.