Mise à jour de l’encadrement des loyers : De mini baisses de loyers de référence en Ile-de-France

L’agence de location et gestion locative Flatlooker a étudié les récentes mises à jour de l’encadrement des loyers en Ile-de-France. Résultat ? 3 villes d’Ile-de-France connaissent une baisse de loyer de référence.

Vua aérienne de Paris avec la Tour Eiffel, l'Eglise Saint-Eustache et La Défense en arrière plan.e

© adobestock

Des baisses pour les loyers de référence à Noisy-le-Sec, Pierrefitte et Saint-Denis

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

Les loyers de référence baissent à Noisy-le-Sec, Pierrefitte et Saint-Denis

Deux villes de la Plaine Commune et une ville d’Est Ensemble connaissent une baisse de leur loyer de référence. Il s’agit de Noisy-le-Sec où la baisse est de 0,16%Pierrefitte où le loyer de référence moyen est passé de 17€/m2 à 16,9€/m² soit -0,46% et Saint-Denis qui enregistre une baisse de 0,12%.

« La baisse des loyers de référence est surprenante dans un contexte d’inflation, il s’agit probablement d’une correction par rapport à des loyers de référence surestimés l’année dernière », précise Mathieu Giard, porte-parole de Flatlooker.

Les loyers de référence augmentent à Paris

Toutes les zones parisiennes ont globalement augmenté entre 0,56% et 1,44%. On observe néanmoins que la hausse des loyers de référence est légèrement inférieure en 2022 (0,99%) qu’en 2021 (1,15%). Les plus fortes hausses concernent les quartiers : Invalides, Saint-Thomas-d’Aquin, Notre-Dame-des Champs, Gros-Caillou et École-Militaire.

De fortes disparités entre les différents types de logements 

Parmi les critères de l’encadrement des loyers, on trouve l’époque de construction et le nombre de pièces. On constate que les grands logements (T4+) ainsi que les T2 ont subi une baisse. C’est également le cas pour les logements construits entre 1946 et 1991. Mais l’on ne peut pas faire de généralité. Au sein même des villes, que ce soit Paris, Stains ou Saint-Ouen il y a une forte disparité.

L’étude met en lumière ces disparités avec un exemple d’encadrement des loyers à Noisy le Sec pour deux T4. On observe que le loyer de référence des T4 construits avant 1946 a augmenté de 6% tandis qu’il a baissé de 5% pour les mêmes biens construits entre 1946 et 1970.

Dans le premier cas, un appartement de 70m2 pouvait être loué au maximum 924 € (loyer majoré) avant juillet et 980 € désormais. À l’inverse, il est autorisé de louer ce T4 construit en 1960 au maximum 882€ depuis juillet vs 931 € il y a quelques mois.

« Cet exemple montre que les valeurs de l’encadrement des loyers vont continuer de s’affiner année après année afin de refléter le plus fidèlement possible le marché immobilier. On pourrait même imaginer ajouter de nouveaux critères comme les performances énergétiques« , explique Mathieu Giard.


 

La baisse des loyers de référence est surprenante dans un contexte d’inflation, il s’agit probablement d’une correction par rapport à des loyers de référence surestimés l’année dernière 
Mathieu Giard, porte-parole de Flatlooker