« Mieux défendre les métiers de l’immobilier », François Moerlen (FNAIM)

François Moerlen, administrateur de la FNAIM et candidat à sa présidence est l’invité de Mon Podcast Immo.

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

François Moerlen souhaite rendre leurs lettres de noblesse aux professions immobilières en démontrant leur rôle sociétal, grâce à plus d’intermédiation dans chaque métier. Extraits choisis.

Mon Podcast Immo : Vous pensez que les professionnels doivent être mieux défendus par leur syndicats ?

François Moerlen : Absolument. Avec Jean-François Buet et Jean-Marc Torrollion, nous avons fait un gros travail sur le sujet. Mais, aujourd’hui, force est de constater que les professions immobilières n’ont pas encore acquis leurs lettres de noblesse. En France, nous avons tout intérêt à avoir secteur du logement qui soit intermédié, car l’intermédiation, c’est la garantie que les règles sont respectées par tous.

Mon Podcast Immo : Concrètement, quelles actions comptez-vous mettre en place ?

François Moerlen : Il faut prendre chaque métier indépendamment pour montrer à quel point notre action est vertueuse. Par exemple, sur le plan de la gestion locative et de la location, où il y a énormément de règles à respecter, je pense que l’intermédiation est beaucoup trop faible puisqu’elle ne représente que 50 % des locations et 40 % de la gestion locative. Le marché non intermédié de la location est la porte ouverte au non-respect des règles de la sélection des locataires, ce qui est très dommageable pour le fonctionnement de notre société.

Je veux mettre en place un référentiel de services pour chaque métier – puisque je milite pour une fédération des métiers – et je veux faire en sorte que chaque métier soit porté par un label Fnaim qui garantit au consommateur qu’un certain nombre de services, de procédures, de technologies sont mises à son service avec un respect des règles et des lois qui sont les nôtres.

Mon Podcast Immo : Tout cela suppose une remise en question de la part des agences immobilières Fnaim. Sont-elles prêtes ?

François Moerlen : La Fnaim est le premier syndicat français immobilier avec 10 000 adhérents. Nous avons les moyens, grâce à nos chambres départementales, de faire en sorte que nous soyons au contact de chacun d’entre eux pour, d’abord, leur faire prendre conscience davantage de ce rôle social, et, ensuite, pour les aider à monter en gamme grâce à différents moyens que sont la formation et les services au travers d’une centrale d’achat qui va leur permettre de mutualiser les coûts, afin qu’ils puissent souscrire des services qu’ils mettront ensuite à la disposition des clients.

Mon Podcast Immo : Qu’est-ce-qui vous déplaît dans la façon dont les pouvoir publics appréhendent les agents immobiliers ?

François Moerlen : Quand on a besoin de nous, on sait nous trouver, la rénovation énergétique en est un parfait exemple, au cœur de laquelle se trouve le syndic de copropriété. Et en même temps, l’ordonnance du 30 octobre 2019 favorise le passage à la gestion coopérative de la copropriété avec, pour conséquence, de faire partir un certain nombre de copropriétés dans l’autogestion.

Mon Podcast Immo : Allez-vous travailler également sur la façon dont vous perçoit le grand public ?

François Moerlen : Oui. C’est pourquoi nous voulons réhabiliter ce cube jaune, avec Vesta qui est l’emblème de toute la profession indistinctement. Ce qui ne permet pas au consommateur d’identifier un agent immobilier « augmenté ». Je veux faire en sorte qu’être Fnaim, cela ait un sens, celui de permettre à nos confrères d’afficher un label métier qui garantit qu’ils ont un certain niveau de compétences. Je veux que le cube jaune reste la marque de la qualité immobilière.