Immobilier, consommation : Un surcoût de 1500 euros par an pour les ménages modestes

Prix au mètre carré élevé du logement et voiture gourmande en carburant: pour un service identique, les ménages les plus modestes dépensent souvent un surplus par rapport à ceux de classe moyenne, un effet parfois corrigé par des aides sociales.

Main tenant une calculatrice

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 1 min

« Le marché fait que les ménages en situation de pauvreté achètent un certain nombre de biens dans des conditions moins favorables que pour d’autres ménages », a commenté auprès de l’AFP Jacques Berger, directeur de l’association Action Tank Entreprise et Pauvreté, qui a réalisé cette étude avec le cabinet Boston Consulting Group, à la demande de La Banque Postale.

« Ce phénomène insidieux touche beaucoup de catégories de dépenses », a-t-il ajouté.

Les ménages modestes dépensent 13% de plus pour leur logement

En matière de logement par exemple, les ménages les plus modestes disposent de plus petites surfaces, dont le prix au mètre carré est plus cher. Ce surcoût de 13% en moyenne est néanmoins compensé dans la plupart des cas par les aides au logement, précise l’étude.

17% de plus pour le transport

Pour le transport, les foyers précaires utilisent des voitures plus anciennes, qui consomment plus de carburant, ce qui alourdit ce poste de dépense de 17% en moyenne.

28% de plus pour l’électroménager

En ce qui concerne l’électroménager, les ménages modestes dépensent en moyenne 28% supplémentaire pour laver du linge, de fait d’équipements moins performants ou de l’utilisation d’une laverie.

Au total, un ménage modeste aux dépenses moyennes subit un surcoût annuel d’environ 1.500 euros, qui peut être réduit à 100 euros grâce aux aides sociales, selon les calculs de cette étude.

Mais « le phénomène est significatif et peut représenter plusieurs milliers d’euros » parfois, selon le profil du ménage, a souligné M. Berger.

Les aides sociales permettent à des familles de le compenser. Certaines toutefois n’entament pas les démarches pour les obtenir, relève l’étude.