Les artisans du bâtiment portés par la rénovation

L’activité des artisans du bâtiment progresse toujours mais de moins en moins vite, davantage portée par l’activité de rénovation que par le neuf, selon les chiffres de leur organisation professionnelle

Appartement en chantier en cours de rénovation

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

Au troisième trimestre, l’activité a progressé de 2% par rapport à la même période de 2021, selon les estimations de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

Un ralentissement par rapport aux 3% du deuxième trimestre et aux 3,5% du premier, qui alimente des incertitudes de la Capeb pour la seconde moitié de l’année 2023.

« Il y a un effet de cycle de toutes façons, qui après la Covid se traduit par un ralentissement, puisque post-Covid, en 2021, on a eu un rattrapage très important, donc cet effet-là s’est un peu aplani et on est revenu à une situation normale« , a développé en conférence de presse Alain Chouguiat, directeur des affaires économiques de la Capeb.

Comme depuis la mi-2021, c’est l’entretien-rénovation qui croît plus rapidement que l’activité dans la construction neuve (2% contre 1,5%), à l’inverse de la tendance qui prévalait avant la pandémie.

Les travaux de rénovation énergétique, encouragés par l’Etat à travers des aides comme MaPrimeRénov’ et un calendrier contraignant pour les propriétaires-bailleurs, ont particulièrement progressé, de 4% sur un an.

89% des artisans ont répercuté l’inflation sur leur tarifs

En vertu de la loi Climat et résilience, les logements les plus énergivores vont être progressivement interdits à la location à partir de 2023. L’objectif est d’accélérer la rénovation énergétique des bâtiments, qui avec leur usage représentent plus d’un quart des émissions de gaz à effet de serre de la France.

L’inflation, portée par les prix de l’énergie, continue de peser sur le secteur qui y est sensible. Ainsi, 89% des artisans ont déclaré l’avoir répercutée, au moins en partie, sur leurs tarifs depuis le début de l’année, en particulier les menuisiers-serruriers, les maçons et les électriciens.

Les défaillances d’entreprises ont bondi de plus de 50%, du fait de l’arrêt des prêts garantis par l’Etat (PGE) octroyés pour faire face à la pandémie. Mais il continue d’y avoir plus de créations que de défaillances.

« Il y a des entreprises qui sont plus fragilisées, indépendamment du PGE, et qui ne sont pas armées pour faire face à des problèmes de trésorerie, d’organisation nouvelle…« , a ajouté Alain Chouguiat.