Congrès FNAIM 2018 : »#1641, la garantie des vices cachés », Rémi Boggio

Le directeur général de Horizon Assurances était l’invité du Fil d’Ariane au Congrès de la FNAIM. Il nous dit tout sur #1641, la garantie des vices cachés.

Le directeur général d’Horizon Assurances était présent au Congrès de la FNAIM 2018, muni d’un mystérieux hashtag : #1641. Késako ? « C’est tout simplement l’article du Code Civil, qui définit la garantie des vices cachés. » explique  Rémi Boggio.  Il s’explique : « c’est une garantie qui s’applique à toutes les ventes dans l’ancien, pas que dans l’immobilier » , cela s’applique aussi si vous avez besoin d’acheter un lave-vaisselle ou un four.

La garantie des vices cachés, un produit d’assurance inédit

D’après ce professionnel de l’assurance, il y a tout de même quelques particularités qui s’appliquent dans le monde de l’immobilier. « La responsabilité du vendeur est limitée, car on réduit sa clause au cas où il ait connaissance du vice caché, ajoute Rémi Boggio. Quand il y a un vice caché comme un problème de toiture, d’isolation ou d’humidité, ça représente très vite des désordres importants de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros ». Horizon Assurances a donc décidé d’apporter une sécurité supplémentaire à l’acquéreur : « s’il découvre un vice caché dans son appartement (…) il n’a pas besoin de faire un contentieux judiciaire, mais il fait simplement une déclaration de sinistre et nous on l’indemnise ».

Un produit inédit dans le monde de l’assurance en immobilier, qui a été présenté lors de ce Congrès par Horizon Assurances. Et cette garantie, « ça va vous coûter 1,65% du montant garanti : pour 30 000 euros de protection, vous devez payer grosso modo 495 euros, dans l’hypothèse où vous achetez chez un particulier, moins si c’est chez un professionnel ». A bon entendeur…

© mysweetimmo
Era France