Cambriolages : comment vous en prémunir ?

Les cambriolages touchent chaque année 2% des ménages et ont bondi de 50% en dix ans. Mais est-ce une fatalité ? L’Observatoire de la sécurité des foyers * qui réunit des acteurs clés de l’assurance de l’expertise et de la sécurité vous aide à vous en prémunir. Suivez le guide…

Le Ministère de l’Intérieur vient de publier le premier bilan statistique pour l’année 2018 des faits d’insécurité et de délinquance. Issu du service statistique ministériel de la sécurité intérieur (SSMSI), il en ressort notamment que les cambriolages, qui touchent tout de même chaque année 2% des ménages et ont bondi de 50% en dix ans ont baissé en France l’an dernier avec cependant près de 234 000 cambriolages effectifs de logements recensés en France métropolitaine soit près de 650 par jour et plus de deux par minute !

Les cambriolages en hausse à Paris, en Ile-de-France mais pas que…

Surtout, cette tendance cache de forte hausse (de plus de 15%) dans certains départements (7), et notamment à Paris et en Ile-de-France mais aussi en Loire Atlantique ainsi qu’en Bourgogne-Franche-Comté avec des augmentations enregistrées dans l’Yonne, le Doubs et le Jura. Les cambriolages sont marqués par une forte saisonnalité avec un quatrième trimestre qui connaît une recrudescence de ces délits avant de baisser fortement au premier trimestre de l’année suivante.

Combattre 5 idées reçues sur les cambriolages

1/ On a souvent coutume de penser que les butins des cambriolages restent faibles. En fait, pas tant que ça avec un montant moyen supérieur à 3000 €, notamment lorsque des œuvres d’art, des antiquités ou des bijoux sont dérobés.

2/ Autre idée reçue : celle selon laquelle ce serait surtout des personnes âgées qui seraient touchées. Alors que la majorité des victimes sont des propriétaires – plus que des locataires – entre 30 et 50 ans, dont l’appétence pour les produits high tech constitue une raison de convoitise supplémentaire.

3 / Ce ne sont pas les résidences secondaires les plus attaquées, mais bien les grandes résidences principales de 100 à 200 m² situées dans des agglomérations de plus de 20.000 habitants.

4 / Dans un tiers des cas, le cambriolage a eu lieu alors que les habitants étaient chez eux (!). D’où l’importance de fermer à clé sa porte d’entrée même quand on est là.

5 / Les lieux où les gens cachent leurs objets de valeur sont souvent les mêmes : chambre, salle de bain ou dans un coffre-fort, cible favorite des cambrioleurs. Les experts suggèrent de miser plutôt sur des lieux inhabituels… ou sur un coffre à la banque pour les objets de grande valeur.

Un cambriolage est toujours un traumatisme

Face à l’ampleur du phénomène, les spécialistes de l’Observatoire de la sécurité des foyers* émettent quelque recommandations additionnelles : bien veiller à son contrat d’assurance contre les cambriolages (garantie, estimations de la valeur des biens assurés avec justificatif si besoin, franchise, clause « zéro vétustée »), à la sécurité de son domicile (alarme, auto-surveillance, télésurveillance…) – même si c’est après les faits – et aux bonnes pratiques à suivre en cas de cambriolage : ne toucher à rien, faire la liste de tous les objets dérobés, déposer plainte (dans les deux jours ouvrés) même en cas de simple tentative et faire confiance aux services de police et aux experts,  notamment l’expert judiciaire, et enfin ne pas hésiter à consulter et à se faire accompagner psychologiquement : un cambriolage est toujours un traumatisme.

*L’Observatoire de la sécurité des foyers est une initiative nouvelle lancée par trois acteurs majeurs et reconnus de la protection et de la prévention des risques, Covéa (MAAF, MMA, GMF), Verisure et Saretec.

 

 

© mysweetimmo/adobestock
Propriété privée