« Nous réhabilitons un patrimoine magnifique et créons le nouveau paysage urbain de notre pays », Benoit Quignon, SNCF Immobilier

Benoit Quignon, directeur général de SNCF Immobilier était l’invité d’Andréane Meslard au forum Global Cities Makers. Il expose sa stratégie et les défis énergétiques de la ville durable.

Dans la transformations des villes monde se pose un défi énergétique colossal pour les entreprises. Celui-ci comprend une population en augmentation perpétuelle, un besoin en logement constant, le fonctionnement des infrastructures et l’importance d’une énergie propre. C’est sur ce point qu’intervenait Benoit Quignon, directeur général de SCNF Immobilier, lors du tout premier Forum Global Cities Makers à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris . Pour cause, la SNCF Immobilier représente « 8,5 millions de m2 de bâtiments industriels, tertiaires et sociaux ainsi que 20 000 hectares de foncier, dont 3000 urbanisables dès maintenant, mais aussi 100 000 logements ». C’est bien connu la SNCF est l’un des premiers propriétaires foncier de France et ce n’est pas pour rien.

L’importance de rationaliser un patrimoine

« Il s’agit d’un patrimoine pas toujours très correct en matière énergétique, donc notre premier travail c’est de le rationaliser », explique Benoit Quignon, directeur général de SNCF Immobilier, structure créée en 2015. Bureaux d’études, espaces qui accueillent la clientèle ou encore usines, les infrastructures ne manquent pas à la SNCF. « Nous sommes ceux qui réhabilitons », précise Benoit Quignon qui ajoute « mais aussi ceux qui créons ». En terme de rénovations, le directeur général de SNCF Immobilier explique qu’il reste encore près de 15 ans avant de pouvoir se targuer d’un patrimoine totalement respectueux de la planète et des nouveaux enjeux énergétiques. Depuis la création de SNCF Immobilier il y a 4 ans, Benoit Quignon raconte : « nous sommes engagés dans un travail de recensement, d’évaluation, de structuration au travers de schémas directeurs immobiliers (…) nous sommes en train de créer trois usines en France qui vont accueillir des activités de maintenance matérielle », plus des formations et plusieurs dizaines de chantiers entrepris, cela engendre beaucoup de kilomètres parcourus pour l’entreprise et l’immobilier.

La création d’un nouveau patrimoine urbain

La création fait partie des activités de SNCF Immobilier. Benoit Quignon cite notamment le projet Chapelle Internationale, situé dans le nord de paris (XVIIIe arrondissement). « Il va accueillir à l’été ses premiers habitants, mais aussi des entreprises et un centre de logistique urbain » explique-t-il. Ce projet consiste dans l’utilisation d’un ancien espace ferroviaire en friches pour pouvoir construire un véritable quartier urbain et « logistique » dans Paris.  « On essaie d’imaginer de nouveaux usages, comme l’agriculture urbaine » explique le directeur général de SNCF Immobilier. Par exemple, la SCNF a permis la création de la Cité Fertile de Pantin. Réparti sur un hectare, ce lieu permet à l’agriculture d’envahir la ville, aux visiteurs de se réapproprier cette agriculture, « et en même temps on va réfléchir avec les habitants sur ce que pourrait devenir ce nouveau quartier, une éco-cité que nous souhaitons construire avec eux » explique Benoit Quignon. Il résume : « le transport ne conçoit pas sans son appartenance à la ville » et nos villes changent, il va bien falloir s’y faire.

© Andreane Meslard
Propriété privée