26 000 euros d’amende pour avoir osé écrire que ces bâtiments signés Zaha Hadid ne sont pas « feng shui »

26 000 euros d’amende pour avoir critiqué l’aspect de bâtiments sur sa page, c’est la sanction reçue par un bloggueur chinois. Selon lui, les immeubles du Wangjing Soho ne sont pas « feng shui ».

Il a été condamné pour diffamation. C’est un billet publié sur son blog qui a valu à cet internaute chinois de recevoir une amende de 26 000 euros. Selon ce texte, le complexe de bureaux, dessiné par l’architecte Zaha Hadid, situé dans le nord-est de Pékin, ne respecte pas les règles du « feng shui », et apporte la malchance et le malheur à tous les locataires. Si l’on en croit la définition de base, le feng shui est un art historique chinois qui préconise d’harmoniser les espaces au sein d’un lieu et de respecter les énergies afin de préserver la santé, le bien-être et la prospérité de ses habitants.

Une affaire de goût

Pas feng shui le Wangjing Soho ? Cet ensemble de trois immeubles aux formes futuristes et arrondies, dessiné par l’architecte irako-britannique Zaha Hadid, appartient au promoteur chinois Soho. L’architecte, lauréate du prix Pritzker en 2004, décédée en 2016 d’une crise cardiaque, s’est illustrée dans toute sa carrière par un style très caractéristique, formé de courbes, d’angles aigus, façonnant des oeuvres complexes et futuristes. Concernant les immeubles de Pékin, le blogueur s’est fendu d’un portrait brossé au vitriol sur sa page, parlant de bâtiments « farfelus ».  Outre la critique d’aspect, l’internaute a prédit un futur plein de malheur aux occupants, et un « Waterloo » pour leurs affaires. Dans son texte, il souligne même que les entreprises à l’intérieur sont aujourd’hui en difficulté ou en faillite.

La diffamation de bâtiment

Après avoir pas mal circulé sur les réseaux, et quelques 100 000 vues plus tard, l’article est effacé. En effet, le promoteur de l’immeuble, Soho, a porté plainte en justice contre le blogueur. L’entreprise a plaidé l’impact que pouvait avoir un tel texte sur les affaires, et sur les locataires de l’immeuble. Un jugement rejoint par le tribunal du district de Pékin de Chaoyang. Ce dernier a condamné le blogueur à verser une amende de 200 000 yuans, soient 26 000 euros, au promoteur Soho et à présenter ses excuses en public. Pour justifier sa décision, Soho a pointé la superstition utilisée avec le feng shui, et la diffamation portée sur le groupe immobilier.

© mysweetimmo/adobestock