La Grèce, terre d’opportunité pour les investisseurs

Avec son soleil toute l’année, sa reprise économique et ses prix de l’immobilier toujours aussi bas, la Grèce est un territoire idéal pour s’offrir une belle résidence secondaire à prix doux.

La Grèce sortirait-elle enfin la tête du trou ? Oui, à en croire les experts présents lors du premier colloque consacré aux opportunités immobilières en Grèce organisé par l’ambassade de Grèce en France et la Chambre de Commerce et d’Industrie France Grèce en partenariat avec MySweet’immo.

Le bon moment pour investir

« Les indicateurs économiques sont bons. Nous sommes sortis du mémorandum en août 2018 et le taux de croissance devrait atteindre les 1,8 % cette année », lance d’emblée Grigoris Stergioulis, président de Entreprise Greece, l’agence gouvernementale chargée de l’internationalisation de l’économie grecque . Un contexte idéal selon lui pour attirer bon nombre d’investisseurs étrangers et revoir la stratégie économique de la Grèce : « Il faut miser davantage sur le tourisme, qui est déjà la deuxième source de richesse du pays. Il faut réorienter l’économie. Faire en sorte que ceux qui investissent dans des goldens visas misent davantage sur des bons du trésor ou des infrastructures touristiques », ajoute-t-il.

Les prix de l’immobilier ont baissé de plus de 60% en 10 ans

Le regain de santé économique du pays impacte les prix de l’immobilier depuis deux ans. Ces derniers ont fini leur chute, estimée à plus de 60 % selon les professionnels de l’immobilier en seulement 10 ans. « Il n’est plus possible aujourd’hui de trouver à Athènes des biens qui se vendent à 400 €/m² », prévient Katerina Mitsotaki, directrice de Barnes Grèce. « Il existe cependant des logements sous la barre des 1000 €/m² à rénover. Le coût des travaux en Grèce est très faible. Si vous souhaitez faire la rénovation complète d’un appartement vous ne dépasserez pas les 1000 €/m² », observe-t-elle.

Sur les îles, les maisonnettes se négocient en moyenne autour des 1 500 €/m² et s’étendent sur une superficie de près de 100m². Une ville comme Athènes affiche un prix moyen légèrement supérieur, proche des 2000 €/m². Des îles comme Mykonos ou Santorin sont encore un peu plus chères (entre 3000 €/m² et 4 000 €/m²). Les prix dans le haut de gamme dépassent rarement les 10 000 €/m² : « Au-dessus de ce niveau-là, il n’y a que les biens rares. D’immenses villas de 1 000 m² avec une plage privée les pieds dans l’eau », indique l’agent immobilier.

Une fiscalité attractive

S’ajoute en Grèce un cadre fiscal avantageux pour les particuliers qui ne dégagent aucun revenu en Grèce. Les frais supplémentaires dans le cadre d’une acquisition ne dépassent pas les 5 % (frais de notaires, taxes enfia, etc). La réforme visant à instaurer un cadastre dans le pays n’étant pas terminée il demeure indispensable de se munir d’un avocat avant d’acheter afin qu’il puisse opérer la vérification des titres du bien. « Une fois ces étapes passées, l’investissement immobilier en Grèce devient très intéressant », souligne Constantin Karagounis, avocat spécialisé sur les questions fiscales. « L’espoir de faire une plus-value est important vu la chute qu’ont connu les prix et les niveaux de rendements observés sont de 4 % à 6 % ». Une aubaine pour les acheteurs.

© mysweeetimmo/LC/adobestock