Francis Hallé : « Nous avons beaucoup à apprendre des arbres ! »

Francis Hallé, botaniste voyageur spécialiste des arbres et des forêts tropicales parle de sa passion pour les arbres, de l’intelligence végétale et l’incompétence des politiques en matière au micro d’Ariane Artinian.

Le botaniste voyageur  ayant passé sa vie à dessiner des arbres  sur les précieux carnets qui l’accompagnent a inspiré l’exposition « Nous les Arbres » qui se tient jusqu’au 10 novembre à la Fondation Cartier. Pour l’occasion, Francis Hallé a dessiné « Sophora Japonica » (2019) dans les jardins de la fondation Cartier. Rencontre sans langue de bois devant « son » arbre.

Sophora Japonica (2019), Francis Halle, Extrait de Carnet.
Comment vous est venue la passion des arbres ?

C’est enraciné dans l’enfance… Qu’il s’agisse de moi, ou de mes nombreux amis qui les aiment également, tout vient des premières années. On a tous un arbre privilégie, favori, qui date de l’époque où nous étions enfant. La seule différence, c’est que j’ai gardé le mien. J’ai grandi en Seine-et-Marne, dans un joli bois, pendant l’Occupation allemande. J’ai gardé une admiration sans borne pour ce que l’on peut faire avec des arbres.

Aviez-vous un arbre fétiche ?

J’en ai des milliers ! J’ai commencé par un petit châtaignier… Il n’avait rien d’étonnant, mais il me permettait d’accéder aux branches basses d’un grand pin… C’est comme ça que je passais d’un arbre à l’autre, ce que j’ai fait toute mon enfance.

Nous sommes à l’exposition « Nous, les arbres ». S’ils pouvaient parler, que diraient-ils ?

Rien ! Les arbres se parlent, se comprennent, communiquent… entre eux ! Nous ne pouvons absolument pas les comprendre ou les entendre. C’est pour ça que je trouve quelque chose de provocateur au titre de cette exposition. Il y a vingt ans, tout le monde aurait éclaté de rire si on avait prononcé les termes « d’intelligence végétale ». Et puis, une succession de petits détails se sont accumulés les uns aux autres… De toutes petites découvertes qui, mises bout à bout et considérées dans leur ensemble, nous permettent de nous demander ce qui manque, au fond, pour que l’on puisse parler d’intelligence.

Si l’on s’en tient à la définition du dictionnaire, on peut trouver le terme galvaudé : une intelligence, c’est un langage sonore, une capacité à se mouvoir, à s’exprimer… Mais un ami québécois m’a fait remarquer que la définition de l’intelligence a été écrite par un être humain. Il est donc juge et partie, et c’est la porte ouverte aux pire exactions. Nous en sommes arrivés à une définition qui dit, de mémoire : « Est intelligent tout être vivant capable de résoudre les problèmes qu’il rencontre au cours de son existence, en ce qui concerne sa survie et son bien-être ». Cela suppose de pouvoir apprendre, et de pouvoir garder en mémoire ce qui a été appris. Nous avons aussi ajouté que « l’intelligence ne se manifeste pas bien dans les conditions faciles de la domesticité. Elle ne s’observe bien que dans le milieu naturel de l’être vivant ».

Que peuvent apprendre les hommes au contact des arbres ?

Que ce sont des êtres silencieux, extraordinairement utiles à leur environnement, et totalement non-violents… Il me semble que l’on peut parler de modèles ! On se demande d’ailleurs si les plantes ne sont pas infiniment plus intelligentes que nous. Si vous regardez de près : nous détruisons notre environnement. Il y a des déchets jusqu’en haut de l’Himalaya. Le Pacifique est couvert de plastique. Les sols sont stérilisés à cause de tous les intrants qu’on y met… Ajoutez enfin que nous sommes strictement incapables de réguler notre population.

À l’inverse, une plante améliore son environnement, et elles ont développé des méthodes particulièrement astucieuses pour réguler leur démographie.

Mais alors que faut-il faire ?

Peut-être bien imiter les plantes… Mais cela implique d’abord de s’y intéresser. Prenez l’exemple d’une balade en forêt. On sait tous le bien que l’on peut en retirer. Les Japonais, eux, ont étudié la question en détail : ils se sont demandé à quelle fonction, à quel organe en particulier cette balade en forêt était bénéfique. Il ne faut pas non plus sombrer dans l’obscurantisme… Une promenade en forêt permet d’apaiser le rythme cardiaque. Cela ne veut pas dire qu’il faut faire des câlins aux arbres…

Quel conseil donneriez-vous à ceux qui nous gouvernent ?

Ils ne connaissent rien ! Ils n’ont pas une seule notion d’écologie dans la tête, même ceux dont c’est le métier… Et pour tout vous dire, je ne fais pas confiance à l’être humain… Je trouve notre espèce prédatrice, incontrôlée, et animée par la destruction…

© mysweetimmo/lebedinsky