DPE : la classe énergétique d’un logement qu’est-ce que c’est ?

© mysweetimmo/adobestock

Passage obligé pour tous les propriétaires qui souhaitent vendre ou louer leur logement, le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) reste méconnu, décrié et pourtant incontournable. De quelles aides peut-on bénéficier si l’on « éco-rénove » son bien ?

Quelle est l’utilité du DPE ?

Alors que le gouvernement part en guerre contre les « passoires thermiques » et qu’une loi incitant les Français à rénover énergétiquement leurs logements – la fameuse loi Énergie-Climat – entrera bientôt en vigueur, le Diagnostic de Performance énergétique (DPE) est au centre de toutes les attentions. Rappelons que ce document – obligatoire si vous désirez vendre ou faire de la location – vise à estimer la consommation en énergie de votre logement et ainsi à renseigner vos futurs acquéreurs/locataires sur le montant des factures (électricité, gaz) dont ils devront s’acquitter. « Mais ce que l’on sait moins, c’est que le DPE contient également des recommandations qui, si elles sont suivies, contribueront à améliorer l’efficacité énergétique/thermique de votre bien », précise Bertrand Gstalder, Président du Groupe SeLoger.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un document qui fournit au futur acheteur/locataire d’un logement une estimation de sa consommation énergétique ainsi que de son taux d’émission de gaz à effet de serre. Il est obligatoire depuis 2006 pour les ventes et depuis 2007 pour les locations.

Le DPE : méconnu, décrié mais incontournable

Parmi les reproches adressés au DPE, ce sont son manque de fiabilité et de cohérence qui reviennent le plus souvent. Face au désamour des Français pour ce diagnostic, le gouvernement a réagi. « La performance énergétique, c’est l’un des premiers critères pris en compte pour l’achat ou la location d’un bien immobilier », explique le député du Gard Anthony Cellier. C’est pour cela que le DPE est primordial ! Dans la loi ÉLAN, j’avais porté un amendement pour que le DPE, aujourd’hui obligatoire, devienne opposable. Il le sera dès 2021 ! Un grand travail de fiabilisation et d’harmonisation des DPE a également été engagé par le gouvernement et sera finalisé très prochainement ».

Que doit contenir un diagnostic de performance énergétique (DPE) ?

Outre une présentation détaillée de votre logement (état général, descriptif des parois opaques/vitrées, de leurs performances thermiques et du système énergétique utilisé…), le DPE contient une étiquette énergétique, une autre climatique mais aussi des recommandations. Celles-ci prennent la forme de comportements à adopter et de travaux dont la réalisation permettrait d’économiser de l’énergie.

« Les recommandations sont un volet du DPE auquel les propriétaires n’attachent pas assez d’importance car ils ont tendance à se focaliser sur le diagnostic amiante ou encore sur l’étiquette énergétique, explique Nicolas Doré, du service Bâtiments de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie. Il s’agit pourtant de travaux adaptés à l’habitation et dont l’exécution améliorera sensiblement le DPE, avec à la clé, des économies mais aussi un confort accru et une meilleure qualité de vie. »

A noter : En  France, on recense encore 7,2 millions de passoires thermiques (logements classés F ou G).

Combien coûte un DPE ?

Le coût de réalisation d’un DPE dépend de la superficie du logement dont il fait l’objet. Il semble toutefois que les chiffres les plus fréquemment relevés fassent état de prix pouvant aller de 80 € pour un studio à 160 € pour une maison. Dans tous les cas, veillez à ce que le DPE de votre logement soit réalisé par un professionnel certifié, celui-ci devra impérativement se déplacer pour effectuer ses relevés. « En aucun cas, un DPE ne peut se faire à distance, par téléphone », insiste Nicolas Doré, de l’Ademe.

A noter : la durée de validité d’un DPE est de 10 ans.

Vers un durcissement du DPE pour éradiquer les passoires thermiques

La lutte contre le réchauffement climatique est plus que jamais au coeur de tous les débats. « Le bâtiment représente 26% de nos émissions de gaz à effet de serre », explique le député du Gard Anthony Cellier. Agir contre les passoires thermiques, c’est bon pour la planète, c’est bon pour le confort des Français et c’est bon pour leurs factures ». C’est pour répondre à cet enjeu que la loi Énergie-Climat a été élaborée. « Avec cette loi, nous voulons mettre fin aux passoires énergétiques en trois étapes : tout d’abord, en incitant et en informant les propriétaires, puis en les obligeant à rénover leurs logements et enfin en les sanctionnant, si besoin », détaille Anthony Cellier.

S’il reste purement informatif, il est toutefois à noter que le DPE deviendra opposable à compter du 1er janvier 2021. En clair, l’acquéreur ou le locataire d’un logement seront autorisés à utiliser les informations contenues dans le DPE contre le vendeur ou le propriétaire. « Le DPE doit être un outil de confiance entre vendeur et acheteur, entre propriétaire et locataire » précise le député Anthony Cellier. « Ce nouveau DPE opposable contribuera à renforcer la transparence et donc la confiance ».

Un an plus tôt, la loi Énergie et Climat aura interdit aux propriétaires de passoires thermiques (logement classé F, voire G) d’appliquer à leurs loyers une revalorisation qui dépasserait la hausse de l’IRL. Le montant prévisionnel des dépenses d’énergie devra également figurer dans les annonces immobilières.

Dès le 1er janvier 2022, s’ils désirent vendre ou louer leur bien, ces mêmes propriétaires devront annexer un audit énergétique au DPE. « Renforcer l’obligation d’information, qui pèse sur le propriétaire, en rendant obligatoire la réalisation d’un véritable audit énergétique permet de mettre l’accent sur les performances du logement et de détailler la marche à suivre pour les améliorer », estime Nicolas Doré, de l’Ademe.

Tous les logements classés E – au minimum – en 2028

A partir du 1er janvier 2028, l’intégralité du parc immobilier hexagonal devra, sauf exceptions (contraintes techniques, disproportion entre le coût des travaux et la valeur du bien, copropriétés en difficulté…), être classée – au minimum – E et afficher une consommation inférieure à 330 kWh/m²/an. Des sanctions – dont la teneur exacte sera prochainement débattue – pourront s’appliquer aux propriétaires de passoires thermiques qui tarderaient à rénover leurs logements.

A noter : s’il omet volontairement de transmettre le DPE à l’acquéreur d’un logement, son ancien propriétaire pourra voir sa responsabilité  engagée.

Quelles aides financières pour « éco-rénover » ?

Sachez que si vous avez l’intention de suivre les recommandations du DPE et d’améliorer les performances énergétiques de votre habitation, des aides financières sont à votre disposition, telles que :

« Des aides financières existent mais parfois, il n’est pas évident de s’y retrouver, admet Nicolas Doré, de l’Ademe. Avant de vous lancer dans des travaux de rénovation énergétique, prenez soin de vous renseigner auprès des conseillers FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique). Ils vous conseilleront et vous accompagneront tout au long de votre projet. Vous pouvez les contacter gratuitement au 0 808 800 700 ».

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !