5 erreurs à éviter si vous vous lancez dans l’immobilier en qualité d’indépendant

Erreur à éviter
© mysweetimmo/adobestock

Vous vous lancez dans l’immobilier en tant qualité de conseiller immobilier ou de consultant indépendant ? Pierre Fasquelle, conférencier et formateur immobilier fait le point sur les croyances erronées liées à votre nouveau métier. Zoom sur les erreurs à éviter.

Ca y est, c’est décidé, vous vous lancez dans l’immobilier en  tant qualité de conseiller ou de consultant indépendant. L’immobilier a le vent en poupe et vous auriez tort de laisser la place aux autres. Exercer le métier de mandataire immobilier peut être passionnant autant sur le plan technique et juridique qu’au niveau humain. Quoi de plus gratifiant d’aider à réaliser des projets de vie tout en gagnant correctement, voire confortablement sa vie ! Quoi de plus cool de travailler de chez soi et avoir ce sentiment de liberté ! « Attention toutefois aux apparences trompeuses », rappelle le consultant formateur Pierre Fasquelle. Voici les 5 erreurs à éviter pour démarrer en connaissance de cause.

Erreur n°1 : Croire que vous allez être rapidement financièrement indépendant

Oui, c’est vrai mais à moyen terme. En commençant d’arrache-pied et à force de travailler tous les jours, vous pouvez prétendre réaliser votre première affaire au bout de cinq à six mois. Elle vous rapportera quelques milliers d’euros. Mais il s’agit de chiffre d’affaire auquel il faudra soustraire les charges courantes, les charges sociales, la publicité dépensée et le cas échéant la redevance. Peut-être arriverez-vous à vous dégager un revenu au bout de six mois. A condition que d’autres affaires suivent car l’immobilier, c’est du one shot surtout au début de son activité.  Donc, pour tenir les premiers mois, il en faut de l’argent pour vivre et payer les charges de son activité.

En tenant compte de la date de lancement, de la saisonnalité, avoir dix mois minimum de trésorerie pour vivre et financer votre activité est un atout.

Erreur n°2 : Croire que vous allez avoir beaucoup de temps libre

Bien sûr, vous êtes prêt à travailler et même travailler beaucoup, mais, avouez-le, le fait de pouvoir prendre du temps pour vous, votre famille, vos activités vous séduit aussi dans votre nouvelle activité. Dans l’immobilier, et particulièrement en tant qu’indépendant, un emploi du temps rigoureux est un facteur clef de succès. Chaque matin, du lundi et même régulièrement jusqu’au samedi, la journée commence tôt : administratif, pige, formation, documentation, pour enchainer ensuite sur du porte à porte, distribution de tracts, prospection téléphonique… Et cette journée finit parfois tard avec les rendez vous. Et oui,… les clients vous recoivent quand ils sont disponibles… après leur travail.

Oui, bien sur, vous avez du temps de libre parce que vous avez mis dans votre agenda, au milieu de votre activité pro, des moments pour vous, rien qu’a vous. C’est cela la liberté.

Erreur n°3 : Croire que votre utilité sera reconnue

Une immense motivation que l’on retrouve chez vos confrères, c’est le sentiment d’être utile. Ce que vous faites, se voit. Vous réalisez une vente et avez participé à deux projets de vie et au bonheur ou à la satisfaction de vos clients. Votre mission de conseil influence les vendeurs et les acheteurs. C’est très gratifiant.

Hormis ce coté là, vous embrassez une profession qui est régulièrement décriée et dévalorisée. Vous vous en mettez plein les poches, vous êtes des voleurs et vous ne faites pas votre travail.

Les professionnels de l’immobilier, qui traversent le temps, possèdent une résistance à la frustration et un détachement hors du commun.

Erreur n°4 : Croire que votre nouveau statut rassure

Indépendant rime avec courage, détermination, caractère, fierté… Mais aussi avec peur et  jalousie. Au sein de votre famille et dans votre entourage amical, vous retrouverez le chaud et le froid. Attendez vous à être soutenu. Attendez vous aussi à connaitre des déceptions.

Le mieux est d’éviter de se justifier et ne pas « trop » faire attention aux éloges ou bien aux « supers » conseils avisés de ceux qui ne sauteront jamais le pas.

Erreur n°5 : Croire que votre réseau estsuffisant

Le principal danger quand on se lance dans l’immobilier est de compter sur son réseau, la famille, les amis, les connaissances. Vous êtes indépendant et votre pain se gagne au nombre de mandats que vous rentrez. Attiré par les sirènes, vous succombez à la bienveillance et la facilité de vous tourner vers votre entourage. Les affaires tombent d’elles-mêmes. Vous vous dites : « Tout compte fait, c’est facile l’immobilier ». Cela ne vous a pas demandé trop de travail, les contacts étaient faciles et vous avez fait votre job correctement. Au fil des mois, vos revenus ont augmenté, vos dépenses aussi… Vous avez eu du temps libre et repoussé la prospection « dans le dur ». Après cet état de grâce, le temps des vaches maigre arrive.

Sans anticipation et vous reposant sur ce matelas d’affaires apporté par vos connaissances, la source se tarit très vite. Un matin, vous vous levez sans mandat dans votre portefeuille, sans rendez vous et une motivation à reconstruire… La galère commence.

Donc, oui, vous pouvez solliciter vos réseaux mais le mieux est de travailler comme s’ils n’existaient pas. C’est le facteur clé de succès.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !