Comment se débarrasser des nuisibles qui ont profité du confinement pour proliférer

© adobestock

Plusieurs espèces de nuisibles ont profité du confinement de la population pour se développer. Pourquoi reviennent-ils en force ? Et comment les traiter ? Réponses de Christophe Dupont, directeur général de Tech-Way, expert de l’habitat et filiale du groupe Foncia.

Beaucoup avaient espéré que la fermeture des hôtels, le confinement et l’arrêt des vols internationaux allaient porter un coup fatal à la croissance exponentielle du nombre d’infestations de punaises de lit que nous connaissons depuis plusieurs années. Il n’en est rien, bien au contraire.

Les punaises de lit se développent dans les logements

La période de confinement s’est traduite par une réduction forte du nombre de traitements curatifs. Les occupants ont ainsi souvent cohabité avec ces nuisibles pendant de nombreuses semaines, les laissant se développer dans les logements. Les infestations sont donc tout aussi nombreuses, et surtout beaucoup plus sévères. « Nous recevons des demandes d’intervention en pleine nuit, parfois à 3 heures du matin, explique Christophe Dupont, directeur général de Tech-Way, expert de l’habitat et filiale du groupe Foncia. Nous ressentons un niveau d’angoisse particulièrement élevé face à la prolifération.»

Même problème dans les hôtels. Les punaises de lit ont été privées de nourriture pendant des mois, mais elles peuvent survivre ainsi sans manger pendant plus d’un an. « Autant dire qu’elles sont toujours bien vivantes ! Beaucoup d’hôtels ont profité de la période de fermeture pour les éliminer et préparer le retour de leurs clients », précise Christophe Dupont.

Guêpes et frelons colonisent le territoire français

Depuis 2004, le frelon asiatique a progressivement colonisé le territoire français. À l’exception du Nord-Est de l’Hexagone, il est maintenant présent un peu partout. Cette année, les conditions météorologiques (températures élevées et temps sec) et la faible pollution liée au confinement ont favorisé encore plus le développement de cette espèce, et on observe déjà de très nombreux nids primaires dans les arbres. Le frelon asiatique n’est ni plus gros, ni plus agressif que son cousin européen, mais c’est un redoutable prédateur d’abeilles. Ses piqûres sont également très douloureuses. Les reines avaient pour habitude d’installer leurs nids en haut des arbres, parfois à 30 mètres en hauteur. Avec le confinement, on retrouve maintenant des nids à des endroits beaucoup plus étonnants : dans des boîtes aux lettres et même sous le capot de voitures qui n’ont pas bougé pendant deux mois.

Les chenilles processionnaires poursuivent leur invasion

Il ne faut pas se laisser séduire par ces jolies chenilles à longs poils qui avancent en procession sur les gazons en mars/avril. Conséquence directe du réchauffement climatique, et faute de moyens importants mis en place par les collectivités, elles poursuivent leur invasion de l’Hexagone, pin après pin, chêne après chêne, en remontant du Sud vers le Nord. Particulièrement urticantes, elles présentent un véritable danger pour les occupants d’une maison, en particulier pour les enfants curieux et les animaux domestiques.

Aucun de ces trois nuisibles n’est lié à un manque d’hygiène

Leur développement est avant tout lié au réchauffement climatique et à la multiplication des échanges internationaux. Indépendamment des dommages qu’ils causent ou des risques qu’ils présentent, leur élimination (nécessaire) présente de véritables enjeux environnementaux. L’expérience a montré que le recours abusif aux produits insecticides chimiques était de moins en moins efficace (de nombreux nuisibles développent une résistance naturelle) et pouvait générer des dommages collatéraux.

Pour Christophe Dupont, « chacun peut trouver dans le commerce des produits destinés à lutter contre ces nuisibles. Mais leur efficacité est moindre que celle des produits utilisés par des professionnels certifiés, et leur usage peut présenter des risques si on ne respecte pas les conditions d’utilisation et les pictogrammes d’information. À l’inverse, certains professionnels, comme Tech-Way, proposent des solutions très efficaces dans la lutte contre les nuisibles, avec un recours raisonné aux produits chimiques. Il ne faut pas oublier de demander un devis et de comparer les prix ; l’intervention la plus efficace n’est pas nécessairement la plus chère ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !