REPLAY : Conversation de salon déconfinée… avec Olivier Guerre, formateur immobilier

Conversation dans votre salon

Olivier Guerre, formateur immobilier, a reçu Ariane Artinian dans son salon. L’occasion de parler du déconfinement et de la reprise.

Pour Olivier Guerre, le déconfinement n’a pas encore changé grand-chose. Il vient d’emménager à Montpellier. Il n’a pas encore de bureau. Il est toujours chez lui. Il travaille dans les mêmes conditions que pendant le confinement. Ce qui ne l’empêche pas de vous donner des conseils et de vous faire partager sa vision de l’après-confinement.

Formateur immobilier, Olivier Guerre est au contact tous les jours des agents immobiliers et selon lui, si l’activité a repris, les professionnels sont un peu déstabilisés. Ils ne savent pas toujours ce qu’ils ont droit de faire ou non. Après deux mois à vivre au jour le jour, ils doivent se réadapter, retrouver leurs automatismes… Pas facile car il reste beaucoup d’incertitudes et ce, à tous les niveaux : économiques, écologiques, sanitaires, sociales …

Il faut se projeter arrêter de vivre au jour le jour !

Pour s’y retrouver et gérer l’après-confinement, 3 étapes : il faut anticiper les scénarios, s’adapter et transformer son activité (changer de paradigme, d’environnement, d’angle de vue). Cette capacité d’adaptation vous permettra de rebondir. « C’est excitant de faire évoluer constamment son activité, ainsi le métier n’est jamais le même, explique-t-il. Il faut toujours innover. Bien sûr, pour certains, cela peut être un frein. »

A la sortie du confinement, l’environnement reste anxiogène. Alors, comment se projeter ? Olivier Guerre conseille de rester concentrer sur son travail et de ne pas porter trop d’importance aux informations macro-économiques. Inutile ! En revanche, il faut tirer les leçons du Covid : il peut être pertinent de prévoir un fonds de réserve, un fonds de sécurité pour assumer ses besoins sur 3 à 6 mois. Depuis des années, les crises sont récurrentes ! Il faut s’attendre à n’importe quelle éventualité. S’il y a un nouveau confinement, l’Etat ne sera peut-être pas aussi généreux !

Pousser l’innovation

Et si on changeait de démarche commerciale ? Dans l’après-confinement, la relation même commerciale doit être plus humaine. Il faut d’abord s’intéresser aux gens. Etre plus dans la bienveillance puis aborder les questions commerciales. « Plus on sera honnête dans notre démarche, plus on aura d’impact », poursuit-il. Et ce, même dans un environnement économique qui risque de se durcir !

Prioriser les actions

Certains ne sont pas réalistes et veulent en faire trop. Pour les autres, ce n’est souvent pas un problème d’organisation mais plutôt de priorisation des activités rentables. Mettre en place des actions à travailler pour assurer la pérennité de l’entreprise est indispensable.

Gérer ses émotions avec MARS

Ne pas se laisser submerger les émotions. On est tous fatigué et fragilisé par le confinement. Il faut faire l’effort de rationaliser tout ce qui nous arrive. La gestion des émotions passe par la gestion de l’énergie. Alors, comment fait-on ? Les plus anciens connaissent la pub : « Un mars et ça repart ». Le M de Mental (privilégiez les infos positives, restez optimistes). Le A, pour une alimentation saine. Le R, c’est la récupération, soit le sommeil. Dans nos sociétés, on gère mal son sommeil. Il faut se coucher tôt, avant 11 heures du soir : le seul moyen de récupérer. Le S de sport. Avoir au moins une activité physique tous les jours est important. De cette façon, on sécrète la dopamine la sérotonine …

https://www.facebook.com/mysweetimmo/videos/1113092639064903/

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !