Immobilier et Confinement : 54 % des Français en télétravail souffrent des défauts d’isolation de leur habitat

effy-télétravail-rénnovation_mysweetimmo
© adobestock

Pour travailler dans de meilleures conditions, près d’un télétravailleur sur deux, envisage de lancer de travaux de rénovation énergétique selon une étude réalisée par Effy.

 54 % des Français en télétravail sont mécontents de leur logement

Le confinement et la généralisation du télétravail ont bouleversé notre rapport à l’habitat. Maison, bureau, salle de jeu… le logement doit répondre à des besoins décuplés et l’arrivée de l’hiver vient amplifier ces besoins.

Impossible en effet de travailler toute une journée de manière statique dans un endroit froid, humide ou mal ventilé. L’étude IFOP menée à l’automne démontre que plus de la moitié des télétravailleurs sont pourtant touchés par cette problématique.

Selon Effy, 54 % des personnes interrogées qui télétravaillent depuis ces derniers mois souffrent des défauts d’isolation de leur logement. Un constat partagé par 38 % de l’ensemble de la population.

Trop froid en hiver, trop chaud en été… En tout, 78 % des sondés évoquent des températures inadaptées dans leur logement. 25 % citent des problèmes d’humidité et 19 % n’arrivent pas à aérer convenablement leur habitation.

effy-télétravail-mysweetimmo

Près de la moitié des télétravailleurs souhaitent lancer des travaux de rénovation afin de préserver leur pouvoir d’achat

Confrontés à la nécessité de passer plus de temps chez eux sur le long terme, 43 % des Français en télétravail envisagent de lancer un projet de rénovation énergétique.

Pour travailler dans de bonnes conditions et assurer à toute la famille un niveau acceptable de confort à la maison, les Français qui vivent dans des logements mal équipés ou mal isolés sont malheureusement contraints d’augmenter leurs dépenses de chauffage, rognant sur leur pouvoir d’achat.

C’est en priorité pour stopper cet engrenage que les familles concernées par le télétravail envisagent des travaux. La « meilleure maîtrise des factures » est citée à 42 % parmi les motivations pour se lancer. Vient ensuite la nécessité de résoudre les problèmes de confort et de bien-être chez soi (38 %).

Enfin, 18 % des personnes font état d’une prise de conscience écologique qui les incitent à « faire leur part » pour limiter la pollution atmosphérique générée par les logements mal isolés ou mal équipés (déperdition de chaleur et surconsommation d’énergie).

effy-télétravail-rénnovation_mysweetimmo

«Pour travailler dans des conditions acceptables, les personnes qui vivent dans des logements froids, humides, mal ventilés vont devoir rapidement augmenter la puissance de leur chauffage, même en journée, avec les conséquences que l’on peut imaginer sur leur facture. Nous voulons leur dire que des actions de rénovation énergétique peuvent être déclenchées rapidement pour un coût maîtrisé, grâce aux aides comme MaPrimeRénov’», commente Frédéric Utzmann, Président d’Effy.

Méthodologie : Enquête IFOP réalisée pour Effy, auprès d’un échantillon de 1039 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 30 septembre au 1er octobre 2020.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo