La résidence secondaire, rêve immobilier des Français

maison de campagne
© adobestock

La crise sanitaire renforce le désir d’une résidence secondaire où se mettre au vert et télétravailler. Les régions les plus recherchées. L’Occitanie, l’Auvergne Rhône Alpes et la Nouvelle Aquitaine, selon une étude réalisée par le courtier Pretto.

Le portrait robot des Français à la recherche de résidence secondaire

Les Français souhaitant acquérir une résidence secondaire sont plutôt des quadragénaires, avec un salaire net de 5 700 €. Ils achètent en couple à 59 % et près de 2/3 d’entre eux sont déjà propriétaires.

Si 75% des Français recherchent une résidence secondaire à moins de 400 kilomètres de leur résidence principale, la moitié d’entre eux préfèrent limiter leurs recherches à un rayon de 140 kilomètres.

Les régions les plus recherchées ? L’Occitanie, l’Auvergne, la Nouvelle Aquitaine

L’occitanie. Avec 12,3 % des demandes, l’Occitanie est la 1ère région de France pour une résidence secondaire. L’Hérault, les Pyrénées-Orientales et l’Aude y sont les départements les plus prisés.

L’auvergne. L’Auvergne-Rhône-Alpes, 2ème région au classement, ce sont la Haute-Savoie, la Savoie et le Rhône qui s’illustrent.

La Nouvelle-Aquitaine occupe la 3ème position avec la Charente-Maritime, la Gironde et les Landes. Le marché était déjà très actif sur L’Ile d’Oléron, mais depuis le premier déconfinement, notre clientèle recherche davantage de résidences secondaires. Il n’y a pas assez de biens pour le nombre de demandes que l’on reçoit. Aujourd’hui, le marché immobilier est très tendu« , commente Virginie Fort, directrice de l’Agence Fort en Charente-Maritime.

L’ile-de-France. En 4ème place, l’Ile-de-France (11,2 % des demandes) démontre l’intérêt de la région, et notamment de Paris, où certains visent un pied-à-terre apprécié par de nombreux Français. Selon l’INSEE, « 9 % des logements [dans la capitale] sont des résidences secondaires » (note d’analyse de novembre 2020). La Seine-et-Marne et les Hauts-de-Seine sont aussi recherchés.

La Normandie, un marché tendu, toujours prisé par les Franciliens

Avec un salaire net mensuel et un apport plus élevés en moyenne, respectivement 6 700 € et 63 000 €, les résidents en Ile-de-France se tournent en priorité vers… l’Ile-de-France (Paris, la Seine-et-Marne et les Hauts-de-Seine).

« Nombreux sont les Franciliens qui choisissent l’Île-de-France pour leur résidence secondaire. Le département de Seine-et-Marne attire aussi de plus en plus de futurs acquéreurs, notamment grâce à ses grands espaces verts » déclare Pierre Chapon, président de Pretto.

L’Eure et le Calvados sont les départements les plus prisés de la Normandie, région qui arrive en deuxième position après l’Ile-de-France. Hautement recherchée par les Franciliens depuis le 1er déconfinement en mai 2020, le marché immobilier y est très tendu. Selon un agent immobilier du Pays d’Auge, « les biens se font rares et les demandes ont bondi de 5 à 20 par jour. Cette demande impacte les prix immobiliers : on observe une hausse de 20 % sur certains biens« .

Bien financer sa résidence secondaire

En 2020, sous les effets combinés du confinement du printemps et du resserrement des conditions d’octroi, les conditions de financement des résidences secondaires se sont dégradées. L’indice de finançabilité était de 37 points en mai et de 42 points en juin 2020, au plus haut point des recherches de résidences secondaires . A titre de comparaison, l’indice global de finançabilité des Français était de 65 et 68 points en mai et juin de l’année dernière. « La finançabilité a fortement chuté au premier semestre 2020, mais depuis, l’indice s’est bien relevé. Il est aujourd’hui de 57 points. Les futurs acquéreurs savent que le taux d’endettement a connu des changements, et le passage de 33 % à 35 % d’endettement a aussi permis de financer un peu plus de dossiers » analyse Pierre Chapon.

Aujourd’hui, voici les principaux points à connaître avant de faire sa demande de financement pour une résidence secondaire :

  • les banques sont très attentives au taux d’endettement (35 % maximum) : si un crédit est en cours sur la résidence principale, il est aussi possible de procéder à un rachat avec rallongement, ou de réaliser d’autres montages comme un lissage ou encore de moduler le prêt en cours pour réduire le taux d’endettement. Les acquéreurs doivent également garder en tête qu’une résidence secondaire engendre des frais (entretien et taxes par exemple).
  • Comme pour tous les types de projet, la stabilité des revenus est un point essentiel, de même que l’absence de découverts.
  • Il faudra présenter au moins 10 % d’apport + 10 % pour les frais. Certains établissements peuvent en effet se montrer aussi exigeants que pour l’achat d’une résidence principale.
  • Un crédit immobilier en cours sur la résidence principale peut représenter un frein pour la mise en concurrence entre les banques, certaines pouvant proposer de racheter le crédit en cours pour nouer une relation globale avec le ménage.
Les informations ci-dessus émanent d’une étude réalisée par courtier immobilier en ligne, Pretto  qui a analysé plus de 12 000 simulations entre janvier 2020 et avril 2021.
Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !