Arnaud Jorel (Immobilier sans vis à vis) : « Une vue dégagée, c’est 40 mètres de dégagement »

Mon Podcast Immo reçoit Arnaud Jorel, cofondateur de l’Immobilier sans vis à vis, au micro de Fred Haffner.

Tout le monde en rêve : habiter dans un logement sans vis à vis ! Une agence spécialisée existe et le marché n’est pas si limité que cela. Arnaud Jorel, cofondateur de l’Immobilier sans vis à vis, nous en dit plus et nous annonce l’ouverture de franchises.

Mon Podcast Immo : Comment vous est venue l’idée de vous intéresser à la niche du sans vis-à-vis ? 

Arnaud Jorel : Je connais bien le secteur de l’immobilier puisqu’avant de créer L’immobilier sans vis-à-vis j’étais agent immobilier dans une agence généraliste. Un des critères qui revenait le plus concernait le vis-à-vis du bien. C’est ainsi qu’avec mon associé nous nous sommes spécialisés dans l’immobilier sans vis-à-vis. 

Mon Podcast Immo : D’une agence vous êtes devenu un réseau, racontez-nous… 

Arnaud Jorel : Initialement nous étions à Neuilly dans des bureaux, que nous avons gardé comme siège social, puis nous avons créé deux agences physiques : une à Courbevoie et une à Puteaux. 

Mon Podcast Immo : Les trois agences sont dans le même secteur géographique, avez-vous l’intention de vous étendre à l’échelle nationale ?

Arnaud Jorel : Nous avons effectivement la volonté de nous étendre, mais pour l’heure, nous référons consolider ce que nous avons déjà créé. En ce moment, nous sommes dans une phase d’expansion puisque nous voulons nous étendre en bien propre en créant nos propres agences dans un périmètre proche de l’actuel. Cependant, nous ouvrons L’immobilier sans vis-à-vis à la franchise dans toute la France. 

Mon Podcast Immo : Comment trouvez-vous ces biens ?

Arnaud Jorel : Le marché n’est pas si restreint que ce que l’on peut penser. En effet, en fonction des communes nous avons entre 20 et 30% du parc immobilier qui répond à nos critères de vue dégagée : 40 mètres de dégagement face au séjour. Nous exerçons dans un métier de niche mais avec un niveau de biens sur le marché et une demande nous permettant de nous développer facilement. En effet, 55% des Français plébiscitent le sans vis-à-vis. Nous prospectons de manière ciblée, sur des résidences présentant des vues dégagées. Notre entreprise se fait connaître auprès de commerçants, de gardiens, de réseaux d’apporteurs d’affaires. C’est de cette façon que nous construisons notre notoriété. 

Mon Podcast Immo : « Sans vis-à-vis », y a-t-il une définition prédéfinie ?

Arnaud Jorel : Lorsque nous avons réfléchi à développer notre concept, nous avons voulu apporter quelque chose de clair et de facile à comprendre, notamment en établissant une distance minimale de dégagement face au séjour. Il est possible d’avoir une vue panoramique, mais le concept de base se porte sur les 40 mètres de dégagement minimum. 

Mon Podcast Immo : Comment avez-vous affiné cette définition du vis-à-vis ?

Arnaud Jorel : La définition n’était pas forcément claire au départ, nous avons effectué plusieurs tests en nous promenant dans les rues et en cherchant à quoi pourrait correspondre ce critère (assez personnel au premier abord). Ce qui nous a aidé lors de nos recherches a été la distance de vis-à-vis de 40 mètres durant le développement du Boulevard Haussmann à Paris. 

Mon Podcast Immo est un podcast quotidien et indépendant, produit par MySweetImmo.com. Pour le soutenir, abonnez-vous et laissez des étoiles ou des commentaires sur votre plate-forme de podcast préférée.
Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !