Guerre en Ukraine :« Avec le Covid-19, la clientèle russe a déjà disparu du marché immobilier de luxe», Laurent Demeure

Laurent Demeure, président de Coldwell Banker Europa Realty analyse l’impact des sanctions contre la Russie sur le marché de l’immobilier de luxe.

Laurent Demeure

© DR.William Bibet/ Laurent Demeure est président du réseau d'agences immobilières Coldwell Banker Europa Realty

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

MySweet’immo : Comment les sanctions contre la Russie vont-elle impacter le marché de l’immobilier ?

Laurent Demeure : Pour l’instant, ce que l’on peut dire c’est que les sanctions financières à l’encontre de la Russie vont provoquer à coup sûr un fort ralentissement dans quelques destinations ultra luxe. A Saint-Jean-Cap-Ferrat, au Cap d’Antibes où encore à Courchevel, la grande majorité des ventes des quinze dernières années a été réalisée par des acquéreurs russes. S’ils ne peuvent plus acheter et que leurs avoirs sont gelés, ce marché de l’ultra standing va forcément se bloquer.

MySweet’immo : A ce stade, quel peut être l’impact sur le reste du marché  immobilier?

Laurent Demeure :  Avec la crise du Covid-19 et le fait que le vaccin russe ne soit pas homologué par nos instances sanitaires, les acquéreurs russes avaient déjà quasiment disparu du marché au cours des deux dernières années. De toute façon, cela s’inscrit dans une tendance plus longue : la part de la clientèle russe dans l’immobilier de prestige a fortement diminué au cours des 5 dernières années.

Depuis la mise en place par Vladimir Poutine d’une obligation de déclarer à l’administration fiscale russe les transferts d’argent pour acheter une propriété, la clientèle russe n’est plus la clientèle dominante. Les oligarques ont été sommés de ne plus acheter de « trophy properties » trop visibles, mais des propriétés plus standard à 2 ou 3 millions d’euros.

MySweet’immo : Qui sont les acquéreurs du luxe aujourd’hui ?

Laurent Demeure : Depuis la crise sanitaire, nous travaillons essentiellement avec la clientèle européenne. La très grande majorité de nos acquéreurs  -90% environ, sont français, suisse ou belge ; les autres acquéreurs étant issus d’une bourgeoisie anglaise et américaine.

MySweet’immo : A Paris, quelles sont les adresses traditionnellement prisées de la clientèle russes ?

Laurent Demeure :  Longtemps, la clientèle russe n’a juré que par le triangle d’or parisien. Ces dernières années, l’avenue Montaigne et le secteur de la cathédrale russe Sainte-Trinité et du quai Jacques Chirac remportaient tous les suffrages auprès des ainés. La nouvelle génération avait pris l’habitude de s’orienter vers des adresses moins institutionnelles du  marché Saint Germain sur la Rive Gauche ou de la Bastille Rive Droite.

Laurent Demeure est Président du réseau d’agences immobilières Coldwell Banker Europa Realty