Immobilier de prestige : Les Français retournent en force dans les métropoles

Assiste-t-on à la renaissance des grandes villes ? Après un grand engouement pour la campagne dû à la crise sanitaire et aux confinements, les Français et les Européens manifestent aujourd’hui une volonté de se réinstaller dans les grandes métropoles : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille…

Retour vacances

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 10 min

Alexander Kraft, Président – Directeur Général de Sotheby’s International Realty France – Monaco, rapporte : « Malgré un contexte délicat, après une année 2021 record, le constat est sans appel : l’immobilier de prestige séduit toujours. Il attire aussi bien les Français que les étrangers mais nous avons constaté que les envies ont encore évolué ces derniers mois… »

Une activité accrue dans les métropoles en france

 « La tendance d’un mode de vie plus flexible entre ville et campagne est toujours d’actualité, facilitée par la généralisation du télétravail. En revanche, suite au déconfinement, les gens redécouvrent aujourd’hui les joies d’une vie culturelle (expositions, théâtre, cinéma…) et sociale en ville. C’est pourquoi nous observons au sein de notre réseau une activité encore plus forte dans les métropoles. Cependant, les Français cherchent à se loger dans des biens de la meilleure qualité possible ; ils sont devenus plus « gourmands » en termes de qualité de vie, à la recherche de plus de confort, plus de verdure, plus d’espace, un extérieur (balcon, terrasse ou jardin), une meilleure localisation, l’absence de travaux… », explique Alexander Kraft. 

Le retour des acheteurs étrangers

« Nous constatons aussi que les acheteurs étrangers commencent à revenir sur le marché immobilier de prestige français, attirés aussi par ces grandes villes, ajoute Alexander Kraft. Il s’agit surtout d’acheteurs européens pour le moment, et ce dans la quasi-totalité des marchés français. Les Américains, qui étaient toujours intéressés mais qui ont été empêchés par le phénomène omicron de réaliser leur projet, reviennent maintenant sur le marché français après plus de 2 ans d’absence. Les acheteurs russes étaient déjà beaucoup moins nombreux depuis les premières sanctions suite à l’annexion de la Crimée en 2014 et avaient complètement disparu du marché – comme toutes les autres nationalités étrangères – pendant la crise sanitaire. Par conséquent la guerre en Ukraine avec ses sanctions et les conséquences correspondantes n’aura pas trop d’impact immédiat en ce qui concerne les acheteurs russes. »

Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille… toutes concernées

« Paris reste Paris : nous n’avons jamais constaté que la capitale se vidait de ses habitants. Paris plaît aux citadins, et le départ naturel d’une partie de sa population a toujours existé. Dernièrement, des expatriés du Brexit sont revenus à Paris, et certains de nos clients partis en Belgique il y a 5 ans reviennent. Sur Paris en général, nous constatons un rajeunissement des primo-accédants, avec des trentenaires disposant d’un pouvoir d’achat très conséquent. Les très beaux biens se vendent aussi chers qu’auparavant mais les appartements avec défauts font l’objet de négociations importantes, ce qui n’était pas le cas quand le marché était uniquement tenu par les vendeurs. Aujourd’hui ce sont les acheteurs qui ont le dernier mot », détaille Paulo Fernandès, Directeur associé de Paris Ouest Sotheby’s Int. Realty

« Dans le 8ème arrondissement, le marché est très dynamique. Nous avons beaucoup d’acquéreurs à la recherche de biens et le 8ème reste un des quartiers le plus recherchés sur la rive droite. Les prix sont stables pour les biens d’exception, c’est-à-dire en étage élevé, doté d’un extérieur… Les biens les plus recherchés sont les appartements de réception, notamment sur une grande surface (plus de 200-300 m²), avec balcon ou terrasse et belle vue. Les pied-à-terre centraux classiques, de 100 m² avec deux chambres, sont très demandés également. En ce qui concerne les secteurs les plus prisés, le Triangle d’Or reste une adresse très demandée par les étrangers, le parc Monceau par les familles et faubourg Saint Honoré pour les appartements de réception », analyse Iryna Kakura, Directrice de l’agence Propriétés Parisiennes Sotheby’s Int. Realty dans le 8ème

« Dans le 9ème arrondissement, le marché d’immobilier de prestige s’est montré globalement attentiste en 2021, du fait de la confusion entre acheteurs et vendeurs autour des prix, mais pas à l’arrêt. Cela reste cependant compliqué à analyser car il peut subitement changer. Nous accompagnons des projets de premier achat comme ceux d’acquisition d’un appartement familial, ou plus rarement de pied-à-terre. Les clients sont souvent un couple avec 1 ou 2 enfant(s) qui ont grandi dans le quartier et y veulent un bien plus grand. Les extérieurs y étant très rares, ils sont un plus mais pas nécessaires », précise Paul Modigliani, Directeur de Propriétés Parisiennes Sotheby’s Int. Realty du 9ème

« A Auteuil (Paris 16ème), nous sommes sur un marché à deux vitesses : les prix se maintiennent et le marché est très fluide pour les biens avec un extérieur, une belle adresse, une bonne exposition… mais le marché stagne pour les biens avec défauts (plein nord, rez-de-chaussée…) avec des vendeurs souvent fermés à une baisse de prix. Avec la période électorale, on peut s’attendre à plus d’attentisme dans peu de temps », avance Frédéric Grouvel, Directeur de Paris Ouest Sotheby’s Int. Realty à Auteuil

« Rive gauche, les 6ème et 7ème arrondissements restent très convoités par nos clients. Le 6ème reste le quartier le plus cher mais les prix sont stables dans les deux arrondissements. Dans le 6ème, le marché est dynamique et nos clients recherchent surtout des pied-à-terre d’une centaine de mètres carrés, vers Odéon, Saint-Sulpice et le Jardin du Luxembourg principalement. Le marché du 7ème arrondissement se montre très dynamique avec une forte recherche de pied-à-terre et de beaux appartements familiaux de 200-250 m² dotés d’espaces extérieurs, de vues dégagées et situés en étage élevé. La proximité de la rue du Bac et du Bon Marché ainsi que le quartier Saint-Thomas d’Aquin ont particulièrement la cote », commentent Delphine Avitan et Pascale Constans, Directrices des agences du 6ème et 7ème chez Propriétés Parisiennes Sotheby’s Int. Realty

« Dans le Marais (rive droite), nous observons un marché à deux vitesses. Sur les 6 derniers mois (2021) nous étions sur un marché de vendeurs et aujourd’hui (depuis janvier) nous sommes sur un marché d’acheteurs. Les prix sont en très forte augmentation pour les biens dits « exceptionnels » en étage élevé avec une vue dégagée sur les toits ou sur un monument, avec un espace extérieur (balcon ou terrasse) et stagnent pour les biens dits « classiques ». Les secteurs les plus prisés par nos clients sont Archives, Sainte-Avoye, Enfants Rouges, puis ceux de l’Ile Saint-Louis et de l’Ile de la Cité», explique Margot Royer-Boquillon, Directrice de Paris Marais Sotheby’s Int. Realty

« A Lyon, le marché se montre majoritairement dynamique, mais il est important d’en soulever la complexité. Notre activité est en hausse de 16%, cependant ce chiffre est à prendre avec des pincettes suite à la situation sanitaire. Il ne révèle pas le potentiel d’évolution du marché sur une année « normale », décrypte Sophie Aknine, Directrice d’AK.SO Conseils Sotheby’s Int. Realty.

« En plus de Marseille et sa périphérie, nous observons un grand succès des sites balnéaires très prisés dans les Bouches-du-Rhône et du Var, notamment avec Cassis, Sanary-sur-Mer et Hyères. En 2021, nous avons vendu des biens sur la Corniche à rénover à plus de 10 000 euros du m², des biens dans le neuf en bord de mer à 17 500 euros du m², et nous avons réalisé des ventes record à Cassis dépassant les 25 000 euros du m² pour des villas d’exception pieds dans l’eau », explique William Geslin, Directeur associé de Marseille Sotheby’s Int. Realty

 « A Bordeaux, les prix ont globalement augmenté de 3% sur un an mais cette moyenne ne s’applique pas aux très beaux biens, dotés d’un extérieur, ascenseur, parking et parfaitement bien situés dans la ville. Nos clients cherchent principalement une maison ou un appartement en centre-ville ou une plus grande maison familiale avec jardin en périphérie de la ville», commente Carmen Milcent, Directrice adjointe de Bordeaux Sotheby’s Int. Realty

« A Lille, nous avons constaté une arrivée massive de Parisiens. Notre clientèle recherche des biens à la fois dans la ville mais aussi en périphérie partout où passe le tramway. Depuis 1 an, les prix ont grimpé à Lille, pour atteindre en moyenne 4 121€ du m²», Nathalie Forest, Directrice de Nathalie Forest Sotheby’s Int. Realty

New-York, Miami, Rome… renaissance des villes aussi à l’étranger

« Ce succès renouvelé des métropoles n’est pas que l’apanage de la France. Le réseau international de Sotheby’s International Realty ® constate cette même tendance à New York, Miami, Rome… », rapporte Alexander Kraft. 

A New York : « Après les confinements, les acheteurs sont véritablement de retour à New York. Les prix augmentent régulièrement et dépassent largement les niveaux d’avant la pandémie, mais sont toujours inférieurs aux sommets historiques, ce qui représente une merveilleuse opportunité pour les acheteurs. Tout au long de l’année 2021, les acquéreurs étaient principalement Américains. Cependant, avec l’assouplissement des restrictions de voyage, nous commençons à voir le retour des acheteurs internationaux. Le marché new yorkais a représenté une opportunité d’achat incroyable en 2021, tendance qui se poursuit en 2022, de sorte que de nombreux acheteurs de pied-à-terre en ont notamment profité. Nos clients acquéreurs recherchent de l’espace. De nombreux habitants de la ville ont profité de l’occasion pour passer à un appartement plus grand, en ajoutant une chambre supplémentaire ou un bureau. », détaille Marissa Ghesquiere, Executive Vice President of Sales et Brokerage Manager de Sotheby’s International Realty – East Side Manhattan Brokerage.

A Miami : « Les biens connaissent une augmentation de prix, de 15% pour les appartements et 25% en moyenne pour les maisons. Parmi les dernières tendances observées, je constate avec surprise un grand nombre de transactions en cash sans financement et une importante compétition entre acheteurs (longues files d’attente devant les « open house » ce qui n’était pas le cas auparavant, surenchérissement au-delà du prix demandé pour des maisons en vente aux enchères…). Les investisseurs viennent surtout de New York et de Californie, avec quelques locaux aussi et rarement des internationaux. Miami étant considéré comme une banlieue de New York, les New-Yorkais sont venus en nombre, attirés par le climat, des prix attractifs à leurs yeux, des impôts plus avantageux et la politique du gouverneur de l’Etat de Floride plus relax par rapport au Covid. La fermeture des frontières a surtout donné aux Américains l’occasion de voyager dans le pays et ils sont nombreux à avoir investi à Miami », rapporte Florian Jouin de One Sotheby’s International Realty.

En Italie (Rome, Milan, Florence) : « Malgré leur popularité touristique et leur importance historique et socio-économique, les grandes métropoles d’Italie comme Milan, Rome et Florence restent encore très abordables en comparaison avec les autres métropoles européennes (comme Paris, Londres, Genève…) et internationales (New York, Los Angeles, Hong Kong, Singapour, Tokyo…). Depuis début 2021, on y voit un nouvel intérêt à la fois de la part d’acheteurs italiens mais aussi de plus en plus d’internationaux : +111% par rapport à 2020 pour Rome, +109% pour la Toscane, et +57% pour Milan », relate-t-on chez Italy Sotheby’s International Realty (avec 10 bureaux et 2 showrooms ouverts dans le pays depuis 2012, et une équipe de 130 experts).

« Les acheteurs étrangers sont surtout issus de Suisse (32%), du Royaume-Uni (12%), des Pays-Bas/Luxembourg/Belgique (12%), des États-Unis (11%), du Qatar (8%), de France (8%) et d’Allemagne (7%). Les demandes de renseignements des acheteurs ont augmenté de 15% par rapport à 2020. Les raisons de s’installer en Italie sont nombreuses mais il y a notamment la flat tax, l’emplacement géographique, et la belle qualité de vie qu’offrent ses villes (espaces verts, monuments historiques, etc.). Notre réseau a terminé l’année 2021 avec un chiffre d’affaires en hausse de 64% versus 2020 dans le secteur résidentiel, Milan en première position. »