Immobilier et Présidentielle 2022 : Découvrez le programme logement des candidats

candidats presidentielle
© Flatsy

A quelques semaines de la présidentielle 2022, le spécialiste des visites immobilières Flatsy a passé en revue le programme des 12 principaux candidats à la Présidentielle.

Nathalie Arthaud (LO)

Au cœur du programme de Nathalie Arthaud, on retrouve l’idée de la lutte anticapitaliste qui souhaite aider le peuple à récupérer ses droits fondamentaux, y compris celui à un logement adapté à ses besoins et digne.

  • Réquisitionner les logements vides ou sous-occupés

Le programme de la candidate Lutte Ouvrière axe ses mesures concernant le logement sur l’aide qu’il faut apporter aux Sans Domicile Fixe et aux citoyens souffrant de grande précarité sur le territoire français.Sa réponse ? Réquisitionner des appartements ou bureaux vides : il y aurait plus de 400 000 logements inhabités en Île-de-France, et 3 millions de mètres carrés de bureaux vides à réinvestir. La candidate propose aussi de réquisitionner des logements sous-occupés “par la bourgeoisie”, comme les résidences secondaires.

  • Construire massivement des logements sociaux

De plus, Nathalie Arthaud promeut un “véritable service public du logement”. Elle explique qu’il est urgent de devoir construire massivement des logements sociaux, en employant la main d’œuvre nécessaire. Elle insiste également sur le fait qu’il faille louer ces HLM “à prix coûtant”, pour combattre la hausse des loyers des logements sociaux qui a eu lieu ces dernières années.

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France)

Avec son parti Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan axe ses propositions pour l’immobilier sur la facilitation de l’accès à la propriété.

  • Promouvoir une France de propriétaires

Dans le volet “Logement” du programme de Debout la France, le candidat promeut l’objectif de faire du pays une “France de propriétaires”. Pour ce faire, il propose de favoriser l’accession sociale à la propriété, notamment par le rachat d’un logement social dans lequel les locataires ont vécu assez longtemps. Il propose également de diminuer la fiscalité sur l’immobilier, notamment en supprimant les droits de succession sur les résidences principales.

  • Corriger les déséquilibres spatiaux en matière de logement

Nicolas Dupont-Aignan insiste également sur une répartition plus homogène de la population française sur le territoire, via notamment un meilleur équilibre géographique des emplois. Une discussion qui fait écho à l’exode massif des Français vers la province depuis les confinements, et orientée sur la décentralisation, donc.

  • Mettre en place une politique “impitoyable” contre le squat et les dégradations

Enfin, le candidat explique revendiquer une “politique impitoyable à l’égard des fauteurs de troubles”, en expulsant notamment les locataires de logements sociaux ou privés qui nuisent à la vie des occupants. Il propose ainsi d’alléger les procédures d’expulsion, pour en augmenter la rapidité.

Anne Hidalgo (PS)

Anne Hidalgo, candidate du Parti Socialiste, oriente son programme immobilier autour de trois axes, promouvant l’écoresponsabilité en matière de logement, la facilitation de l’accès à la propriété, et l’allégement du poids du loyer sur les familles françaises.

  • Faciliter la rénovation des biens énergivores

L’axe principal du programme d’Anne Hidalgo concernant l’immobilier est de rendre la rénovation des biens immobiliers plus accessible, afin de tenir les engagements de la loi Climat concernant l’interdiction de louer des logements énergivores d’ici 2034. Dans un pays où 12 millions de Français sont aujourd’hui en situation de précarité énergétique, soit plus d’une personne sur six, il s’agit donc d’un projet promouvant à la fois la lutte pour l’environnement et l’égalité sociale.

Pour ce faire, la candidate du Parti Socialiste propose de :

de mettre en place une avance remboursable pour permettre aux ménages d’assumer le reste à charge des travaux de rénovation. Cette avance serait, selon les ressources du foyer, de 10 à 40 % environ.

de rendre possible la réalisation des travaux de rénovation énergétique par les Organismes Fonciers Solidaires (OFS), avec un remboursement progressif par les occupants du logement.

de faire évoluer les règles de majorité dans les copropriétés, pour faciliter les travaux de rénovation énergétique.

de mettre en place une “prime climat à la pierre”, pour aider les ménages à réaliser des travaux d’économie d’énergie. Cette prime serait composée d’une subvention, ainsi que d’une avance remboursable pour permettre le financement du reste à charge.

d’abaisser la TVA sur la facture de gaz naturel et d’électricité pour les particuliers. Transitoirement, cette baisse sera également appliquée pour les carburants en cas de flambée du prix à la pompe. L’objectif de cette mesure sera de rendre plus accessible l’énergie, bien de première nécessité, en réduisant les coûts courants des ménages.

de déployer un plan pluriannuel de rénovation énergétique des bâtiments, basé sur un nouveau dispositif. Ce dispositif permettra aux propriétaires de n’avoir aucun frais à avancer au moment des travaux et le remboursement, dont l’ampleur dépendra du niveau des revenus, pourra se faire au moment de la revente du bien ou de la succession. Dans le parc locatif, les loyers seront encadrés en fonction de la performance énergétique du logement.

A noter : Selon Anne Hidalgo, ce plan pluriannuel permettra la rénovation complète et performante de 760 000 logements privés par an, soit 22 millions de logements d’ici 2050.

  • Rendre la propriété accessible

Le deuxième axe majeur du programme de la candidate socialiste vise à lutter contre la spéculation et à favoriser l’accession à la propriété au plus grand nombre. Pour ce faire, Anne Hidalgo propose la création de foncières publiques associant la Caisse des dépôts dans tous les territoires.

  • Rendre le logement accessible

Enfin, le troisième axe majeur du programme d’Anne Hidalgo concernant l’immobilier porte sur l’accessibilité du logement pour les Français. L’objectif : faire en sorte que les loyers pèsent moins sur le budget des familles. Elle propose ainsi :

  • Une relance de la construction de logements sociaux. Son objectif : construire 150 000 logements par an, dont un tiers de logements très sociaux. Elle souhaite également inciter les maires bâtisseurs à s’engager dans cette voie, en mettant notamment en place des sanctions pour ceux qui ne respectent pas l’obligation de 25 % de logements sociaux à 2025, augmentant ainsi les quotas de l’actuelle loi SRU.
  • Une augmentation de l’allocation logement. Ce “bouclier logement” prendrait la forme d’une allocation logement complémentaire, sous condition de ressources, pour ceux qui seraient au-delà de ce seuil malgré les efforts sur les loyers et la construction.
  • Une généralisation de l’encadrement des loyers. Anne Hidalgo considère qu’aucun ménage ne devrait être contraint de dépenser plus du tiers de ses revenus pour se loger, et l’encadrement des loyers répond à cette problématique.

Yannick Jadot (EELV)

Dans le programme de Yannick Jadot, candidat EELV, on découvre un large plan d’investissement, dont 10 milliards seraient consacrés au logement et au bâtiment. Ses objectifs majeurs ? Lutter contre les passoires thermiques, mais également simplifier l’accès au logement.

Dans le programme de Yannick Jadot, candidat EELV, on découvre un large plan d’investissement, dont 10 milliards seraient consacrés au logement et au bâtiment. Ses objectifs majeurs ? Lutter contre les passoires thermiques, mais également simplifier l’accès au logement.

  • Accélérer la rénovation énergétique

Tout d’abord, le programme de Yannick Jadot propose de mettre l’accent sur la rénovation énergétique des bâtiments sur le territoire français. Son objectif : mettre en place une politique de rénovation des logements accessible aux ménages aux revenus modestes.

Pour ce faire, le candidat EELV propose…

  • Une nouvelle loi SRU. Dans cette nouvelle loi, Yannick Jadot promet la création de 500 000 logements sociaux neufs par an, et la rénovation thermique de 200 000 d’entre eux. Cela représente donc une augmentation du seuil de logements sociaux actuels à 30 %, et inclut une possibilité de préemption par les communes des permis de construire
  • La mise en place d’un droit à la rénovation gratuite. Il promet ainsi une “prise en charge globale des frais de rénovations de logements” pour 1,7 million des familles françaises les plus pauvres, grâce à une avance complète du coût des travaux par les énergéticiens.
  • Un calendrier plus ambitieux pour la loi Climat. Le candidat EELV souhaite avancer à 2030 l’échéance actuelle de 2034 de cette loi, qui prévoit l’interdiction progressive de louer des “passoires thermiques” (les logements classés G, F et E, qui ne seront plus considérés comme décents).
  • Une évolution des règles de majorité. De la même manière qu’Anne Hidalgo, le candidat souhaite ainsi faciliter les travaux de rénovation énergétique.
  • Favoriser l’accès au logement

Deuxième axe majeur du programme de Yannick Jadot : un accès au logement facilité, grâce à des mesures sociales fortes. Parmi ces mesures, on retrouve notamment…

  • La mise en place d’une assurance loyers impayés obligatoire pour les bailleurs, ainsi que d’une assurance universelle sur les loyers
  • La réfection de patrimoines anciens ou la transformation d’immobilier de bureaux en habitations, pour augmenter le parc immobilier français.
  • La mise à disposition de moyens concrets pour les collectivités de lutter contre l’évaporation des logements via Airbnb et d’autres plateformes similaires

A noter : En plus des 500 000 logements neufs aux meilleures normes d’efficacité énergétique, et des 200 000 logements sociaux rénovés, la loi SRU proposée par le candidat inclut également d’autres volets : le transfert automatique des permis de construire aux Commissaires aux transitions dans les communes récalcitrantes, pour pousser les communes à investir dans les logements sociaux; l’organisation d’une politique de mixité sociale et de peuplement, pour lutter contre les ghettos; le transfert de la compétence de délivrance des automatisations d’urbanisme à l’Etat, le temps que les quotas de la loi SRU soient atteints.

Jean Lassalle (Résistons !)

Derrière le programme de Jean Lassalle se trouvent plusieurs propositions impactant le monde de l’immobilier, et notamment l’accès au logement pour les Français qui peinent pour l’heure à se loger convenablement.

  • Faciliter l’accès au logement pour les plus défavorisés

Le grand axe du programme du parti Résistons ! consiste à instaurer des mesures aidant les couches de la population les moins favorisées à accéder plus aisément au logement. En ce sens, Jean Lassalle propose notamment de…

  • Faire respecter la loi SRU et son quota de 20 à 25 % de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants.
  • Augmenter le montant des APL : il considère que l’augmentation de 88 centimes annoncée à l’automne 2021 ne suffit pas
  • Assurer un toit à chaque personne sans abri, en améliorant l’information et la prévention, mais aussi en encourageant le bénévolat et en augmentant le nombre de logements sociaux à bas loyer.
  • Encadrer les loyers pour opérer un meilleur contrôle du marché immobilier.

  • Favoriser l’accès au logement aux primo accédants

Jean Lassalle lutte également, dans son programme, pour que les primo accédants soient privilégiés dans leur accès au logement par rapport aux logements touristiques ou aux résidences secondaires.

  • Co-construire la ville avec toutes ses parties prenantes

L’une des mesures de Jean Lassalle consisterait à ouvrir ce qu’il appelle des “états généraux pour la banlieue”. Son objectif ? Co-construire avec les citoyens, les élus et les acteurs institutionnels et associatifs la politique de la ville.

  • Développer le principe de la location-accession

Enfin, Jean Lassalle propose de mettre en place ce qu’il appelle le “principe de la location-accession”. Le concept est simple : dès que le montant des mensualités de location correspondrait à la valeur du bien, le locataire en deviendrait automatiquement propriétaire.

Marine Le Pen (RN)

Le programme de la candidate du Rassemblement National met l’accent sur un logement plus accessible, d’un côté pour les foyers les plus démunis, d’autre part pour les jeunes.

  • Rendre le logement plus accessible

Le grand axe du programme de Marine Le Pen concernant l’immobilier est d’accorder la priorité nationale pour l’accès au logement social, qu’elle compte inscrire dans la Constitution via un référendum national. Selon elle, la lutte contre la crise du logement passe par le “rétablissement de la sécurité”. En effet, la candidate explique que les maires sont réticents à construire des logements sociaux à cause du “risque de communautarisation » que représentent ces projets. Elle promet également un accès prioritaire au logement social pour les policiers, en réservant un parc des logements sociaux à ces métiers.

  • Faciliter l’accès à la propriété des jeunes

Marine Le Pen l’a annoncé dans de nombreux passages dans les médias : elle désire faire de la jeunesse française un axe majeur de son programme politique. Et cela se ressent dans les volets immobiliers de ses propositions.

Pour faciliter l’accès à la propriété aux plus jeunes tranches de la population, elle propose :

  • La portabilité des prêts immobiliers, ou le transfert à l’acheteur, pour que les acquéreurs bénéficient durablement des taux bas que les banques proposent aujourd’hui.
  • La suppression de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), pour instaurer à la place un “impôt sur la fortune financière”, qui permettrait d’inciter chacun à investir plus dans la pierre.
  • Un dispositif permettant aux pouvoirs publics de céder gratuitement ou à bas prix des logements situés en zones rurales, contre un engagement de rénovation ou d’une durée minimale d’occupation, qui permettrait de faciliter l’accueil des néoruraux.
  • Une exonération d’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans, visant non seulement à limiter la fuite des jeunes à l’étranger, mais aussi à favoriser leurs investissements, notamment immobiliers.
  • Des prêts à taux zéro pour les jeunes couples souhaitant accéder à la propriété.

Une grande partie du programme de la candidate RN repose également sur une réforme des droits de succession et de donation, qui influerait sur la capacité des jeunes à accéder à la propriété.

On peut notamment noter les propositions suivantes :

  • La constitution d’un apport personnel facilité, grâce à un abattement sur les droits de donations portés à 100 000 € pour les parents et les grands-parents (aujourd’hui 31 865 € pour ces derniers), et renouvelable tous les 10 ans (plus que tous les 15 ans aujourd’hui).
  • L’abattement de 100 000 € tous les 10 ans sur les droits de donation entre parents et enfants, et grands-parents et petits enfants
  • L’abattement de 300 000 € sur les droits de succession, afin de permettre aux héritiers de conserver le patrimoine immobilier familial

Emmanuel Macron (LREM)

Si le programme du président sortant n’a pas encore été dévoilé à l’heure où Flatsy rédige ce document, on connaît déjà quelques-unes des lignes directrices du programme d’Emmanuel Macron.

  • Instaurer la garantie universelle des loyers, qui augmenterait donc la portée du dispositif VISALE actuel.
  • Créer un bail spécifique “location monoparentale”, qui permettrait d’obtenir automatiquement la garantie de l’organisme avant la signature du bail avec le propriétaire privé.
  • Augmenter rapidement le nombre de logements abordables, en s’appuyant sur l’habitat modulaire et la transformation de bureaux en logements

Jean-Luc Mélenchon (LFI)

Dans son programme “L’Avenir en Commun”, Jean-Luc Mélenchon met en avant le droit à “un logement digne et durable”. C’est donc autour des notions d’accessibilité du logement et d’écologie que tournent ses propositions.

  • Diminuer le caractère “prévalent” de la propriété

Au cœur du programme de Jean-Luc Mélenchon, on trouve l’idée que la propriété devienne moins l’apanage des foyers les plus aisés. Pour diminuer le caractère “prévalent” de la propriété, le candidat LFI propose ainsi de…

  • Augmenter les droits de succession sur les gros patrimoines, et de créer un héritage maximum pour les fortunes les plus importantes. Cela concernerait les 0,01 % des Français les plus riches, soit un patrimoine de 33 millions d’euros en 2012).
  • Baisser le pouvoir de droit de propriété, en empêchant ce droit de propriété privée de prévaloir sur la protection de l’eau, de l’air, de l’alimentation, du vivant, de la santé, de l’énergie et de la monnaie.
  • Imposer les hautes transactions immobilières par une taxe progressive, dans le but de financer la lutte contre le logement indigne.
  • Rendre le logement plus accessible

Comme bon nombre de candidats, Jean-Luc Mélenchon axe également tout un pan de son programme sur l’accessibilité accrue au logement, notamment pour les classes sociales les plus défavorisées.

Pour ce faire, il propose de mettre en place…

  • Une garantie universelle des loyers, comme le prévoyait initialement le projet de loi ALUR.
  • L’encadrement généralisé des loyers, comme le propose également Anne Hidalgo.
  • L’interdiction des expulsions locatives sans relogement.
  • Favoriser les logements sociaux

Selon Jean-Luc Mélenchon, le logement social ne doit pas être réservé qu’aux populations les plus pauvres : 60 % des personnes peuvent y avoir droit, et le logement social n’est, selon lui, pas fondé historiquement sur le modèle d’un minimum social. C’est pourquoi le candidat propose de passer à un seuil maximal de 40 % de logements sociaux. Il souhaite également réhausser le quota de logements sociaux dans les villes à 30 %, et à alourdir les sanctions contre les communes qui ne respectent pas la loi.

  • Élargir le parc de logements disponibles

Pour favoriser l’accès au logement pour tous, Jean-Luc Mélenchon compte également déployer des mesures pour élargir le parc de logements disponibles en France. Pour atteindre cet objectif, il propose notamment de…

  • Réquisitionner les logements vides, pour les remettre sur le marché.
  • Rendre la rénovation des “passoires thermiques” obligatoires avant toute mise en location. Cela passerait par la mise en place d’un “permis de louer” obligatoire, et un grand plan de rénovation des logements.
  • Limiter les locations de courte durée, pour lutter contre la spéculation sur le logement. Construire 15 000 logements universitaires, pour aider les plus jeunes à se loger dignement.
  • Construire 200 000 logements publics par an pendant 5 ans (aux normes écologiques)
  • Favoriser la rénovation énergétique

Enfin, dernier axe du programme de Jean-Luc Mélenchon en matière de logement : la rénovation énergétique, qui est au centre de bon nombre de mesures proposées par les candidats de gauche.

Pour un logement plus éco-responsable, le candidat LFI propose donc de…

  • Rendre la rénovation des “passoires thermiques” obligatoires avant toute mise en location. Cela passerait par la mise en place d’un “permis de louer” obligatoire, et un grand plan de rénovation des logements.
  • Mettre en place un “guichet unique” public pour les propriétaires devant faire des rénovations, et de réduire l’impact écologique des travaux à effectuer. Ce guichet regrouperait les demandes de financement, et permettrait également l’évaluation des besoins et la coordination des professionnels.

Valérie Pécresse (LR)

La candidate du parti Les Républicains mise sur des réformes fiscales et juridiques pour rendre la propriété plus attractive (notamment auprès des jeunes), mais aussi augmenter le parc immobilier sur le territoire français.

  • Rendre la propriété plus attractive

Dans un premier temps, Valérie Pécresse souhaite rendre la notion de propriété plus attractive, notamment pour les plus jeunes tranches de la population, en mettant en place des mesures fiscales et judiciaires qui allègent les lourdeurs liées à l’acquisition immobilière. Pour ce faire, elle propose de…

  • Exonérer les Français de l’Impôt sur la Fortune immobilière. Suite à l’explosion des prix de l’immobilier, la candidate veut mettre en place une exonération à hauteur de 50 % de la résidence principale.
  • Déployer une fiscalité incitative pour transformer les bureaux en logements. Pour ce faire, Valérie Pécresse mentionne le fait de simplifier la réglementation en vigueur, tout en adaptant l’objectif ZAN à la situation particulière des zones rurales.
  • Faciliter la transmission du patrimoine aux jeunes, via la constitution d’un apport personnel facilité, grâce à l’abattement sur les droits de donation qui seraient portés à 100 000€, et renouvelables tous les 6 ans (plutôt que 15 ans aujourd’hui).
  • Raccourcir les délais des jugements liés aux opérations immobilières. Plus concrètement, la candidate vise un délai maximal de 6 mois pour rendre ces jugements (contre 2 ans aujourd’hui), et souhaite diviser par 4 le temps de jugement des recours contre les opérations immobilières.
  • Augmenter le parc immobilier

Pour faire face à la crise du logement, Valérie Pécresse met également en avant des mesures visant à accroître le parc immobilier français. Elle recommande notamment de…

  • Investir sur les friches immobilières pour les rendre viables, et ainsi libérer de l’espace foncier.
  • Simplifier et dématérialiser les procédures liées à la construction qui pèsent actuellement sur le marché immobilier.

A noter : S’appuyant sur son expérience au sein de la Région Île-de-France depuis 2016, la candidate LR compte également établir un plafond anti-ghetto, qui limiterait à 30 % la proportion de logements très sociaux dans une commune. L’objectif ? Promouvoir la mixité sociale dans tous les territoires français.

  • Rendre le logement plus accessible

Derrière les pans de son programme visant à rendre le logement plus accessible, Valérie Pécresse mêle les notions de protection de l’environnement, de justice sociale et de mixité sociale. On trouve donc dans son programme des mesures telles que…

  • La garantie d’un droit au logement prioritaire pour les travailleurs de première ligne dans leur ville de résidence.
  • La création d’une garantie immobilière solidaire, pour annuler les surprimes d’assurance que subissent les personnes en risque de santé quand elles veulent emprunter, et ainsi leur permettre d’accéder au logement.
  • L’assouplissement des conditions de prêt à taux zéro, et leur généralisation pour les primo-accédants en fonction de leurs revenus et des prix de l’immobilier sur le territoire français. Une mesure qui permettra d’encourager les jeunes à acheter dans les zones rurales ou les villes moyennes, et d’ainsi participer à leur dynamisme

A noter : Valérie Pécresse veut s’engager à réorganiser le fonctionnement des établissements d’accueil pour personnes âgées dépendantes. Au-delà d’améliorer les conditions de vie et les soins qui leur sont apportés, ainsi que la vie des personnels soignants, elle compte ainsi réduire le reste à charge pour les familles.

  • Redonner la main aux institutions locales

Enfin, Valérie Pécresse souhaite remettre les institutions locales au cœur des problématiques immobilières, pour adapter l’offre à chaque territoire. On lit dans son programme qu’elle propose de “Régionaliser les politiques du logement pour construire plus et mieux en donnant la possibilité de moduler l’offre de logements et les aides, comme le PTZ (Prêt à Taux Zéro) ou Ma Prime Rénov’, en fonction des besoins économiques, des transports et des particularités du territoire.”

Philippe Poutou (NPA)

Le candidat anticapitaliste Philippe Poutou met en lumière dans son programme son engagement pour les populations ayant le moins aisément accès au logement, en promouvant la renationalisation et la sobriété énergétique.

  • Lutter pour l’accès au logement pour tous

Candidat fondamentalement engagé dans la lutte des classes, Philippe Poutou présente des mesures qui auraient pour vocation d’aider les couches de la population les plus pauvres à obtenir un droit au logement pérenne. Ainsi, on voit dans son programme des propositions telles que…

  • L’arrêt des expulsions et réquisitions de logements vides
  • Le blocage des loyers, qui va dans le sens d’un encadrement généralisé, proposé par bon nombre d’autres candidats de gauche
  • La construction de 200 000 logements sociaux par an
  • Améliorer la sobriété énergétique

Dans le programme de Philippe Poutou, on découvre également la mention d’un plan de sobriété énergétique. Son objectif : investir dans l’isolation thermique de tous les logements, pour limiter leur impact environnemental.

  • Renationaliser le logement

Enfin, Philippe Poutou milite pour la renationalisation, non seulement des industries, mais également des logements. C’est ainsi qu’il inscrit à son programme sa volonté de renationaliser les sociétés HLM, mais également d’interdire les plateformes du type Airbnb “audelà du logement personnel”. Un programme foncièrement orienté vers l’anticapitalisme, qui créerait bien des changements dans le quotidien des agents immobiliers s’il venait à être élu président.

Fabien Roussel (PCF)

Dans son programme “La France des Jours Heureux”, Fabien Roussel explicite son plan d’investissement de 10 milliards d’euros sur 5 ans, axé sur la transition énergétique du parc immobilier français, mais également sa politique d’accès au logement pour tous.

  • Assurer l’accès au logement pour tous

Parmi les propositions phares de Fabien Roussel concernant le secteur de l’immobilier, on retrouve le droit à une protection sociale minimale, englobant non seulement la mobilité gratuite (transports en commun et permis de conduire), une prise en charge à 100 % des soins par l’Assurance Maladie, mais également un droit au logement. Fabien Roussel affirme qu’il est nécessaire d’instaurer des mesures promouvant “le droit à se loger pour tous”. Cela se traduit par des mesures concrètes comme le droit à construire des maisons individuelles, qu’il a affirmé suite à une polémique autour des propos de la ministre du logement Emmanuelle Wargon, qui avait qualifié les maisons individuelles de “non-sens écologique, économique et social”. Le doublement sur 5 ans du parc de logements étudiants, visant à atteindre les 350 000 logements en 2027 La construction de plus de foyers de jeunes travailleurs (FJT)

  • Élargir le parc immobilier français

Pour faire face à la crise du logement, le candidat communiste propose lui aussi d’élargir le parc immobilier français.Concrètement, ses propositions incluent :

  • Le doublement sur 5 ans du parc de logements étudiants, visant à atteindre les 350 000 logements en 2027
  • La construction de plus de foyers de jeunes travailleurs (FJT)
  • Redonner la main aux institutions locales

Fabien Roussel promeut l’objectif de “zéro artificialisation nette des sols”, déjà prévu dans le Plan Biodiversité. Pour ce faire, il s’exprime sur le fait que les municipalités doivent avoir plus de mainmise sur les permis de construire.

  • Accélérer la rénovation énergétique

Le dernier axe du programme de Fabien Roussel sur l’immobilier concerne l’écoresponsabilité des logements. Pour faire face à la crise environnementale, le candidat propose d’investir 10 milliards d’euros sur cinq ans pour engager un plan de rénovation énergétique des maisons et des logements collectifs.

Eric Zemmour (Reconquête !)

À l’heure actuelle, les premiers piliers du programme d’Eric Zemmour dévoilent une volonté de mettre l’accent sur les primo-accédants à la propriété, ainsi que sur les zones rurales.

  • Faciliter l’accès à la propriété des plus jeunes

Tout comme Marine Le Pen, Eric Zemmour met l’accent sur l’accès à la propriété chez les plus jeunes tranches de la population française. Pour ce faire, il axe son programme sur l’une de ses mesures phares : l’exonération des frais de notaire pour les primo-accédants qui achètent un appartement jusqu’à 250 000 €, qui ont en moyenne entre 30 et 40 ans. Une mesure qui stimulerait donc l’achat chez les plus jeunes, mais qui remettrait également en question une partie de la rémunération de vos confrères, les notaires.

  • Favoriser la ruralité

Deuxième axe phare du candidat d’extrême-droite : son “programme ruralité”, qui influerait significativement sur le territoire français, et notamment sur l’immobilier particulier comme professionnel.

En effet, on voit apparaître dans le programme d’Eric Zemmour deux propositions significatives :

  • La valorisation des centres-villes, avec l’interdiction de construire de nouvelles grandes surfaces ou zones commerciales à l’entrée des villes et des villages. Tout ceci dans l’optique de favoriser les activités des artisans et commerçants.
  • L’abrogation de la loi SRU, qui vise à densifier de manière raisonnée les espaces déjà urbanisés, afin d’éviter l’étalement urbain. En l’abrogeant, Eric Zemmour supprimerait la limite qui fixe une taille minimale aux terrains constructibles, mais aussi le quota de 25 % de logements sociaux imposé dans les communes importantes.
La rédaction n’a pas participé à cet article  qui nous a été proposé par Flatsy.
Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo