Myr.ai, la plateforme qui digitalise le nettoyage de bureaux

La startup Myr.ai parie sur une plateforme technologique “phygitale” pour redéfinir les espaces de travail et digitaliser le secteur de la propreté.

Myr.ai-MySweetimmo

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 5 min

L’entreprise modélise en 3D chaque espace physique et en le nourrissant de données grâce à des objets connectés, la start-up propose une solution hybride qui dépoussière le milieu. Elle permet non seulement aux bureaux de devenir plus intelligents, économes et énergétiquement sobres mais également de reconnecter tous les acteurs de son écosystème, sur place ou à distance.

Myr.ai déploie des solutions chez quelques grands comptes – comme Nexity – sur des sites pilotes pour faire face aux nouveaux enjeux liés à l’entretien de leur parc immobilier.  Pour les entreprises clientes, c’est un outil de pilotage objectif qui permet de gagner en transparence, en efficacité et en coût. Pour les prestataires, c’est une montée en compétence, qui réduit la fracture numérique.

Piloter l’immobilier d’entreprise

La start-up met la technologie au cœur d’une nouvelle méthode de pilotage de l’immobilier d’entreprise en utilisant des objets connectés, la robotique, l’IA et une plateforme SaaS pour optimiser l’utilisation de chaque espace. L’objectif est simple : rendre les espaces de travail autonome, aussi bien dans leur gestion quotidienne – entretien, maintenance, fournitures, sécurité, … – que dans leur gestion humaine – occupation des espaces, gestion des demandes et tâches, … 

Identifier les tâches liées à la gestion des bureaux

Myr.ai s’appuie sur une méthode d’analyse fine et sans équivalent, en scannant et modélisant les lieux en 3D puis en y calquant les données mise à disposition par les capteurs ou celles rentrées manuellement par les opérateurs humains (tâches accomplies, photos, documents, …). 

En naviguant dans cet espace virtuel enrichi et connecté, chaque membre de l’écosystème – décideur, collaborateur, prestataire – pourra immédiatement accéder à l’information qui lui est nécessaire et optimiser ses actions, qu’il soit présent sur site ou non.

Planning d’occupation des espaces et gestion robotisée du nettoyage des sols pourront par exemple être mis en connexion pour nettoyer en priorité les zones qui seront occupées le lendemain. Gestion des éclairages et occupation pourront quant à elles permettre de ne pas éclairer inutilement celles qui n’accueillent pas de collaborateurs.

La propreté, un secteur peu digitalisé pourtant omniprésent

En permettant à ses clients de se créer une solution sur mesure grâce à une marketplace d’objets connectés et à plusieurs modules (nettoyage, occupation, accès, qualité de l’air, …), Myr.ai donne l’opportunité à n’importe-quel bureau, de 100m² à plusieurs dizaines de milliers de m² d’acquérir une véritable intelligence aussi bien économique – ne payer que pour ce qui est utile et réalisé – que énergétique. Mieux encore, la data permet de quantifier le temps et les ressources nécessaires pour la bonne exécution de ces tâches. Le prestataire pourra constater et faire constater l’adéquation entre missions demandées et moyens à mettre en œuvre et ce, au jour le jour. La data améliore au fil du temps l’action concertée des différents modules de la solution, permettant à terme la création d’espaces optimisés et quasiment autonomes.

La gestion de la propreté grâce au digital

Par ailleurs, cette approche résolument disruptive réinvente des métiers traditionnellement dévalorisés en s’attaquant à la réalité d’une fracture numérique omniprésente. Grâce à la formation dispensée par Myr.ai, les personnes jusque-là confinées à des tâches considérées comme subalternes deviennent de véritables pilotes de l’entretien. Muni d’une application mobile pensée pour la réalité des agents d’entretien, il connaît exactement son périmètre d’intervention et les tâches à effectuer. Il dispose d’une vision globale, ils délèguent certaines opérations de nettoyage à des robots. D’autres tâches comme la gestion des consommables sont automatisées. Ainsi, Myr.ai optimise le temps passé sur site pour plus d’efficacité. 

« La solution que nous avons développée permet à un secteur comme celui de la propreté d’entamer son virage digital, et à ses métiers d’être perçus différemment et de devenir plus attractifs » explique Axel Hars, co-fondateur de Myr.ai. « Les agents d’entretien montent en compétence pour devenir des gestionnaires-pilotes de la propreté des espaces et des bâtiments. »

Une solution qui aide à réduire l’empreinte carbone des entreprises

En outre, la solution Myr.ai aide à réduire de 80% l’empreinte carbone des bâtiments et des entreprises, (à surface équivalente, un robot aspirateur consomme 10x moins d’électricité et jusqu’à 80% moins d’eau qu’un agent avec des outils classiques).

« Notre solution innovante intéresse à la fois les services généraux du secteur privé ou des collectivités, qui sont aujourd’hui demandeurs de davantage d’efficacité et de rentabilité, avec des contraintes énergétiques de plus en plus fortes » explique Joackim Boucetta co-fondateur de Myr.ai. 

Une possible intégration de Myr.ai au sein des villes

A terme, Myr.ai souhaite développer une gestion complète et connectée des bâtiments et réfléchir à leur intégration au sein des villes pour promouvoir une “smart grid” plus efficiente, collaborative et autonome, au sein de laquelle les intervenants humains retrouveront du sens en se voyant libérés des tâches répétitives et automatisables.