Crédit immobilier : Inexorable hausse des taux…

Les taux des crédits immobiliers n’en finissent pas, malheureusement, de progresser…. Toutes durées et tous profils confondus ! Meilleur taux fait le point.

Taux de crédit

© adobestock

Pas de répit pour la hausse des taux

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

La hausse des taux se poursuit en juillet

En ce début d’été, les taux suivent la même trajectoire que les mois précédents à savoir une hausse générale, toutes durées et tous profils confondus.

Nous sommes ainsi sur des moyennes à 1,65% sur 15 ans, 1,80% sur 20 ans et 2% sur 25 ans, soit une hausse de 0,20% ou 20 points de base pour être plus exacte par rapport au mois dernier. La tendance haussière se confirme donc nettement et les moyennes ont donc franchement progressé en 6 mois.

 « En effet, entre janvier et juillet, les taux sont passés de moyenne sur 20 ans à 1,10% à 1,80% aujourd’hui. Conséquence directe : la situation se complique pour les futurs emprunteurs, » explique Maël Bernier, porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux.

Les taux directeurs en nette hausse

Pour expliquer cette hausse rapide, il faut comprendre que les taux de refinancement des banques ont eux-mêmes subi une très nette augmentation, passant de 0,30% en début d’année à 2% aujourd’hui. Dans ce contexte, il est très compliqué pour elles de ne pas relever les barèmes. 

« Il faut d’ailleurs avoir en tête que si les banques avaient suivi à la lettre l’évolution des taux directeurs et répercuté intégralement les hausses subies, les taux aux particuliers devraient déjà être autour de 2,5, voire 3% ! », ajoute Maël Bernier.

Le taux d’usure : De plus en plus bloquant pour les emprunteurs

Pour conclure, force est de constater que la période devient réellement très compliquée pour les emprunteurs et ce n’est pas la récente hausse du taux d’usure par la Banque de France qui va arranger le problème. En effet, nous en avons déjà parlé souvent mais, aujourd’hui, il devient particulièrement bloquant. Pour rappel, c’est le taux maximum (tout compris), le fameux TAEG auquel les banques ont le droit de vous prêter. IMPOSSIBLE de le dépasser, c’est carrément illégal !

Donc, évidemment, il faut qu’il y ait un peu de marge entre le taux nominal, c’est-à-dire le taux du crédit tout seul et le taux max incluant l’ensemble des assurances et garanties.

Or, malheureusement, c’est là que ça coince tout simplement parce que les taux moyens pratiqués par les banques aujourd’hui sont en nette hausse, or le taux d’usure n’a pas augmenté assez en parallèle. Nous avons même aujourd’hui des barèmes qui sont déjà quasi usuraires avant même d’avoir ajouté l’assurance.

Pour faire passer son dossier, il faut jouer sur l’assurance

« Donc pour avoir une chance que votre dossier passe, l’une des clés c’est de faire baisser le coût de l’assurance en espérant que cela soit suffisant ! » conclut Maël Bernier. 

En effet entre janvier et juillet, les taux sont passés de moyenne sur 20 ans à 1,10% à 1,80% aujourd’hui. Conséquence directe : la situation se complique pour les futurs emprunteurs.
Maël Bernier, porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux