Crédit immobilier : En août, entre hausse des taux et baisse des OAT, la situation se complique

Est-il plus difficile de contracter un prêt immobilier en août ? Le point avec Meilleurtaux.

Complications

© adobestock

Souscrire un crédit ? Compliqué en août

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

En ce milieu d’été, les taux suivent la même trajectoire que les mois précédents à savoir une hausse générale, toutes durées et tous profils confondus.

Nous sommes ainsi sur des moyennes à 1,70% sur 15 ans, 1,85% sur 20 ans et 2% sur 25 ans, soit une hausse de 30 points de base pour être plus exacte par rapport au mois de juin. La tendance haussière se confirme donc nettement et les moyennes ont donc franchement progressé depuis le début de l’année. 

« En effet entre janvier et août les taux sont passés sur 20 ans de 1,10% à 1,85% aujourd’hui. Conséquence directe : la situation se complique pour les futurs emprunteurs », explique Maël Bernier, porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux.

Taux directeurs en baisse

Pour expliquer cette hausse rapide, il faut comprendre que les taux de refinancement des banques ont eux-mêmes subi une très nette augmentation, passant de 0,30% en début d’année à plus 2% en juin. Dans ce contexte, il est très compliqué pour elles de ne pas relever les barèmes. 

« Il faut d’ailleurs avoir en tête que si les banques avaient suivi à la lettre l’évolution des taux directeurs et répercuté intégralement les hausses subies, les taux aux particuliers devraient déjà être autour de 2,5%», précise-t-elle Maël Bernier.

La bonne nouvelle de ce mois d’août c’est justement ces taux directeurs. Les OAT sont en nette baisse depuis quelques semaines. Nous verrons dans les prochaines semaines comment cela se répercute sur les taux d’emprunt. « Peut-être pouvons-nous espérer une stabilité des barèmes ? », ajoute-t-elle.

Le taux d’usure toujours en cause

Cette détente sur le front des OAT est certes une bonne nouvelle, mais le problème majeur aujourd’hui n’est pas la hausse des barèmes qui maintien des taux d’emprunt toujours très bas, mais bien le taux d’usure totalement décorrélé du niveau des taux actuels, en effet, les taux moyens pratiqués par les banques aujourd’hui sont en nette hausse, or le taux d’usure n’a pas augmenté assez en parallèle.

« Pour avoir une chance qu’un dossier passe, l’une des clés c’est de faire baisser le coût de l’assurance en espérant que cela soit suffisant ! », conclut Maël Bernier.

Pour avoir une chance qu’un dossier passe, l’une des clés c’est de faire baisser le coût de l’assurance en espérant que cela soit suffisant !
Maël Bernier, porte-parole et directrice de la communication de Meilleurtaux.