Immobilier : Les Français (trop?) grands adeptes des piscines privées

Avec une piscine privée pour un peu plus de vingt et un habitants, les Français font figure d’adeptes du bassin, révélant la « démocratisation » du secteur depuis plusieurs années, souligne la Fédération des professionnels de la piscine (FPP).

Maison contemporaine avec baie vitrée oucrant sur la piscine

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 6 min

3,2 millions de piscines privées

La France compte environ 3,2 millions de piscines privées dont 1,55 million de piscines enterrées et 1,64 million de piscines hors-sol, selon les derniers chiffres de la FPP publiés en avril, réaffirmant la position de la France comme leader européen dans la construction de bassins.

En 2021, le parc a augmenté de 244.000 piscines et le chiffre d’affaires des pisciniers a bondi de 32% sur un an, « grâce à l’effet booster du Covid et une météo favorable« , indique à l’AFP Joëlle Pulinx Challet, déléguée générale de la FPP, qui regroupe plus de 1.400 entreprises françaises spécialistes de la piscine et du spa.

En 30 ans, la taille des bassins est passée de plus de 70m3 à 43m3, souligne-t-elle, et le prix moyen est actuellement de 24.000 euros selon les niveaux d’équipements et les régions. Un chiffre à rapprocher de la récente étude réalisée par MeilleursAgents sur l‘impact de l’installation d’une piscine sur le prix du mètre carré.

La piscine, un marché qui se démocratise

Le marché des piscines privées s’est « démocratisé » ces dernières années, avait indiqué en avril le président de la FPP, Stéphane Figueroa.

Selon une enquête menée par le cabinet Decryptis en février et mars 2022 pour le compte de la FPP auprès d’un échantillon de 18.000 foyers habitant une maison individuelle, la part des ouvriers, agriculteurs et employés possédant une piscine enterrée aurait bondi de « 10% en quatre ans« , passant de 14,1% des propriétaires de piscines en 2017 à 24,7% en 2021.

Celle des entrepreneurs et des cadres est, de son côté, restée « stable » ces dernières années, à 41,6% en 2021, selon l’étude de Decryptis.

En revanche, les retraités sont désormais « moins représentés » parmi les possesseurs de piscines enterrées à domicile: ils étaient 33,7% en 2021 contre 40,1% en 2017.

Une consommation énergétique « réduite »

A l’heure où la France fait face à une sécheresse historique, « l’utilisation en eau d’une piscine représente en moyenne 15m3 par an, soit autant que pour produire 1kg de viande de boeuf« , se défend Mme Pulinx Challet, qui ajoute: « En 25 ans, elle a même été réduite de 45% ».

La déléguée générale attribue cette baisse au fait que « les clients ne vident plus leurs piscines entièrement, chaque année, comme autrefois« , mais aussi à « l’utilisation des couvertures pour éviter l’évaporation » ou encore « la mise en place de cuves pour récupérer l’eau« .

« La totalité des piscines ne représentent que 0,12% de la consommation annuelle d’eau de la France« , argue-t-elle encore, évoquant « un impact très faible » des piscines sur l’utilisation en eau dans le pays.

Les systèmes de chauffage ont, eux aussi, vu leur consommation diminuer, par un facteur de quasiment 10 en 35 ans, selon des estimations. Ces systèmes consommaient environ 15.000 kW/h par an en 1980, contre 1.570 kW/h/an en 2015.

Enfin, des améliorations technologiques sur les pompes de filtration ou encore les éclairages ont également permis de diminuer la facture énergétique des piscines.

Sécheresse : dans le Nord, le boom des piscines privées interroge

« Enfant, jamais je n’aurais imaginé avoir une piscine ! », s’émerveille Clotilde en aspergeant son neveu dans le bassin familial flambant neuf, à Verlinghem (Nord). Favorisées par la hausse des températures, ces constructions se multiplient dans les Hauts-de-France, suscitant des interrogations au moment où la France manque d’eau.

Brassards orange et rire éclatant, Basile, 3 ans, tournoie au-dessus de l’eau dans les bras de son père. « Cette piscine, ça donne une autre dynamique à la vie de famille« , raconte Clotilde Sanz. Pour elle, ses soeurs, leurs enfants, la maison parentale est depuis quelques mois « encore plus un lieu de vie, de retrouvailles« .

Né du confinement, « ce projet nous change la vie. Dès le réveil, on est en vacances !« , s’enthousiasme son père, Frédéric Sanz, qui hésitera désormais « beaucoup plus » à voyager l’été.

« Depuis la crise du Covid-19, on a multiplié nos ventes par sept« , confirme Vincent Brisse, directeur commercial de « Sensassion Piscine« , leur installateur. « Quand j’ai commencé en 2003, on en vendait une vingtaine par an. Aujourd’hui, c’est plus d’une centaine« .

Selon la Fédération des professionnels de la piscine (FPP), sur les 3,2 millions de piscines privées existant en France fin 2021, 135.000 étaient dans les Hauts-de-France, contre moins de 30.000 en 2005.

Des communes réfléchissent à limiter la construction de piscine

Seules 7% des maisons individuelles en sont aujourd’hui équipées dans la région, mais la hausse des températures aide « le marché à se développer », observe la déléguée générale de la FPP Joëlle Pulinx-Challett.

« Les piscines sont aussi devenues plus petites, moins chères », offrant « la possibilité à une clientèle moins aisée d’y accéder« , note Laurent Piette, vendeur de piscines « en kit ».

Dans un jardin à la pelouse brûlée à Leforest (Pas-de-Calais), il aide un client à finaliser son bassin. Cette partie du département n’est pas encore placée en « alerte sécheresse« , laissant la possibilité de le remplir.

« C’est toujours au pied du mur qu’on agit. Les mesures de restriction devraient être prises bien en amont« , déplore Arnaud Gauthier, enseignant-chercheur dans le domaine de l’eau à l’Université de Lille.

A l’heure où la France connaît sa pire sécheresse depuis 1959, « construire des piscines relève du non-sens« , tranche-t-il. Quelques communes françaises « réfléchissent même activement à modifier les plans locaux d’urbanisme pour limiter leur construction« , note-t-il.

En 2020, chaque Français a consommé 148 litres d’eau potable par jour en moyenne (54 m3/an), selon l’observatoire national des services de l’eau et d’assainissement (Sispea). Avec d’importantes disparités géographiques: 232 litres dans les Alpes-maritimes, contre 116,6 dans le Nord. « Le climat, l’impact potentiel des piscines« , l’expliquent en partie, selon Sispea.

Bouc émissaire

« Les piscines privées représentent 0,1% de la consommation totale d’eau en France« , réplique Joëlle Pulinx-Challett. Si le premier remplissage est consommateur (45 m3 environ), l’eau n’est renouvelée que d’un tiers chaque année.

« Cela peut représenter 15% de la consommation d’une famille« , analyse Nicolas Roche, chercheur au Centre Européen de Recherche et d’Enseignement de Géosciences de l’Environnement (CEREGE). Mais « arroser sa pelouse de 100 m2 pendant un mois consommera dix fois plus« , ajoute-t-il, appelant à « éviter la politique du bouc émissaire« .

L’eau, essentielle à toutes les activités, sera plus rare à l’avenir et « des usages prioritaires doivent être désignés » localement, souligne-t-il. Il appelle à « donner une valeur environnementale à l’eau« , avec un prix fluctuant l’été, « lorsqu’elle est moins disponible« , et en fonction des usages, « essentiels » ou « récréatifs« .

Dans le bassin Artois-Picardie, « le volume annuellement disponible est aujourd’hui totalement utilisé, on n’a plus de marge« , alerte le directeur de l’Agence de l’eau régionale, Thierry Vatin. Un tiers est consommé durant l’été, majoritairement pour l’agriculture, dont les besoins grandissent. « Avec des excès d’usages récréatifs en plus, on surexploite.« 

« On a l’objectif de réduire de 10% la consommation d’ici six ans« , indique-t-il. Le partage entre types d’usagers doit être prochainement tranché au sein de « commissions locales » incluant toutes les parties. « Tous devront faire des économies.« 

Certains élus plaident pour une tarification progressive: un volume d’eau gratuit pour les besoins essentiels, puis un prix élevé au-dessus d’un certain seuil.