Crédit immobilier : Une situation réellement très compliquée en cette rentrée

Meilleurtaux fait le point sur une rentrée compliquée pour emprunter. La faute aux taux d’intérêt bien sûr mais aussi au taux d’usure qui bloque même les bons dossiers !

Homme inquiet

© adobestock

Taux d’usure bloquant pour de nombreux dossiers

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

En cette rentrée, la situation est réellement confuse. D’un côté, les barèmes bancaires sont toujours en hausse * et certains atteignent même le taux d’usure. Ce fameux taux d’usure dont on parle si souvent en ce moment et qui est aujourd’hui totalement bloquant, excluant. 

Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux rappelle : « Il s’agit du taux maximum tout compris : taux, assurance, garanties, fixé par la Banque de France. Or, il est aujourd’hui trop bas par rapport à la réalité des taux d’emprunt. »

La situation est telle que des dossiers disposant d’un apport conséquent et de revenus plus que confortables peuvent aujourd’hui être refusés uniquement parce que les emprunteurs sont âgés de plus de 45 ans !

Des taux directeurs en hausse

De l’autre, il faut reconnaître que les établissements bancaires empruntent eux-mêmes à des taux notablement haussiers en raison de la remontée des taux directeurs et de l’inflation : 2,15% en septembre pour 0,30% en janvier. « Il est donc évident que les banques ne peuvent pas continuer à prêter à des taux inférieurs à ceux auxquels elles empruntent », souligne Maël Bernier.

Ces fameuses OAT qui servent de référence aux crédits immobiliers des particuliers après avoir légèrement baissé fin juillet sont en effet reparties à la hausse ces dernières semaines.

Faites jouer l’assurance de prêt

« En résumé, pour avoir une chance qu’un dossier passe, l’une des clés c’est de faire baisser le coût de l’assurance en espérant que cela soit suffisant car la situation est réellement très compliquée ! », conclut Maël Bernier.

*Les banques affichent des barèmes à 1,85% sur 15 ans, 2% sur 20 ans et 2,15% sur 25 ans, soit en hausse de 15 centimes par rapport au mois dernier.

Il est évident que les banques ne peuvent pas continuer à prêter à des taux inférieurs à ceux auxquels elles empruntent. En résumé, pour avoir une chance qu’un dossier passe, l’une des clés c’est de faire baisser le coût de l’assurance en espérant que cela soit suffisant car la situation est réellement très compliquée ! 
Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux