Immobilier : Le climat et « l’humain » priorités de Catherine Vautrin à la tête de l’Anru

Catherine Vautrin, la nouvelle présidente de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), veut faire de l’adaptation des quartiers au réchauffement climatique et de « l’humain dans l’urbain » ses priorités, dit-elle dans un entretien à l’AFP.

Catherine Vautrin, présidente du conseil d'administration de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)

© LUDOVIC MARIN AFP

Catherine Vautrin, la nouvelle présidente de l'Agence Nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)

 0
Temps de lecture estimé : 4 min

Catherine Vautrin, la nouvelle présidente de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), veut faire de l’adaptation des quartiers au réchauffement climatique et de « l’humain dans l’urbain » ses priorités, dit-elle dans un entretien à l’AFP.

Nommée le 1er septembre à la tête de l’agence chargée de piloter la mutation des quartiers populaires, Catherine Vautrin a donc succédé à Olivier Klein, devenu ministre délégué à la Ville et au logement.

La priorité de son mandat sera, promet-elle, l’intégration du défi climatique dans le renouvellement urbain, dans le prolongement de la démarche « Quartiers résilients » annoncée lundi par Olivier Klein.

« Comment peut-on imaginer sortir des projets qui dans cinq ans, dans dix ans, soient incapables de répondre aux défis qui s’offrent à nous ?

Ce qu’on propose, c’est qu’à l’occasion des revues de projet, on reprenne chacun des projets, qu’on regarde si on est bien résilients en matière écologique, de consommation énergétique: à chaque fois qu’on peut se raccorder à un réseau de chaleur, est-ce qu’on l’a fait ?

Il faut, à chaque fois qu’on peut le faire, essayer de lutter contre les îlots de chaleur. Ce sont ces fameuses dalles avec du béton partout, pas un arbre… on peut enlever de l’enrobé, remettre de la végétalisation. Vous avez aussi l’isolation thermique des bâtiments, et c’est aussi bien contre le chaud que contre le froid. Ce ne sont pas que des économies de chauffage, c’est aussi de la qualité de vie en été.« 

« Il faut aussi qu’on tire les conséquences du post-Covid »

Quand les gens ont été confinés chez eux, qu’est-ce qu’ils nous ont dit ? Évidemment, l’espace (…) Dans un projet Anru, en moyenne, un balcon c’est 7.000 euros. C’est un coût supplémentaire, et pourtant, est-ce que ça ne vaut pas le coup qu’on regarde ? Parce que c’est offrir tout de suite un prisme différent de son logement. Un été comme celui-là, si le soir, on peut être un peu sur son balcon, c’est un peu d’air.

En revanche, pas de rallonge budgétaire à l’horizon pour l’Anru, malgré l’envolée des prix des matériaux de construction, qui rend les chantiers plus chers.

« Maintien des budgets »

Il est pas question de faire des opérations au rabais, et c’est d’autant plus vrai que les matériaux ont une importance fondamentale dans notre approche de sobriété et de résilience. (…) Mais à ce stade, je vais déjà me battre pour obtenir le maintien des budgets, je ne vois pas comment je peux obtenir un budget inflation dans le contexte, reconnaît-elle.

L’ancienne ministre déléguée à la Cohésion sociale sous la présidence de Jacques Chirac veut également une évaluation plus profonde des projets urbains terminés.

Je souhaite qu’on ait un regard extrêmement précis de l’état dans lequel sont les opérations que nous avons livrées y a dix-huit ans, quinze ans, dix ans, parce que c’est important qu’on ait un plan de gestion qui nous permette de regarder comment, dans le temps, les choix qui ont été faits ont vieilli.

Quand vous avez un quartier qui fait l’objet d’une rénovation complète, c’est normal qu’au-delà de la simple rénovation du quartier, il y ait un suivi de façon à ce que ce quartier, qui n’est plus le même, ait des ambitions auxquelles il doit répondre et qu’on puisse accompagner, voir ce qui va, ce qui ne va pas, de façon pourquoi pas à voir que quelque chose ne marche pas, comment tout de suite on agit et on n’attend pas que les choses se dégradent.

Catherine Vautrin ne quitte pas pour autant son mandat local

Egalement présidente de la communauté urbaine du Grand Reims, Catherine Vautrin n’envisage pas de quitter son mandat local.

« Ce que j’ai appris à Reims, ce que je vis à Reims tous les jours, me permet précisément de connaître les quartiers, d’expérimenter, de comparer, et je pense qu’une présidente de l’Anru doit être au quotidien au cœur des problématiques des habitants des quartiers », justifie-t-elle.

Et de poursuivre : « Il n’y aurait rien de pire pour l’Anru que d’avoir à sa tête quelqu’un qui ne sait pas ce que c’est qu’un quartier et qui n’ait pas cette expérience« .