Patrimoine des ménages : Croissance record de la richesse en 2021, mais l’inflation guette…

La richesse mondiale totale a augmenté de 12,7% en 2021, selon le 13ème Global Wealth Report publié par Credit Suisse Research Institute (CSRI). L’inflation, l’augmentation des taux d’intérêt et la baisse des prix des actifs pourraient infléchir cette croissance impressionnante en 2022.

Enseigne Credit Suisse sur le toit d'un immeuble à Zurich en Suisse

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 6 min

Le patrimoine des ménages au niveau mondial a connu une croissance record en 2021, selon le 13ème Global Wealth Report publié par la banque Credit Suisse, mais l’inflation et la baisse des marchés financiers risquent d’infléchir la tendance en 2022.

463 600 milliards de dollars de richesse des ménages au niveau mondial

2021 a été une année record pour la richesse des ménages en raison de la hausse généralisée du prix des actions et de l’environnement favorable créé par les mesures prises en 2020 par les banques centrales pour réduire les taux d’intérêt, qui ont cependant engendré des pressions inflationnistes.

Avec l’envolée de la Bourse en 2021, le patrimoine des ménages a augmenté à un rythme soutenu pour totaliser 463.600 milliards de dollars (462.095 milliards d’euros), en hausse de 9,8% par rapport à l’année précédente, selon une estimation de la banque qui publie chaque année un rapport sur l’évolution de la fortune des particuliers.

Les montants pour cette étude sont toujours exprimés en dollars afin de faciliter les comparaisons d’un pays à l’autre. Mais la forte hausse du billet vert se répercute sur ses estimations, explique la banque qui précise qu’une fois corrigée des effets de changes la hausse pour l’année écoulée se chiffre à 12,7%, soit le taux de croissance annuel « le plus élevé jamais enregistré« .

« On suppose généralement que des hausses significatives du PIB associées à des marchés boursiers et immobiliers vigoureux se soldent par des gains de richesse importants au niveau national, et cela a assurément été le cas en 2021« , précise l’étude. Aux États-Unis, le stock de richesse des ménages s’est accru de 19 500 milliards de dollars. Cette augmentation a été bien supérieure à celle connue par la Chine (11 200 milliards de dollars), arrivée en deuxième position, qui a elle-même dépassé de loin les hausses enregistrées au Canada (1800 milliards de dollars), en Inde (1500 milliards de dollars) et en Australie (1400 milliards de dollars).

La richesse mondiale, elle se créée surtout en Amérique du Nord et en Chine

Toutes les régions du monde ont contribué à la hausse de la richesse mondiale, mais l’Amérique du Nord et la Chine ont été les plus grands contributeurs, l’Amérique du Nord étant responsable d’un peu plus de la moitié de l’augmentation et la Chine d’un quart. En revanche, l’Afrique, l’Europe, l’Inde et l’Amérique latine n’ont représenté ensemble que 11,1% de la croissance de la richesse mondiale. Ce chiffre peu élevé reflète une dépréciation généralisée par rapport au dollar américain dans ces régions. En pourcentage, l’Amérique du Nord et la Chine ont enregistré les chiffres de croissance les plus élevés (environ 15% chacune), tandis que la croissance de 1,5% en Europe a été la plus faible de toutes les régions, et de loin.

La dette totale des ménages a augmenté de 4,4% dans le monde entier. Cependant, la valeur mondiale a été tirée vers le bas par la croissance nulle dans la région Asie-Pacifique (hors Chine et Inde) et la réduction de la dette en Europe (due à la dépréciation du taux de change). Ailleurs, la dette des ménages a augmenté en moyenne de 9%, avec une hausse de 12,1% en Chine.

Aux Etats-Unis, les ménages afro-américains et hispaniques profitent de la hausse des prix de l’immobilier

Un examen de sous-groupes de population particuliers suggère que, aux États-Unis et au Canada, ce sont les Millennials et la génération X qui ont le plus accru leur richesse entre 2019 et 2022. Aux États-Unis, c’est la richesse des ménages afro-américains et hispaniques qui a connu la plus forte augmentation en pourcentage en 2021, grâce à une hausse de la richesse non financière, principalement sous la forme de logement. En ce qui concerne la richesse des femmes, on estime que, sur les 26 pays qui représentent 59% de la population adulte mondiale, 15 pays (dont la Chine, l’Allemagne et l’Inde, par exemple) ont enregistré une baisse de la richesse des femmes entre 2020 et 2021. Pour les autres pays (dont les États-Unis et le Royaume-Uni, par exemple), le rapport moyen entre la richesse des femmes et celle des hommes a augmenté.

62,5 millions de millionnaires en dollars des Etats-Unis

La part de richesse des 1% les plus riches du monde a augmenté pour la deuxième année consécutive pour atteindre 45,6% en 2021, contre 43,9% en 2019. Le club des millionnaires en dollars des États-Unis a accueilli 5,2 millions de membres supplémentaires en 2021, et leur nombre total atteignait 62,5 millions de personnes dans le monde à la fin de l’année. Cette croissance de 9% est légèrement supérieure à l’augmentation de 8,4% de la richesse par adulte, mais est en deçà de la hausse de 9,5% de la richesse moyenne. Le nombre de personnes très fortunées (UHNW) a augmenté à un rythme bien plus rapide et s’est accru de 21% en 2021. C’est aux États-Unis que le nombre de personnes UHNW a le plus augmenté (30 470), suivis par la Chine (5200). Le nombre de personnes UHNW a également augmenté de plus d’un millier en Allemagne (1750), au Canada (1610) et en Australie (1350). Relativement peu de pays ont enregistré un recul du nombre de personnes UHNW. Les baisses les plus fortes ont été enregistrées en Suisse (moins 120), dans la RAS de Hong Kong (moins 130), en Turquie (moins 330) et au Royaume-Uni (moins 1130).

L’inflation, la baisse du prix des actifs et la guerre en Ukraine risquent d’entraver la tendance

En 2022, les prix des actifs ont déjà baissé et une inversion de la tendance de 2021 est à prévoir. Point important, une analyse détaillée de la richesse moyenne au sein des pays et dans le monde entier montre que les inégalités de richesse ont diminué au cours de ce siècle en raison de l’accélération de la croissance dans les marchés émergents. La richesse moyenne mondiale a augmenté environ deux fois plus vite que la richesse mondiale par adulte et beaucoup plus rapidement que le PIB mondial. Le ménage moyen a ainsi pu accroître sa richesse au cours des deux dernières décennies.

Le patrimoine des ménages pourrait s’accroitre de 28% d’ici 2026

L’inflation mondiale et la guerre entre la Russie et l’Ukraine sont susceptibles d’entraver la création de richesse réelle au cours des prochaines années. Néanmoins, la richesse mondiale en dollars américains nominaux devrait augmenter de 169 000 milliards de dollars d’ici 2026, soit une augmentation de 36%. Les pays à revenu faible ou intermédiaire représentent actuellement 24% de la richesse, mais seront à l’origine de 42% de la croissance de la richesse au cours des cinq prochaines années. Les pays à revenu intermédiaire seront le principal moteur des tendances mondiales. La richesse mondiale par adulte devrait augmenter de 28% d’ici 2026 et franchir le seuil des 100 000 USD en 2024. Le nombre de millionnaires devrait également augmenter sensiblement ces cinq prochaines années, pour atteindre 87 millions, tandis que celui des UHNWI s’élèvera à 385 000.

L’analyse c-dessus émane du Crédit Suisse. Pour aller plus loin, vous pouvez lire l’intégralité du Global Wealth Report.