Christelle Félix, l’ex-professeur des écoles à la tête d’un patrimoine immobilier de 23 appartements

Après quelques années dans l’Education nationale, Christelle Félix a atteint son indépendance financière grâce à l’immobilier. La spécialité de l’investisseuse ? La division de maison.

Portrait Christelle Felix, smartphone, calculatrice

© DR.

Après quelques années dans l'éducation nationale, Christelle Félix est passée maître en investissement immobilier.

 1
Temps de lecture estimé : 4 min

« J’ai commencé à travailler en 2002 comme professeur des écoles à Paris, à cette époque, j’étais suis également serveuse les soirs et les week-ends tout en faisant aussi du soutien scolaire à côté car mon salaire ne suffisait pas à subvenir à mes besoins », explique Christelle Félix qui découvre l’immobilier à travers l’achat de sa première résidence principale. Dès 2001, alors professeur des écoles stagiaire, la jeune femme achète un studio près de Bastille. « Je louais un studio qu’on m’a proposé d’acheter, c’est comme ça que je suis devenue propriétaire de ma résidence principale. A l’époque, je ne m’intéressais pas à l’immobilier », confie-t-elle. Christelle Félix achète ce studio 40 000 euros, elle le revendra sept ans plus tard 160 000 euros. « Dès lors, je comprends tout l’intérêt d’investir dans l’immobilier. En 2009, j’achète une nouvelle résidence principale à Boulogne-Billancourt au prix de 215 000 euros que je revends en 2013 à 275 000 euros ».

Suite au décès d’un membre de sa famille et au regard des résultats obtenus en immobilier, Christelle Félix décide de changer de vie et de quitter à terme l’Education nationale mais pas sans assurer son avenir. « En 2013, ma décision est prise de quitter mon poste. Je commence donc à lire des livres sur l’investissement immobilier à consulter des blogs spécialisés, je rencontre des avocats, des comptables, etc. Je mise tout sur la fiscalité, mon objectif étant de remplacer mon salaire de 1900 euros par un rendement locatif net de charges et d’impôts », résume-t-elle. De plus, pour avoir vécu les contraintes liées aux copropriétés avec ces deux précédentes résidences principales, Christelle Félix choisi de s’orienter vers des immeubles de rapport. La feuille de route est claire, reste à trouver le secteur où investir.

L’option division de maison

« En 2013, je fais des études de marché sur plusieurs villes : Perpignan, Béziers, Marseille… Je n’accroche pas. Et puis, je tombe sur une ville dans le Finistère qui s’avère très rentable. Je pars là-bas, je visite des immeubles, je ne trouve pas de bien qui corresponde à mes critères. Finalement, un agent immobilier me présente une maison à diviser en sept appartements que je décide d’acheter », relate-t-elle.

Après plus d’un an de travaux, à l’été 2015, tous les appartements sont loués à des étudiants. « Les loyers commencent à être encaissés sur mon comptes en banque. Je peux alors quitter mon emploi à l’Education nationale. » Libre financièrement en une opération, difficile de faire mieux !

A ce moment-là, Christelle Félix ne s’imagine pas repartir sur un autre projet immobilier mais, en 2014, elle rencontre son compagnon qui a suivi la première division de près et lui demande de réaliser une deuxième opération avec lui. « En 2016, nous avons acheté ensemble une maison à diviser en quatre appartements. En 2018, nous sommes repartis sur un nouveau projet avec une maison que nous divisons en cinq logements. Enfin, l’an dernier, nous avons acquis une autre maison que nous avons divisé en sept appartements. Aujourd’hui, nous sommes à la tête d’un parc immobilier de 23 appartements. », témoigne-elle. 

Aux petits soins avec ses locataires et ses clients

Christelle Félix s’occupe elle-même de la gestion de ses appartements. « Je choisis mes locataires, les visites peuvent durer deux heures car je ne veux pas faire d’erreur. Je préfère d’ailleurs laisser un appartement vide quelques semaines plutôt que de le louer à la mauvaise personne. Je sélectionne des profils similaires afin que tout se passe bien au sein des immeubles, un peu comme dans une colocation à la différence que là chacun dispose de son propre appartement », explique-t-elle.

Et de préciser « Je ne sélectionne que des étudiants, pas de jeunes actifs car je ne veux pas déranger ma clientèle étudiante et je prends des profils similaires au niveau du savoir vivre et du savoir être. » Christelle Félix habite à deux heures en voiture et se rend sur place une fois par mois. « Nous sommes aux petits soins avec nos locataires, on fait les petites réparations, on va même jusqu’à changer les ampoules si besoin », indique-t-elle. Un service VIP qui a du succès puisque les appartements de Christelle Félix sont très souvent loués grâce au simple bouche-à-oreille.

Ces dernières années, ayant eu vent de leurs opérations, des investisseurs ont commencé à approcher Christelle et son compagnon afin d’être conseillés sur la division de maison. « Désormais nous proposons des formations sur la division mais aussi sur la location meublée. Il s’agit d’accompagnements individuels, en présentiel, sur deux jours au prix de 1 790 euros pour la division et 1 590 euros pour la location meublée. Les personnes viennent chez nous à Auray dans le Morbihan afin d’être autonomes, sur les thématiques abordées, au terme des deux jours passés ensemble. »  Avec son compagnon, Christelle Félix a également pour projet de suivre les chantiers de ses clients sur une année entière, là encore un service VIP qui lui a jusque-là plutôt bien réussi.