Eldorado immobilier : Le portugal envisage de mettre fin à ses visas dorés

Le gouvernement portugais envisage de cesser de délivrer des « visas dorés » à de riches investisseurs étrangers, qui peuvent ainsi circuler librement en Europe, a indiqué mercredi le Premier ministre Antonio Costa.

tramway dans une rue en pente de Lisbonne au Portugal

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 2 min

« Il y a des programmes que nous sommes en train de réévaluer et l’un d’entre eux c’est celui des visas dorés, qui a probablement déjà rempli sa fonction« , a déclaré le chef du gouvernement socialiste aux médias, en marge d’une visite au Web Summit, grand-messe de l’économie numérique qui se tient cette semaine à Lisbonne.

Eldorado des retraités, et des entrepreneurs ce pays ibérique octroie ces « autorisations de résidence pour investissement » depuis fin 2012, quand il se trouvait sous perfusion financière de l’Union européenne et recherchait des capitaux étrangers.

11 000 permis de résidence et 18 000 visas accordés en 10 ans

Ces dix dernières années, le Portugal a ainsi capté un total de plus de 6,5 milliards d’euros en échange de plus de 11.000 permis de résidence accordés à des candidats prêts à débourser au moins 500.000 euros pour un achat immobilier, investir au moins un million d’euros ou créer dix emplois.

Plus de 18.000 visas ont également été délivrés aux proches de ces investisseurs, toujours selon des statistiques publiées par le Service des étrangers et des frontières (SEF).

Le dispositif, qui existe dans d’autres pays d’Europe mais reste controversé, a subi plusieurs révisions au fil du temps. La dernière en date avait exclu les investissements réalisés à Lisbonne et à Porto, la grande ville du nord du pays, afin de soulager la pression les prix des biens immobiliers.

En août dernier, le Parlement portugais a adopté une réforme de la loi encadrant l’immigration pour faciliter l’accueil de la main d’œuvre étrangère, en particulier celui des « nomades numériques », ces salariés exerçant leur activité en voyageant grâce aux possibilités offertes par le télétravail, qui peuvent désormais postuler à un visa spécial.