« Le monde (immobilier) d’aujourd’hui s’écrit aujourd’hui et ensemble », Stéphane Fritz

Réseaux d’agences immobilières, agents immobiliers indépendants, mandataires… Pour Stéphane Fritz, président de Guy Hoquet, tous les modèles peuvent coexister dès lors qu’ils placent le client au cœur de leurs préoccupations.

Stephane Fritz

© adobestock

 3
Temps de lecture estimé : 3 min

Une seule priorité : le client

L’origine de nos entreprises réside dans la valeur ajoutée qu’elles sont capables d’apporter à nos clients. A fortiori dans des métiers de services comme ceux de l’immobilier. A quel moment certains d’entre nous se sont-ils tellement éloignés de cette évidence qu’ils se sont mis à railler la montée en puissance de tel ou tel modèle d’intermédiation en transaction ? Lorsque nous ne répondons pas ou mal aux besoins de nos clients, alors nous laissons ouverte la porte à d’autres façons de les satisfaire.

Il y a une quinzaine d’années, ce sont les mandataires en immobilier qui ont ouvert le bal. Plus récemment, ce sont des start-ups (avec ou sans succès) qui ont pénétré le marché. Le cycle de vie classique d’un secteur arrivé à maturité et qui a parfois trop délaissé le cœur du réacteur : le client. La concurrence, quelle que soit sa forme, est saine. Elle nous oblige aussi à nous remettre en question et à innover. J’ai toujours été convaincu que tous les modèles peuvent coexister, dès lors qu’ils apportent la valeur ajoutée attendue par le client. En réalité, notre pire ennemi, c’est nous.

La fin d’un cycle faste

Nous avons vécu une période de crises en tout genre depuis 2020 : sanitaire, économique, internationale… Presque trois ans pendant lesquels il a fallu s’adapter à des éléments tantôt anxiogènes, tantôt rassurants, mais toujours mouvants. De façon aussi surprenante qu’inattendue, sur la même période, le marché immobilier a connu trois années exceptionnelles. Le gâteau était immense : tout le monde a croqué dedans.

Depuis l’été dernier, les lignes ont continué de bouger : événements climatiques, inflation, baisse du pouvoir d’achat, pénurie d’essence, hausse des taux de crédit immobilier, sobriété énergétique… Le moral des ménages fluctue, leurs projets ralentissent et notre quotidien s’en ressent déjà. La donne change. Le gâteau va diminuer : il n’y aura plus à manger pour tout le monde.

Se rassembler pour avancer

Nos défis sont nombreux :  les enjeux économiques et environnementaux nous obligent. Pour résister et continuer d’avancer, nous serons plus forts si nous sommes unis. J’ajouterais qu’il en va aussi de notre crédibilité et de notre influence auprès des pouvoirs publics. Quelle image donnons-nous de nos métiers et de nos entreprises si nous ne parlons pas d’une voix unique et audible ? Il est urgent d’arrêter de se comparer ou pire, de se déchirer, pour construire ensemble les solutions qui permettront à nos clients de bénéficier d’un accompagnement solide et de qualité. Que l’on fasse partie d’un réseau d’agences, que l’on soit agent immobilier indépendant, mandataire immobilier ou tout autre statut, nous serons plus forts en avançant groupés. L’avenir appartient à ceux qui sauront se fédérer pour proposer des solutions collectives à leurs clients, en élevant leur niveau de jeu pour mieux les satisfaire. Le monde change : regardons ensemble dans la même direction, celle de nos clients.