Royal Baby : Meghan Markle a-t-elle accouché à domicile ?

Contrairement à ce qu’elle avait prévu, la duchesse de Sussex aurait finalement donné naissance à son petit garçon à l’hôpital privé Portland en plein cœur de Londres. Il n’en reste pas moins que l’accouchement à domicile est une vraie tendance …

Le Royal Baby est enfin là ! Depuis des semaines, les Britanniques attendaient son arrivée. Il faut dire qu’il avait un peu de retard … Le terme de la grossesse était dépassé de 7 jours.  Lundi 6 mai, à 5h26 du matin, la duchesse de Sussex a donné naissance à un petit garçon de 3,26 kilos. « Le duc de Sussex était présent lors de l’accouchement », peut-on lire sur le site officiel de la couronne britannique. Le « baby Sussex » se porte bien. La mère aussi !

Meghan Markle avait prévu d’accoucher à Frogmore Cottage, ancien corps de chasse du XVIIe siècle, situé dans l’enceinte du château de Windsor, la résidence d’été d’Elisabeth II, à une trentaine de kilomètres de Londres, dans lequel le couple s’est installé récemment après avoir fait réaliser d’importants travaux de rénovation. Elle ne souhaitait pas accoucher dans l’aile privée de l’hôpital St Mary à Londres, comme sa belle-sœur Kate Middleton ou même Lady Diana.

Un accouchement plus compliqué que prévu

L’ancienne star de la série Suits souhaitait une naissance privée. Elle voulait accoucher chez elle, entourée de ses proches. Le Daily Mail laissait pourtant entendre qu’en réalité la duchesse de Sussex a été obligée de donner naissance à son fils à l’hôpital privé Portland, situé en plein coeur de Londres, où les princesses Beatrice et Eugénie, fils du prince Andrew et de son ex-épouse Sarah Ferguson, sont nées. En raison de son âge et du dépassement du terme, les médecins craignaient un accouchement plus difficile, donc à risque … Du coup, peut-être aurons-nous droit à une photo officielle de Meghan Markle, du prince Harry et d’Archie, le Royal baby, devant l’hôpital !

L’accouchement naturel : une tendance qui fait débat

En France, 1% des femmes accouchent à leur domicile, contre 30 % des Hollandaises. Une décision très personnelle mais qui est souvent mal perçue, jugée fantaisiste et irresponsable. Pourtant, l’accouchement naturel gagne du terrain. Et de plus en plus de couples se disent intéressés par cette solution moins médicalisée ; les mamans souhaitant donner la vie chez elle, dans leur intimité, sous la simple surveillance d’une sage-femme qui leur est entièrement dédiée. Il faut dire que 80% des grossesses, dites « physiologiques », où tout se déroule sans complication, le permettraient. Ce type de naissance étant évidemment réservé aux grossesses ne présentant aucun risque. Il faut savoir que, jusque dans les années 1950, la plupart des femmes accouchaient chez elles. L’hôpital accueillait surtout les femmes pauvres.

Bien mesurer les risques …

L’accouchement à domicile (AAD) reste très peu encouragé par les gynécologues. Contrairement aux Pays-Bas, rien n’a été fait en France pour offrir la possibilité aux femmes d’accoucher à la maison ; les maternités concentrant l’ensemble des moyens favorisant un accouchement sans risque. Conséquence : accoucher à domicile n’est pas une décision à prendre à la légère. Il faut bien mesurer les risques, cela peut être en effet dangereux pour la mère, comme pour le bébé.

© mysweetimmo/OD/Adobestock/Flickr