Crédit immobilier : Baisses de taux pour les meilleurs profils, refus de prêts pour les ménages impactés par la crise sanitaire

Crédit immobilier
© adobestock

Le mouvement de baisse des taux initié en juin s’accentue en juillet mais seulement pour les emprunteurs qui disposent d’un excellent dossier selon le courtier Emprunt Direct.

Le mouvement de baisse des taux initié en juin s’accentue pour certains profils en juillet, au vu des premiers barèmes communiqués par les établissements financiers partenaires d’Emprunt-direct.com. Le retour de nombre de banques sur le segment du crédit à l’habitat se poursuit, et se traduit ainsi dans les grilles par une des baisses de nature à attiser la concurrence.

Les taux de crédits baissent mais seulement pour ceux qui ont un excellent dossier

L’ampleur de cette baisse générale est assez marquée. Elle est toutefois fonction de la qualité du  dossier, avec un repli qui peut aller jusqu’à 30 points de base pour les excellents dossiers, alors même qu’elle est très limitée voire inexistante pour un bon dossier. Les baisses sont ainsi toujours nettement plus sensibles pour les acquéreurs disposant d’un profil sécurisé que pour ceux dotés d’un dossier de moindre qualité.

Les banques sont extrêmement sélectives

Les banques continuent d’être très vigilantes sur le profil des emprunteurs et appliquent, pour une majeure partie d’entre elles, les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF). Celles-ci, qui avaient été émises en décembre, ont été confirmées il y a quelques jours.
Les établissements continuent donc, dans le traitement des prêts, à faire preuve de sélectivité. Ils restent ainsi attentifs au taux d’effort et à la durée des prêts, qui doit être inférieure à 25 ans.

Priorité aux très très hauts revenus et à la fonction publique

« Les recommandations du HSCF devraient avoir un impact négatif sur la production de crédit à l’habitat. Mais celle-ci pourrait par ailleurs être affectée par les refus de prêt à destination de ménages impactés par la crise sanitaire. Celle-ci a compromis un certain nombre de projets, et a entraîné une augmentation des refus d’examen d’une partie des dossiers. Les banques se concentrent désormais sur les profils dits sécurisés, comme les très hauts revenus et la fonction publique », indique Alban Lacondemine, président fondateur d’Emprunt Direct.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !