Immobilier Post Confinement : Les loyers sont à la hausse dans la grande majorité des villes de plus de 100 000 habitants

Immobilier Boulogne
© adobestock

Selon le dernier Baromètre des Loyers SeLoger, les loyers toutes locations confondues (nues comme meublées) augmentent dans la quasi totalité des grandes villes.

Avis de hausse sur les loyers en France !

 » Le dernier Baromètre des Loyers SeLoger montre que la hausse des loyers devient une réalité dans une grande majorité des villes françaises de plus de 100 000 habitants. Un coup dur pour le budget des ménages avec des hausses parfois significatives comme à Boulogne-Billancourt où nous observons une augmentation de 13% des loyers sur les biens loues vides, même si au niveau national la progression des loyers vides n’est que de 2% sur un an. Mais cette hausse des loyers n’est pas une surprise pour tous. Cette tendance sur les loyers était anticipée par 42% des locataires dès la sortie du confinement dans l’étude* réalisée par SeLoger en juin dernier« , rappelle Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

 

Locations vides :  les loyers augmentent de 13 % à Boulogne-Billancourt

Le Baromètre des loyers Seloger de septembre montre que les loyers des locations vides sont orientés à la hausse dans la plupart des grandes villes françaises. Plus précisément, les loyers – des logements loués vides – ne reculent qu’à Clermont-Ferrand (- 4 % / 548 € par mois, charges comprises), à Montreuil (- 4 % / 1 002 € par mois, cc) et à Annecy (- 3 % / 827 € par mois, cc). Quant au prix du loyer à Boulogne-Billancourt, il signe la plus forte progression en enregistrant un gain de 13 % sur les douze derniers mois pour atteindre 1 504 € mensuels, charges comprises.

France entière et tous logements confondus, le loyer moyen, charges comprises, d’une location vide, se monte à 702 € par mois. Il progresse de 2 % sur 1 an (Source : Baromètre des Loyers-SeLoger).

Location vide : Limoges est la plus abordable des grandes villes avec des loyers 3 fois moins cher qu’à Paris

D’après les données du baromètres des loyers SeLoger, c’est dans la Capitale de la Porcelaine que louer un logement coûte le moins cher. En effet, pour une location nue, le prix du loyer à Limoges se limite à 484 € par mois, charges comprises. En revanche, mais cela n’a rien d’un scoop, c’est dans la Ville-Lumière que, les loyers sont, en moyenne, les plus élevés. Le prix du loyer à Paris atteint ainsi 1 579 €. Toutes choses étant égales par ailleurs, à surface équivalente, une location vide coûte ainsi trois fois moins cher à Limoges qu’à Paris.

EvolutionLoyersVilles

Le top 10 des grandes villes où les locations vides coûtent le plus cher

Les top 10 des villes où les loyers sont les plus élevés ? Paris – 1 579 €. 2) Boulogne-Billancourt – 1 504 €.  3) Montreuil – 1 002 €. 4) Saint-Denis – 953 €.  5) Nice – 848 €. 6) Lyon – 842 € 7) Annecy – 827 €. 8) Aix-en-Provence – 823 €. 9) Argenteuil – 814 €. 10) Bordeaux – 760 €.

 

Loyers des meublés : + 17 % à Strasbourg et – 12% à Montreuil

Loyer Location Meublée

À la lecture du baromètre des loyers, on constate qu’à l’instar des loyers des locations vides, les loyers des meublés sont très majoritairement en hausse. Cette augmentation est particulièrement sensible à Strasbourg où les loyers des locations meublées progressent de 17 % pour s’établir autour de 804 € mensuels. Avec 16 % de hausse sur 1 an, Lyon (où le loyer d’un meublé tourne autour de 1 075 €, cc) n’est pas en reste. La hausse est également très marquée à Tours (+ 11 % / 674 € par mois, charges comprises), à Bordeaux (+ 10 % / 909 € par mois, cc), à Reims (+ 10 % / 671 € par mois, cc), à Toulouse (+ 10 % / 750 € par mois, cc) et à Angers (+ 10 % / 648 € par mois, cc).
Certaines villes accusent toutefois un recul de leurs loyers. Ces derniers enregistrent ainsi entre 1 % et 5 % de baisse à Dijon, à Rennes, à Besançon, à Boulogne-Billancourt, à Saint-Denis, à Limoges, à Grenoble et à Saint-Étienne. Mais c’est à Montreuil que la baisse est la plus nette. En effet, les loyers des meublés y reculent de 12 %.

France entière et tous types de biens confondus, le loyer moyen, charges comprises, d’une location meublée, est de 744 € par mois. Il enregistre 3 % de hausse annuelle (Source : Baromètre des Loyers-SeLoger).

Moins de 500 € pour louer un meublé à Saint-Étienne et à Limoges

Généralement plus élevés (de 15 à 20 %) que ceux des locations vides, les loyers des meublés présentent de fortes disparités selon les villes (étude portant sur les villes de plus de 100 000 habitants). Alors que moins de 500 € par mois suffisent pour louer un logement meublé à Saint-Étienne (499 € cc) ou encore à Limoges (458 € cc), ce sont 1 806 € que le locataire d’un meublé parisien devra débourser tous les mois. Dans le 8e arrondissement de Paris, le loyer moyen pour un meublé culmine – au terme d’une baisse annuelle de 7 % – à 2 513 €.

Le top 10 des grandes villes où les locations meublées coûtent le plus cher

Les top 10 des villes où les loyers des locations meublées charges comprises ? 1) Paris – 1 806 €. 2) Boulogne-Billancourt – 1 479 €.3) Lyon – 1 075 €. 4) Aix-en-Provence – 926 €. 5) Annecy – 916 €. 6) Saint-Denis- 912 €. 7) Bordeaux – 909 €. 8) Nice – 873 €. 9) Marseille – 783 €. 10) Villeurbanne – 763 €

Loyers (nus + meublés) : hausse à Bordeaux, baisse à Rennes

En comparant les chiffres que nous avons relevés dans les grandes villes de France sur les quatre derniers mois (mai, juin, juillet et août) avec ceux de l’année dernière, le Baromètre des Loyers SeLoger met en évidence que les loyers toutes locations confondues (nues + meublées) augmentent de 12 % à Bordeaux mais que, dans le même temps, ils baissent de 10 % à Rennes.

L’évolution des loyers dans 10 villes de plus de 100 000 habitants

Villes – Évolution du loyer

  • Bordeaux + 12 %
  • Lyon + 1 %
  • Marseille + 0 %
  • Mulhouse + 1 %
  • Nantes + 3 %
  • Nice  – 4 %
  • Paris + 0 %
  • Rennes – 10 %
  • Strasbourg – 3 %
  • Toulouse+ 0 %

Source : SeLoger (variation entre les mois de mai, juin, juillet et août 2019 et 2020).

Davantage d’annonces de location mais une demande qui augmente

Si les loyers augmentent dans la plupart des grandes villes françaises, il est intéressant de voir qu’il en est de même de l’offre et de la demande locatives. Entre les périodes allant de mai à août 2019 et les mois de mai, juin, juillet et août 2020, l’offre locative a ainsi progressé de 6 % (passant de 41 % en 2019 à 47 % en 2020) et la demande de 3 % (59 % en 2019 vs 62 % en 2020).

 Plus d’annonces pour des meublés que pour des locations vides

Les données SeLoger indiquent également que la proportion d’annonces locatives pour des biens meublés progresse considérablement, et au détriment, semble-t-il, des locations nues, ces dernières tendant à se « garnir » rapidement. Le taux d’annonces de meublés est ainsi supérieur de 17 % au volume d’offres de locations vides à Nice par exemple. À Bordeaux, nous avons comptabilisé 14 % de plus d’annonces locatives meublées que d’annonces pour des biens vides et à Paris, l’écart est de 11 %. Enfin, il n’y a qu’à Mulhouse (- 3 %) et à Strasbourg (- 7 %) que l’on recense davantage d’annonces pour des locations vides que pour des meublés.

* Etude sur la perception des locataires réalisée par SeLoger auprès dé 2400 locataires du 14 au 18 mai. Données redressées par Kantar TNS.

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !