Etude : 48 % des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés de loyer

© adobestock

38% des propriétaires craignent des retards de paiement depuis le coronavirus, résultat, 48% d’entre eux veulent se couvrir contre les impayés. Le point avec une étude de SeLoger.

D’après l’étude SeLoger réalisée en septembre dernier moins d’un locataire sur 10 déclare avoir déjà été confronté à des difficultés pour payer son loyer au point de générer des loyers impayés (7%). Toutefois, cette situation d’impayés est plus récurrente selon les bailleurs. En effet, 3 bailleurs sur 10 (29%) déclarent y avoir été personnellement confrontés.

 » La crise covid bouleverse les finances personnelles de nombre de foyers français. La récente annonce du lancement d’un Observatoire des impayés de loyer par la ministre du Logement rappelle à quel point le risque de loyer impayé est réel. Et les propriétaires tout comme les locataires semblent avoir pris au sérieux ce risque. D’après l’étude SeLoger 48% des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés et 38% craignent des retards de paiement depuis le coronavirus. Une crainte partagée par 18% des locataires interrogés par SeLoger qui se disent plus inquiets de ne pas pouvoir payer leur loyer dans les temps depuis la covid « , souligne Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

48 % des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés de loyer

La crise sanitaire, que nous vivons depuis presque un an, impacte fortement la situation économique des Français et cela crée des incertitudes et des craintes pour une partie des propriétaires bailleurs. Selon notre dernière étude, 3 propriétaires sur 10 déclarent avoir déjà été confrontés à des impayés de loyer. Mais les bailleurs ne sont pas les seuls à se faire du souci. En effet, 18 % des locataires sont plus inquiets de ne pas pouvoir payer leur loyer dans les temps depuis la covid. Parmi eux, la moitié évoque une baisse de leurs revenus et 38 % une perte d’emploi ou d’une partie de l’activité d’un membre du foyer. Rien d’étonnant dans ces conditions à ce que la moitié des bailleurs envisagent de se couvrir contre les impayés. Ils sont même jusqu’à 60 % à y songer en région parisienne !

6 bailleurs sur 10 sont intéressés par la garantie Visale

Si la garantie loyers impayés reste la première option choisie par les propriétaires bailleurs (34 %), la garantie VISALE est en forte progression. Mise en place par la loi ALUR, elle permet de prendre en charge les impayés de loyer et les dégradations locatives. En effet, bien qu’à peine la moitié des bailleurs connaissent son existence, ils sont de plus en plus nombreux à avoir l’intention d’y souscrire. De seulement 4 % en mai, ils sont désormais 12 % à compter sauter le pas ! Ce chiffre peut paraître faible et pourtant la garantie VISALE est la deuxième option choisie par les propriétaires. Globalement, près de 6 bailleurs sur 10 sont intéressés par le dispositif.

Bon à savoir : La garantie Visale a été lancée par Action Logement en 2016 et permet de faciliter l’accès à la location pour les jeunes de moins de 30 ans et les actifs précaires. Le dispositif assure les bailleurs gratuitement contre les loyers impayés et les dégradations de logement. Le loyer ne doit cependant pas excéder 450 € pour les étudiants et 1 500 € pour les actifs.

28 % des locataires intéressés par la garantie Visale

Les propriétaires ne sont pas les seuls à y voir un intérêt. Ainsi, 28 % des locataires sont intéressés par la garantie Visale. Ils y voient, en effet, deux avantages forts. D’abord, une simplicité par rapport à une garantie personne physique (60 %), mais aussi sa gratuité pour la moitié des locataires interrogés et jusqu’à deux tiers des locataires franciliens ! Finalement, le principal frein à cette garantie est le manque de connaissance de ses modalités, pour un tiers d’entre-eux. Une meilleure connaissance pourrait sans doute augmenter encore l’intérêt des locataires, qui sont encore 63 % à n’en avoir jamais entendu parler…

Etude SeLoger réalisée avec Opinion Way du 3 au 17 septembre auprès de 664 bailleurs et 1371 locataires faisant l’objet d’un redressement.

 

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !