Immobilier Ile-de-France : Rambouillet, Viroflay, La Celle Saint-Cloud dans le top 5 des villes qui séduisent les Parisiens

Quitter Paris
© adobestock

Pretto s’est intéressés aux villes qui attirent les Parisiens pour l’achat d’une résidence principale. Où achètent-ils ? Pour quelles raisons ? Nous vous disons tout.

De Paris à la province, il n’y a qu’un pas… Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux Parisiens souhaitent s’éloigner de la Ville Lumière. En effet, selon une étude Pretto basée sur 47 000 simulations d’achat immobilier réalisées par des Parisiens entre janvier 2019 et mai 2021, les recherches de résidences principales en Province et en grande couronne ont respectivement augmenté de 77 % et 25 %.

Quelles sont les pépites de l’Ile-de-France ?

5 villes se démarquent, dont 3 villes dans les Yvelines : Rambouillet, Viroflay et la Celle-Saint-Cloud. 

C’est à Rambouillet que les recherches de résidence principale ont le plus augmenté, soit 175 %. Dans cette ville moyenne, le prix au mètre carré est de 3 421 € pour une maison.

Viroflay allie nature et proximité parisienne, ce qui lui vaut la deuxième place du podium. Après 20 minutes de train, vous arriverez dans la capitale. De plus, la forêt domaniale de Meudon n’est pas très loin.

En Seine-et-Marne, à Fontainebleau, le prix au mètre carré est inférieur à 5 000 €, que ce soit pour l’achat d’un appartement ou d’une maison, c’est la troisième ville la plus recherchée par les Parisiens en Ile-de-France en raison de sa forêt de 25 000 hectares et de son château qui fut la demeure de François 1er. Les recherches y ont augmenté de 126 %.

Dans le Val d’Oise, Deuil-la-Barre, arrive à la quatrième ville du podium avec un prix au mètre carré moyen en dessous de la barre des 4 000€ pour une maison. Les Deuillois peuvent accéder à la capitale en seulement 30 minutes de train. Envie d’espaces verts ? La forêt de Montmorency se trouve seulement à 6 km.

Enfin, la Celle-Saint-Cloud est située à 4 km de Nanterre et à 8 km de St-Germain en Laye. Tout comme Viroflay, elle est à 20 minutes de Paris en train. Elle dispose d’un prix de 4 503 € au mètre carré en moyenne pour un appartement et arrive en cinquième position. Les Cellois apprécient la ville pour sa douceur de vivre.

Quelles sont les villes en région où il fait bon vivre ?

Le plus important est de se sentir bien chez soi. Comme dirait le chanteur Orelsan : “Après avoir fait le tour du monde, tout ce qu’on veut c’est être à la maison”, mais parfois il est possible que les Parisiens ressentent le besoin de partir hors d’Ile-de-France.

C’est Évreux qui tire son épingle du jeu, avec un bond de 480 % des recherches de nouvelle résidence principale pour les Parisiens. Située en plein coeur de la Normandie, elle offre de belles opportunités immobilières puisqu’il faut seulement compter 1 457 €/m² en moyenne pour acheter un appartement. Si vous éprouvez l’envie de vous rendre dans la capitale, celle-ci se trouve à 1h15 de train.

Avec 300 jours d’ensoleillement par an, Nice est la deuxième ville qui connaît la plus forte augmentation des recherches de résidences principales (+ 267 %). Si vous désirez profiter du farniente de la ville, il faudra compter 5 060 €/m² en moyenne pour une maison.

La “plage des rois”, à savoir Biarritz, arrive en troisième position malgré un prix au m² élevé d’environ 6 000 €/m² en moyenne pour un appartement. C’est une station balnéaire prisée qui dispose d’un climat agréable à l’année et attire de nombreux surfeurs, elle a même été surnommée “Ville du surf”.

La ville côtière d’Anglet se situe sur la côte basque et se hisse à la quatrième position du classement. Les recherches de résidences principales y ont augmenté de plus de 143 %. Elle dispose de 11 plages de sable fin et d’un prix au mètre carré moyen alléchant qui s’élève à 5 174 €/m² pour l’achat d’une maison.

A la cinquième position arrive la ville de Rennes, située en région Bretagne. Les recherches y ont augmenté de 139 %. Malgré un prix moyen au mètre carré supérieur à celui d’Evreux (3811 €/m2 pour un appartement à Rennes contre 1457 €/m2 à Evreux), c’est une ville particulièrement attractive. De plus, après 2h30 de train, vous pourrez rejoindre la “Ville Lumière”.

Comme l’affirme Hélène, une cliente Pretto ayant acheté à Rennes “A Paris, je n’aurais jamais pu bénéficier d’un tel rapport superficie-prix. Je peux également parfois venir voir mes amis parisiens puisque la capitale n’est qu’à seulement 2h30.”

Partir oui, mais pourquoi ?

C’est certain, les Parisiens commencent à fuir Paris, notamment en raison des confinements à répétition dans des logements manquant d’espace ou d’un extérieur. Pourtant, la rivalité Paris – Province a toujours existé. Alors, quels facteurs ont influencé leur départ ?

Développement du télétravail : chemise en haut, jogging en bas, l’essayer c’est l’adopter

Le télétravail est une pratique qui s’est largement démocratisée depuis le début de la crise sanitaire. En effet, depuis le premier confinement de mars 2020, strict sur le télétravail, et les confinements suivants, les Français se sont habitués à travailler de chez eux. Ils ont même dû aménager leur logement pour pouvoir travailler efficacement.

Alors à quoi bon rester sur Paris si c’est pour travailler de chez soi ? En effet, comme le souligne Pierre Chapon, président de Pretto : « Avec la pandémie, le télétravail est devenu la norme pour une majorité de Parisiens. Ils ont pris conscience, avec le confinement, de leur logement exigu. Mais aussi qu’ils pouvaient très bien s’éloigner de leur travail pour bénéficier d’un logement plus grand avec une pièce en plus ».

Besoin d’espace comme Thomas Pesquet

Plus de télétravail, plus de temps passé chez soi : le besoin d’espace est devenu nécessaire, notamment pour les Parisiens confinés dans leurs appartements. Alors non, on ne vous parle pas de rejoindre la station spatiale internationale comme Thomas Pesquet pour avoir plus d’espace mais il est possible que vous puissiez vous sentir un peu à l’étroit et que vous trouviez plus grand en région

Les espaces extérieurs sont d’ailleurs un des critères d’achat les plus importants en sortie de crise. Une étude réalisée par Meilleurs Agents constate qu’“un appartement avec terrasse ou balcon au deuxième trimestre 2021 se vendait en moyenne 11,6 % plus cher qu’un appartement sans espace extérieur.”

“Money, money, money” : des prix au m2 plus avantageux en dehors de Paris

La troisième raison qui pousse les acheteurs parisiens à partir est d’ordre financier ! En s’éloignant de la capitale et des 10 000 €/m2, les acquéreurs parisiens peuvent disposer d’une surface bien plus grande à un prix imbattable.

Comme l’explique Simon, qui a acheté en Normandie récemment : “Avec ma femme, nous n’aurions jamais pensé pouvoir acheter une maison avec jardin au même prix que notre appartement parisien. À Évreux c’est chose faite : à deux, notre capacité d’emprunt nous a permis d’acheter bien plus grand !”

Et si l’herbe était plus verte ailleurs ?

L’envie d’espaces verts ou de se rapprocher du littoral : voilà ce à quoi aspirent les foyers. Les envies de nature ont été exprimées bien avant le confinement et 3 Français sur 4 rêvaient déjà de déménager à la campagne (d’après une étude réalisée par YouGov pour Meilleurs Agents).

Vous avez déniché le bien de vos rêves, vous pouvez comparer les offres de prêt pour trouver le plan de financement le plus adapté et commencer votre nouvelle vie !

Ce contenu vous a plu,
faites un don pour soutenir My Sweet Immo
Je soutiens MySweetimmo
Newsletter
Abonnez-vous gratuitement !