Immobilier Nice : « Les acheteurs étrangers devraient revenir dès 2022 », Jacques Agid (Orpi)

© adobestock

Jacques Agid, directeur de l’agence Orpi Agerim Carré d’Or déplore la baisse du nombre de biens immobiliers en vente à Nice.

Quel est l’état du marché à Nice ?

Le marché se porte bien, il est très dynamique avec une forte demande pour différents type de biens, soit avec extérieurs (balcon, terrasse, jardin), soit des biens d’investissements locatifs. Nous avons un retour des acheteurs de biens secondaires, pour l’instant principalement français, mais nous pensons que les étrangers reviendront quant à eux en 2022. Le souci que nous rencontrons est la forte baisse des stocks alors que la demande reste importante.

Comment expliquez-vous cette situation ? 

Nous sommes toujours dans un temps où les taux d’intérêt restent extrêmement bas et aucune hausse n’est annoncée pour le moment. Le Covid-19 a poussé certains clients à vouloir changer de biens et à privilégier plutôt les appartements avec extérieurs ou les maisons. La demande locative reste soutenue et incite les clients à investir. L’immobilier reste donc la valeur refuge par excellence.

Quid des prix ?

Les prix semblent bouger et pourraient être constatés à la hausse prochainement. Les estimations sont dures à réaliser en ce moment car les biens avec extérieurs bénéficient d’un bonus important, surtout s’ils sont bien situés. Les secteurs les plus recherchés ? Le centre de Nice, les secteurs résidentiels traditionnels (Cimiez, Mont Boron, Nice ouest) et les quartiers « tendance » (le « petit marais » vers le port, la libération).

Quel est le délai de vente moyen ?

Un bien au prix se vend en moins d’un mois. Tout ce qui est trop cher prend plus de temps : au moins 3 mois, voire plus.

Y a-t-il une marge de négociation pour les acheteurs ?

Dans mon agence, j’analyse toutes les ventes depuis 2 ans. Actuellement, nous tournons à moins de 3% de négociation, et environ 1/4 des biens que nous vendons est au prix, c’est à dire sans négociation.

Quels conseils donnez-vous aux acheteurs ?

D’être très réactifs. Je l’ai déjà dit, le marché est dynamique : il ne faut donc pas traîner. Lorsque l’on voit une annonce qui correspond à ses critères, il faut contacter le professionnel rapidement pour visiter, avoir évidemment validé ses capacités financières avec sa banque ou son courtier car les vendeurs ne veulent plus s’engager sans visibilité claire des finances de l’offrant.

Et aux vendeurs ?

De se mettre au prix de l’estimation du professionnel, de confier des mandats exclusifs permettant la meilleure diffusion du marché, et offrant la possibilité que votre agent immobilier sélectionne les meilleurs profils. Dans leur intérêt, privilégiez la mise en concurrence des acheteurs, pas des agences !

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo