Immobilier neuf : Au 1er trimestre 2022, les ventes s’effondrent

La Fédération des promoteurs immobiliers présente ses chiffres pour le 1er trimestre 2022 pour la construction neuve et c’est la douche froide ou plutôt la panne sèche.

Logement neuf

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 1 min

La baisse observée en 2021 par rapport à 2019 (2020 n’étant pas représentative) s’accélère. Les ventes totales de logements neufs du 1er trimestre, comparées à celles de la même période en 2021, chutent de plus de 20%.

Moins 30 % de logements neufs mis en vente

Conséquence des refus de permis toujours plus nombreux et de la hausse des coûts de construction qui impacte l’équilibre financier des opérations, le nombre de logements neufs mis en vente chute de 30,5% par rapport au 1er trimestre 2021.

Résultat : l’offre commerciale poursuit sa baisse dramatique entamée fin 2018. Le stock de logements neufs à la vente a diminué d’un tiers depuis 2018 et ne représente plus que 7,7 mois de commercialisation, loin de l’idéal de 12 mois. C’est le niveau le plus bas depuis la création de l’Observatoire (2012).

Un problème de permis de construire …

Pour Pascal Boulanger, Président de la FPI France, qui regrette également que le logement ne bénéficie pas d’un ministère de plein exercice, le problème réside dans le manque de permis de construire accordé.

« Deux ans après les élections municipales, les logements collectifs n’obtiennent toujours pas de permis de construire en nombre suffisant pour répondre aux besoins des ménages, explique-t-il. De ce fait, la faiblesse, toujours plus criante de l’offre commerciale, conduit toute une filière vers une crise majeure. C’est d’autant plus regrettable qu’aucun responsable politique ne peut mettre en doute l’aggiornamento écologique effectué par la profession, qui se traduit dans nos réalisations ».

Deux ans après les élections municipales, les logements collectifs n’obtiennent toujours pas de permis de construire en nombre suffisant pour répondre aux besoins des ménages. De ce fait, la faiblesse, toujours plus criante de l’offre commerciale conduit toute une filière vers une crise majeure. C’est d’autant plus regrettable qu’aucun responsable politique ne peut mettre en doute l’aggiornamento écologique effectué par la profession, qui se traduit dans nos réalisations.
Pascal Boulanger, Président de la FPI France