Crédit immobilier : Faut-il s’inquiéter de la remontée des taux immobiliers au premier trimestre 2022 ?

Pour Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement, rien à craindre de la tendance à la hausse des taux qui pourrait même permettre de s’ancrer dans une future tendance de baisse des prix du marché immobilier. Le point …

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 5 min

Le début de l’année 2022 témoigne de la fin de la tendance à la baisse des taux immobiliers. Alors que l’année 2021 a été marquée par une chute record des taux, en moyenne à 1,05% en décembre, on assiste désormais à leur retour à la hausse, avec des taux moyens avoisinant 1,25%.

Pourquoi les taux augmentent-ils ?

La tension sur les taux s’explique par le contexte économique : les taux de l’OAT 10 ans (obligations assimilables du Trésor) connaissent une augmentation, due à la hausse de l’endettement français. Ces taux, qui servent d’indicateurs de référence, viennent de franchir la barre des 1 % pour la première fois depuis cinq ans. À cela s’ajoute une inflation forte en France, qui pourrait atteindre 3,5% au premier trimestre 2022. Il faut également garder en tête que la guerre en Ukraine, en impactant le cours du pétrole, va sûrement renforcer cette onde de choc inflationniste. Les taux immobiliers, étant corrélés à l’inflation et au taux des OAT 10 ans, suivent donc cette évolution croissante. Cependant, la hausse devrait rester limitée et ne pas dépasser 30 centimes de plus qu’en 2021, n’entraînant donc qu’un impact limité sur le marché immobilier. Cette tendance à l’augmentation des taux devrait même être moins importante que ce qui était initialement envisagé par les acteurs du domaine.

Des taux à la hausse …

Cette orientation naturelle est accentuée par une réaction des banques face à une forte demande d’emprunt, conséquence directe des confinements et de la volonté des Français de trouver l’habitat idéal. Pour réguler les marchés immobiliers et brider cette augmentation de la demande, les banques vont augmenter les taux immobiliers et mieux encadrer les crédits.

Cependant, les taux immobiliers maintiennent leur attractivité, et la tendance à la hausse pourrait même, d’après Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement, permettre de s’ancrer dans une future tendance de baisse des prix du marché immobilier.

… qui pourraient aboutir à une diminution des prix des biens

La hausse des taux va limiter l’accès à la propriété, écartant ainsi de nombreux potentiels acquéreurs. Cette diminution de la demande de biens va réduire les tensions sur les prix immobiliers dans certaines zones tendues, comme Paris, et permettra de redistribuer les cartes entre acquéreurs et vendeurs. En équilibrant davantage l’offre et la demande, les acheteurs verront leur pouvoir de négociation augmenter. La mise à l’écart d’une partie de la demande de biens immobiliers pourrait donc aboutir à une diminution des prix des biens. “ explique-t-il.

Cependant, il faut garder en tête que les conditions d’octroi du crédit immobilier ont connu des changements depuis le 1er janvier 2022. De nouvelles normes HCSF ont été mises en place (taux d’endettement des ménages à 35%, durée maximale du crédit de 25 ans) et pourraient, elles aussi, complexifier l’accession au logement pour certains profils d’acquéreurs. Des solutions de financement comme les prêts-relais pourraient néanmoins permettre de répondre aux besoins des acquéreurs. Ce type d’emprunt de courte durée vise à obtenir une somme importante d’argent pour acquérir un logement avant d’avoir vendu son bien immobilier précédent, ce qui permet davantage de flexibilité.

Premier trimestre 2022 : une hausse des taux sur toutes les durées de prêt

L’année 2022 débute par une hausse des taux de crédit immobilier sur toutes les durées de prêt. Ainsi, avec les taux annoncés ce mois-ci, un emprunteur contractant un prêt d’un montant de 180 000 € sur 20 ans à 1,03 % verra sa mensualité s’élever à 826,92 euros pour un coût total de crédit de 18 460,80 euros, soit 5.42 % de plus qu’en début d’année (correspondant à une hausse de 950 euros) pour un prêt de la même durée et du même montant.

Evolution des taux

Les taux immobiliers moyens de mars 2021 par durée d’emprunt

Les conditions de taux généralement constatées sont en hausse de 0.066 %, en moyenne depuis le début de l’année, pour toutes les durées de prêt confondues. Dans le détail : la hausse de taux de crédit la plus significative s’observe pour les prêts contractés sur 20 ans, avec une augmentation de 0,09 % par rapport à janvier 2022. Pour les durées de prêt de 7 et 15 ans, la hausse des taux est de 0,08 % par rapport au début de l’année, pour les prêts contractés sur 12 ans, elle est de 0,07 %, ceux contractés sur 10 ans, de 0.06 % et finalement ceux contractés sur 25 ans, de 0.02 %.

Les meilleurs taux immobiliers de mars 2022 par durée d’emprunt

Les meilleurs taux obtenus sur le mois de mars 2022 sont en hausse de 0,068 %, en moyenne, à ceux obtenus au début de l’année. Les ménages bénéficient donc de conditions d’emprunt moins avantageux que celles du mois de janvier. Dans le détail : la hausse du meilleur taux de crédit la plus significative s’observe pour les prêts contractés su 7 et 20 ans, avec une augmentation de 0.11 % par rapport à janvier 2022. Pour une durée de prêt de 15 ans, la hausse des taux est de 0,09 % par rapport au début de l’année, pour les prêts contractés sur 12 et 10 ans, elle est de 0,05 %. Seuls les taux de crédit appliqués aux prêts contractés sur une durée de 25 ans sont restés stables durant ce premier trimestre.

La hausse des taux va limiter l’accès à la propriété, écartant ainsi de nombreux potentiels acquéreurs. Cette diminution de la demande de biens va réduire les tensions sur les prix immobiliers dans certaines zones tendues, comme Paris, et permettra de redistribuer les cartes entre acquéreurs et vendeurs. En équilibrant davantage l’offre et la demande, les acheteurs verront leur pouvoir de négociation augmenter. La mise à l’écart d’une partie de la demande de biens immobiliers pourrait donc aboutir à une diminution des prix des biens. 
Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement,