Crédit immobilier : Hausse des taux et accords de prêts en panne

Le Professeur Bernard Thion décrypte la dernière enquête nationale réalisée par Immonot.com en juillet 2022 auprès d’études notariales réparties sur toute la France.

Triangle rouge

© adobestock

la hausse des taux d’intérêt affecte la bonne marche de l’immobilier

Temps de lecture estimé : 4 min

L’étau du crédit se resserre sur la pierre … Alors que le crédit immobilier contribuait à accélérer le volume des transactions, la hausse des taux d’intérêt vient réduire le rythme de croisière de la pierre. Un carburant financier qui affecte la bonne marche de l’immobilier, au point de mettre en panne des accords de prêts… Découvrons le diagnostic des notaires d’après la dernière enquête nationale réalisée par Immonot.com en juillet 2022 auprès d’études notariales réparties sur toute la France et décryptée par le Professeur Bernard Thion.

L’activité : ventes au ralenti !

Tandis que le Tour de France affole ses supporters et ravit les téléspectateurs du monde occidental, la sècheresse s’accentue tout comme l’inflation et les taux d’intérêts. Suivant la Banque Centrale Européenne, ces derniers devraient atteindre 3 % avant la fin de l’année, soit le double de ce qu’ils sont actuellement. En outre, les conditions d’accès au crédit se durcissant, le nombre des transactions immobilières se ralentit au grand dam des négociateurs. Alors qu’en début d’année, ce nombre dépassait les 1,20 million sur l’ensemble du territoire en cumulé sur 12 mois, il n’atteignait plus que 1,18 million à fin mai.

Après le coup de frein enregistré en avril et en dépit d’une légère remontée en juin, plus de la moitié de nos correspondants considèrent que leur activité est maintenant en déclin contre 8 % qu’elle peut encore progresser et 40 % qu’elle devrait rester stable cet été.

Mais comme le précise Laurent Arditti à Buxy en Bourgogne : « La situation fluctue énormément et il est difficile de faire une photo du marché local. Nous évoluons au jour le jour en fonction des scrutins, de l’évolution des taux d’intérêts, du comportement des banques… »

Des prix en repli …

Non seulement les prix se sont assagis ce printemps, avec un équilibre entre ceux des notaires qui ont observé une hausse et ceux qui ont enregistré une baisse, mais à l’approche de l’été ces derniers l’emportent largement. Au niveau du logement, 43 % des correspondants anticipent une baisse sur les deux prochains mois contre 9 % une hausse. Pour les terrains, les proportions sont respectivement de 33 % et de 10 %. Il n’y a qu’au niveau des commerces où l’on reste dans les mêmes eaux que précédemment.

Suivant l’Insee, pour acheter le même logement « toutes choses égales par ailleurs », un primo-accédant doit actuellement s’endetter sur 22 ans contre 15 ans en 2000. D’où l’importance des conditions d’accès au crédit et la tendance à faire baisser les prix de cette catégorie d’acheteur.

Le conseil des notaires : vendre en priorité !

En ce qui concerne les logements, les conseils sont un peu plus partagés que lors de la précédente enquête. Les partisans de la vente en premier sont moins nombreux, 62 % au lieu de 72 %, l’écart de 10 % étant mis en position d’attente. Ce qui signifie que ces conseillers sont un peu plus optimistes sur l’avenir et en particulier sur l’issue du conflit entre Russes et Ukrainiens qui plombe notre économie. Peut-être ont-ils été influencés en cela par les dernières nouvelles du « front », les Russes semblant disposés à permettre l’expédition des stocks de blé par la mer Noire à destination des pays africains.

Ce premier pas pourrait être le signal d’un arrêt plus rapide que prévu du conflit actuel. Ce qui serait une bonne nouvelle pour l’inflation et la diminution des taux d’intérêts. Pour ce qui est des terrains, peu d’évolution des positions, les conseils sur la vente recueillant à peine plus de la moitié des suffrages.

Voir les commentaires
Je soutiens MySweet'Immo