Reconversion : Avez-vous les qualités pour devenir un bon courtier en crédit immobilier?

Vous voulez devenir courtier en prêt immobilier ? Bonne idée : ce métier est accessible à un grand nombre de salariés en quête de sens et d’autonomie. Alors, avez-vous l’étoffe d’un courtier ?

Questions

© adobestock

 0
Temps de lecture estimé : 3 min

Selon France Compétences, 25 % des actifs du privé (salariés et indépendants) déclaraient, début 2021, avoir connu au moins une reconversion depuis 5 ans. Parmi les métiers auxquels on ne pense pas forcément, le métier de courtier en prêt immobilier, un métier utile, reconnu.

Prelys Courtage, revient sur les principales qualités requises pour devenir courtier en prêt immobilier : un métier accessible à un grand nombre de salariés, en quête de sens et d’autonomie, tout en étant accompagné.

Avoir une fibre commerciale

Être courtier en crédit, c’est avant tout exercer un métier commercial qui s’appuie sur un réseau composé de relations professionnelles tout en devant être identifié par les particuliers, à la recherche d’un courtier pour leur projet. La création de ce réseau passe par du démarchage pur, en prospectant par téléphone, des actions terrains et événementielles. Le courtier doit avoir le sens du contact et ne pas avoir peur de faire des rencontres, y compris lors d’événements où il ne connaît personne.

Entretenir perpétuellement son réseau

Une fois le réseau créé, il faut continuer à l’étoffer tout en gardant un lien régulier avec l’actuel. Le courtier doit maintenir le lien tissé avec ses clients et les contacter régulièrement, y compris lorsqu’il n’a rien de particuliers à dire ; une manière de montrer qu’il suit de près chaque dossier.

Ne pas avoir peur des aspects techniques

Au-delà des qualités commerciales qui restent primordiales, il se doit d’avoir une appétence pour l’aspect technique et administratif de son métier, que ce soit pour comprendre les rouages des prêts, le fonctionnement des taux ou d’autres caractéristiques.

« La partie commerciale et relationnelle est plutôt innée. En revanche, la partie technique s’acquiert via la formation. Il existe des trames pour fluidifier la partie relationnelle et notamment les grandes étapes de rendez-vous », explique Damien Pacouil, fondateur de Prelys Courtage.

Être en veille constante

Hormis la formation IOBSP, pour devenir courtier il est indispensable de bien connaître son secteur, se tenir informé des informations économiques comme de celle du terrain pour savoir comment le marché immobilier évolue dans sa zone.

Être doté de qualités humaines au service d’un relationnel optimal

Pour se distinguer, avoir le sens de l’écoute, de l’analyse et de l’observation feront la différence pour gagner la confiance de ses clients et partenaires. Le courtier devra être tourné vers l’apporteur d’affaires et être capable également d’absorber le stress de ses clients, souvent angoissé par ce changement de vie

« Les profils intéressants dans le cadre d’une orientation ou d’une reconversion professionnelle peuvent venir aussi bien d’univers financiers, comme les conseillers en gestion de patrimoine, que du monde de l’assurance ou les métiers purement commerciaux. Le métier est globalement ouvert aux personnes dotées d’un très bon relationnel comme c’est le cas dans la communication ou la politique », conclut Damien Pacouil.